Bonjour, c’est Gisou à Lausanne. Je ne suis pas une nouvelle collaboratrice scientifique de Heidi.news (!) mais biologiste, doyenne de la faculté des sciences de la vie à l'EPFL et rédactrice en cheffe de cette édition spéciale du 14 juin.

Je fais la grève des femmes aujourd’hui. Rassurez-vous, c’est hier que j’ai préparé les lectures et les commentaires que je vous partage ici. Ne soyez pas surpris(es), je ne me limite pas à des sujets de femmes :-)

Gisou van der Goot, Lausanne
Le 14.06.2019


Dans mon radar

Les femmes bras croisés, le pays perd pied. Je fais donc grève ce vendredi et je participerai à la marche qui démarre à 15 heures à l’EPFL pour rallier la place Saint-François, en passant par l’Unil. Pour moi c’était une évidence: il y a trop de choses inacceptables, les remarques sexistes, les inégalités salariales, tout ce qui peut donner à des femmes l’impression qu’elles ne devraient pas être où elles sont. Il faut dire que je ne risque pas grand-chose, je ne vais pas me faire virer! En chemin, je remettrai des fleurs – violettes – à une employée de la cafétéria qui a fait grève en 1991, elle en a perdu son job. Pour me préparer à la grève, j’ai écouté ces trois bons podcasts.

RTS (FR)

A l’autre bout du spectre. Les femmes de l’UDC romande‬⁩ organisent un repas de soutien pour une association anti-avortement, le jour de la grève des femmes. Je laisse cela sans commentaire.

Le Courrier (FR, Paywall)

International CleanTech week. Les innovateurs se retrouvent du 19 au 22 juin à Annecy pour la Semaine Internationale des Technologies Vertes. Je trouve cela très bien: je viens moi-même de lancer dans ma faculté une initiative pour inciter les profs à moins prendre l’avion. Pourquoi? Une étude a montré que les voyages professionnels représentaient 33% des émissions carbone de l’EPFL, contre seulement 20% pour faire tourner tout le campus, y compris le Swiss Plasma Center qui fabrique une étoile toutes les quinze minutes!

lac-annecy.com (FR)

Les infos qui comptent pour moi

Visite de l'EPFL d'une délégation du Liechtenstein, avec Martin Vetterli et Ueli Maurer | Keystone

Zéro pointé pour l’égalité. Les universités et écoles polytechniques suisses brillent dans des classements prestigieux, mais pas dans ceux de l’égalité! Je vois très bien ce que raconte cette enquête de Heidi.news. Moi-même, il m’est arrivé un truc incroyable la semaine dernière. Je rentrais dans la salle d'un advisory board de l’EPFL qui n'a que des hommes, et une seule membre femme. Avant que tout le monde n'arrive, je glisse à un de mes collègues qu’il faudrait tout de même davantage de femmes dans ce conseil. Un grand patron à côté de lui m’a répondu: “oui, mais ici c’est au mérite”...

Heidi.news (FR)

Plus de caricatures dans le New York Times! Cela fait encore plus peur que la réélection de Trump.

Le Temps (FR)

Manifestations sans précédent à Hong Kong. L’opposition à la loi sur l’extradition vers la Chine ne baisse pas les bras. Ces évènements font réfléchir Taïwan et renforcent les opposants à une possible réunification.

The Economist (EN)

Intelligence artificielle et mésinformation. La révolution du deep learning a de nombreuses applications prometteuses, comme l’analyse de données génétiques et de santé. Mais il permet aussi à des ordinateurs d’apprendre à écrire comme des humains, rendant la détection d’informations fictives de plus en plus difficile.

The New York Times (EN)

En Iran, des femmes interdites de match. Aujourd’hui, la Suisse se mobilise pour plus d’égalité, et c’est une excellente nouvelle. Il y aura peut-être un million de personnes dans la rue: cela va faire du bruit, le reste du monde sera très étonné que cela vienne de Suisse! Mais il est important de se souvenir que le chemin est beaucoup plus long dans d’autres pays. En Iran, assister à un match de foot est interdit aux femmes. Pour le coup d'envoi de la Coupe du Monde féminine de la FIFA, des Iraniennes fans de foot ont été attaquées par des agents de sécurité pour avoir essayé d'assister au match entre l'Iran et la Syrie. Elles avaient pourtant pu acheter des billets...

