Bonjour, c’est Tibère dans nos locaux du chemin de la Mousse, à Chêne-Bourg (Genève), où le quartier vit au rythme des travaux de construction de la gare du CEVA, qui devrait ouvrir à la fin de l'année.

Deux mois après le lancement de Heidi.news, je partage avec vous des nouvelles de notre média naissant.

Tibère Adler, Leytron,
le 13.07.2019


Heidi.news est un beau bébé né le 2 mai 2019

Je savoure, et toute l'équipe avec moi, ces premiers pas. Pour grandir, il faut saluer ce qui a été fait et aussi se projeter vers l'avant. Voici ce que je retire de ces premières semaines et quelques infos sur nos projets.

Les abonnés
«La victoire a cent pères, mais la défaite est orpheline», aurait dit John Fitzgerald Kennedy. Pour cette première victoire d’étape (notre naissance), vous n’êtes pas cent, mais plus de 5'000. Notre newsletter (gratuite) «Le Point du jour» (que vous lisez en ce moment) est suivie quotidiennement par plus de 5'300 personnes. Son taux d’ouverture moyen frise les 60%, une performance de haut vol. Parmi ces lecteurs, près de 2'000 personnes contribuent à financer Heidi.news en payant leur abonnement, en tant que membre fondateur (abonné de la première heure).

C’est un bon début, mais il en faudra plus pour que notre média devienne pérenne. L’abonnement est et sera la ressource financière primordiale et vitale de Heidi.news!

Téléphone mobile
Heidi.news a été conçu pour être lisible sur un écran de téléphone mobile. Cette intuition était juste: plus de 60% de la lecture de nos contenus se fait ainsi.

Sciences
C’est le premier Flux d'informations choisi par la rédaction. Il ne s'agit pas de traiter la science en vase clos, mais d'expliquer et de raconter en quoi les sciences irriguent tous les domaines de la vie. L’article d’Annick Chevillot sur l’algorithme de l’EPFL ayant permis de recompter les participant(e)s à la grève des femmes du 14 juin, très remarqué, est emblématique de notre approche.

Explorations
La palette de sujets de nos enquêtes et reportages au long cours, que nous appelons Explorations, s’élargit. Nos prochains thèmes sont: la cueillette, le pèlerinage, l'art et la technologie.

Revue imprimée
Heidi.news va laisser une trace physique de ses plus belles Explorations. La première revue imprimée L’Etivaz, le génie fromager est sous presse. Elle sera distribuée aux membres fondateurs dans la semaine du 1er août 2019. Vous pourrez également l'acheter chez Payot et la commander en envoyant un mail à membres@heidi.news.

Ce qui plaît (beaucoup)

  • La newsletter «Le Point du jour» réalisée par nos correspondants est déjà emblématique de Heidi.news.
  • La concision des articles publiés sur notre site. Ils commencent toujours par deux paragraphes courts et précis. On sait toujours «De quoi on parle» et «Pourquoi c’est important/pourquoi on en parle». Un véritable service utile offert aux lecteurs.

Ce qui plaît (mais pas à tous)

  • Le ton de notre «Bonjour, c’est Heidi». Notre conviction: la finalité d’un média, c’est d’engager une conversation. Notre approche est personnelle, sans barrière formelle, toujours respectueuse: nous cherchons le contact et allons continuer à le faire.
  • Le nom de notre média. Il est des irréductibles que le titre Heidi.news gêne encore (un peu, beaucoup, passionnément), mais la perception évolue - par l’habitude et grâce à ce que nous vous proposons. Pour moi, une très bonne marque, c’est: deux syllabes, cinq à six lettres et ça doit être facile à prononcer en plusieurs langues: Heidi passe ce test haut la main!

Ce qui n’est pas (encore) bien compris

  • Heidi.news, ce n’est pas qu’une newsletter. «Le Point du jour» est immédiatement reconnaissable, mais le site internet Heidi.news (avec ses articles, ses opinions, ses Explorations, son Flux Sciences) est moins visité. Il est donc primordial pour moi de mieux expliquer la richesse de notre média.
  • Voici donc un conseil pour accéder facilement à Heidi.news sur votre téléphone portable ou votre tablette:
    Heidi.news est un site internet mobile (pas une application qui se télécharge). Pour installer l’icône Heidi.news sur l’écran d’accueil de votre Smartphone ou de votre tablette, il faut suivre ce tutoriel. Cela demande une ou deux manipulations, mais cela augmente le confort de lecture et l’accès au site.
  • Payant/Gratuit. La rédaction de Heidi.news décide pour chaque article s’il est en libre accès ou s'il est réservé à ses abonnés. Les articles réservés aux membres seront de plus en plus nombreux, car un journalisme de qualité doit faire reconnaître sa valeur, sa plus-value. Seuls les membres fondateurs ont accès à tous les contenus.

Vous désirez faire partie de ce cercle exclusif? Rien de plus simple: devenez membre fondateur. Cette offre de lancement dure tout l'été et se termine le 31 août 2019. Il sera évidemment possible de s'abonner par la suite, mais plus de devenir membre fondateur. Devenir membre fondatrice ou membre fondateur est une marque de soutien importante pour notre démarche. Mais cela offre également de nombreux avantages: des rabais à vie sur les futures offres de Heidi.news. La fidélité et le soutien de celles et ceux qui nous rejoignent dès nos premiers pas seront ainsi reconnus sur le long terme.

Et la suite?
«Le Point du jour» prend une couleur estivale dès lundi. Heidi.news prendra également un rythme plus lent, l'actualité se tassant un peu. Mais toute l'équipe va travailler cet été pour vous offrir une rentrée passionnante. Nous en reparlerons en septembre.

Bel été à toutes et à tous. Merci de nous suivre et de nous soutenir.


Les nouveaux épisodes de nos Explorations

Messes basses à l’arrière d’une Alfa abandonnée. Nous sommes en novembre, quelques semaines après l’éruption des Champs-Phlégréens, un supervolcan près de Naples. Dans ce troisième épisode de notre thriller climatique Stand-by, suivez Vasko, Nora et Virgile. Ils s’interrogent sur Alix, une femme taiseuse dont ils ne savent presque rien et qu'ils suivent malgré tout sous le ciel noir d'Italie, en direction du volcan.

Heidi.news (Stand-by, un thriller climatique) (FR)

Courir, comme les bêtes En 2001, Bernd Heinrich, un zoologiste américain d’origine allemande, décide de courir les 100 km de Chicago. Il se prépare en suivant les conseils de ceux qu’il connaît le mieux: insectes rapides, migrateurs endurants, mammifères hyper adaptés. Vous aussi inspirez-vous des animaux afin de mieux comprendre vos muscles et devenir de meilleurs coureurs!

Heidi.news (La montagne en courant) (FR, Paywall)

Dans le Pays-d’Enhaut, les touristes chinois remplaceront-ils la neige? Certes l'interrogation semble quelque peu loufoque. Mais la petite station de ski de la Braye est condamnée par le réchauffement climatique. Elle veut s’inventer un avenir touristique, en jouant à fond la carte de la tradition. Mais peut-on faire monter des contingents de touristes sur les alpages sans perdre son âme?

Heidi.news (L'Etivaz, le génie fromager) (FR, Paywall)

Contenu partenaire


Mes deux réflexions pour le week-end

Des philantropes de la Silicon Valley pensent l’éducation. The New Yorker explore «l’apprentissage personnalisé». Une approche qui veut se concentrer les qualités de chaque individu. Si chaque enfant avait un ordinateur ou un iPad, il pourrait se rendre dans une salle de classe virtuelle personnalisée afin d’apprendre à son propre rythme. Voici le nouveau rêve de la Valley.

The New Yorker (EN)