The Independent (EN)

Sur Heidi.news aujourd’hui

Journée spéciale grève des femmes. Les journalistes de notre Flux Sciences décryptent les enjeux de l'égalité dans le domaine scientifique. Ils vous parleront de l'université idéale — celle de Sydney — mais aussi de réalités moins reluisantes.

La plus grande discrimination? Les toilettes. Le grande bataille pour l’égalité commence au petit coin. Notre reporter Arnaud Robert raconte comment les toilettes sont le terrain privilégié de la séparation, de l’oppression et de la bataille des genres.

Heidi.news / Les Explorations (FR)

De minuscules traces de couleur peuvent trahir un faux tableau. Les instruments modernes permettent d'appliquer la méthode radiocarbone pour tester des échantillons beaucoup plus petits qu'auparavant. Depuis des décennies, les experts prouvent plutôt la falsification des tableaux par des coups de pinceau suspects.

Heidi.news (traduction NZZ) (EN, Paywall)

Le mode de vie explique-t-il les différences de maladies entre hommes et femmes? Et si les différences de sexe dans la survenue de pathologies comme le cancer ou les maladies auto-immunes (plus fréquentes chez les femmes) étaient liée aux fluctuations hormonales liées à la grossesse et à nos modes de vie? C’est l’hypothèse (controversée!) que formulent des chercheurs de l’université de l’Arizona.

Heidi.news (FR)

Bien vu

Lors de l’exposition suisse du travail des femmes, en 1928, un escargot géant monté sur un char symbolisait la lenteur des progrès en matière de suffrage féminin en Suisse | Archives sociales suisses.

En ce jour de grève des femmes, nous pensons à toutes celles qui avant nous se sont battues pour plus d’égalité. La Suisse est souvent vue comme étant “en retard” dans ce domaine. Cette photo montre qu’en 1928 déjà, des femmes courageuses bravaient les conventions de ce pays.


An event organized together with the Graduate Institute Geneva

Le Point Sciences

Vous aimez le Point du jour? Recevez notre nouvelle newsletter sur l’actualité scientifique, Le Point Sciences. Elle est envoyée du lundi au vendredi par nos correspondants depuis une Haute Ecole suisse différente: universités de Genève, Lausanne, Fribourg, Neuchâtel et Zurich, EPFL et ETHZ.


Des raisons d’espérer!

On avance, on recule. En ce moment, les nouvelles concernant les femmes ne sont pas très bonnes. J’ai parfois le sentiment qu’en matière d’égalité, on avance, puis on recule. Au gymnase, ma fille n’a pas trouvé mieux que ce que j’avais vécu moi-même: presque pas de filles en maths et en physique, et même davantage de blagues sur les blondes qu’à mon époque. Je n’ai jamais été particulièrement féministe, à part dans ma façon de vivre. C’est vraiment ces dernières années que j’ai compris qu’il fallait plus se battre. On est dans une société gérée par des hommes dont beaucoup pensent n’avoir aucun intérêt à ce que ça change. Mais il y a de l’espoir, si les hommes deviennent féministes!

Et il y a plein d’autres raisons d’espérer. En voici une, dans le domaine de l’environnement. Dès 2023, en France, on n’aura plus le droit de détruire les 800 millions d’euros de produits invendus, il faudra les recycler!

The New York Times (EN)

Le labo fémininiste

Twentieth Century Fox Film Corporation

Ces femmes qui ont compté dans l’ombre. Le film Hidden Figures avait révélé les contributions majeures de femmes mathématiciennes aux programmes de la NASA à la fin des années 60. Cet exemple n’est pas isolé. Des "calculatrices féminines" s’avèrent être à la base de nombreux travaux scientifiques. Aujourd’hui encore, de nombreuses femmes font de la science, mais elles disparaissent dans les fonctions de direction ou de management. Je sais que les gens n’aiment pas le mot quota, mais il faut fixer des objectifs. Par exemple, quand on cherche un nouveau prof, disons clairement qu’on cherche une femme. La phrase qui dit “à compétences égales, la préférence ira à une femme” est hypocrite, c’est souvent un homme qui l’emporte.

Le Monde (FR, Paywall)

Suppression de pages sur des femmes par des éditeurs mâles de Wikipedia. Sandi Toksvig, co-fondatrice du Women’s Equality Party britanique, dénonce le manque de diversité au sein des éditeurs de Wikipedia, ce qui entraîne la suppression de fiches sur les femmes. En Suisse aussi, allez voir cette fabuleuse notice sur Marie Heim-Vögtlin: à peine quatre lignes (qui valent le coup d’être lues!) pour cette pionnière de la médecine qui a même eu, à son nom, pendant des années, un programme du Fonds national pour la promotion des femmes!

The Times (EN)

Aucune chance pour l’égalité. Une étude sur 129 pays montre qu’aucun d’entre eux n’atteindra l’égalité d’ici à l’horizon 2030. Le Danemark arrive toutefois en tête du classement.

The Guardian (EN)

Les musées suisses oublient les artistes femmes. Bravo au Château de Chillon – mon préféré – en tête des musées exposant le plus de femmes. L’art n’a rien à envier à la science! Mes dernières grandes expos: Soulages, Van Gogh et Bonnard à la Tate Modern. Je serais vraiment heureuse de voir des femmes dans ces grands musées, comme Camille Claudel.

Swissinfo (FR)

Pas de mentor pour les femmes. Selon un sondage américain, 60% des managers hommes sont gênés de rencontrer une jeune femme qui a besoin de soutien pour avancer sa carrière professionnelle. Alors que souvent, le mentoring aide la carrière des hommes!

CNBC (EN)

Ça m'a étonnée

Murray Foubister / Wikicommons / CC

Un oiseau qui marche à quatre pattes. Le bébé hoatzin a des atouts inattendus: il a des griffes au bout de ses petites ailes, et s’en sert pour escalader un plan incliné. L’étude de cette espèce permet de mieux comprendre l’évolution des oiseaux et leurs ancêtres, les dinosaures théropodes.

Le Monde (FR)

Les abeilles ont-elles la bosse des maths? Selon un laboratoire australien, les abeilles sont capables d’associer un symbole graphique avec une quantité numérique, révélant leur capacité d’abstraction.

Royal Society Publishing (EN)

Le spleen des poissons. Ils perdent (aussi) le moral après un chagrin d'amour.

Heidi.news (FR)

Si vous avez encore le temps

Justaword

Science-fiction, l’imaginaire au féminin. C’est à Genève et par une femme que fut écrit il y a 203 ans l’ouvrage pionnier de la science-fiction: Frankenstein de Mary Shelley. Pourtant, ce sous-genre de la littérature fut longtemps un fief masculin et sexiste, comme le raconte la journaliste et auteure belge Sara Doke. Les personnages féminins étaient archi-caricaturaux: la vierge timorée qu’il faut sauver ou la scientifique vieille-fille frustrée, censée décourager les rares lectrices de devenir indépendantes. C’est la série Star Trek à la fin des années 60 qui fut pionnière en proposant des personnages de femmes puissantes. Cet article, foisonnant, propose de découvrir des plumes de SF féministes ainsi qu’une échelle pour jauger du degré de féminisme d’un livre: du niveau 1 (timide remise en cause du patriarcat) au niveau 10 (scènes de castrations masculines).

Just A Word (EN)

Gisou van der Goot, bio express. Née à Téhéran de parents hollandais, elle est responsable du laboratoire de biologie cellulaire et membranaire à la Faculté des sciences de la vie de l'EPFL, dont elle est aussi la doyenne. Avant cela, elle a été professeure associée à la Faculté de médecine de l’Université de Genève.

Ingénieure diplômée de l'Ecole Centrale de Paris, Gisou van der Goot a fait une thèse en biophysique moléculaire au CEA de Saclay suivie par un séjour postdoctoral au Laboratoire européen de biologie moléculaire à Heidelberg. Elle a reçu en 2001 le prix Young Investigator de l'Organisation européenne de biologie moléculaire. En 2009, elle a été la première femme à obtenir le Prix Marcel Benoist (parfois qualifié de Nobel suisse).

Gisou van der Goot a été membre du conseil scientifique du Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique, du Conseil Suisse de la Science et de la Technologie et du Conseil Européen de la Recherche. Sur sept doyens à l’EPFL, elle est la seule femme.

La Suisse, dont elle est citoyenne, est son dixième pays de résidence, depuis 1994. Enfant, elle a suivi ses parents — son père était employé de l’ONU, sa mère peintre — et reste marquée par un séjour en Egypte entre 1977 et 1980. "Le fait d’avoir autant déménagé quand j’étais petite m’a bien préparée à l’époque actuelle, dit-elle. Il paraît que les leaders doivent désormais être agiles..."

Gisou van der Goot est Membre fondatrice de Heidi.news.


Vous avez aimé? Partagez:

Séance de rattrapage avec:

le Point du jour de jeudi

Bonne journée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse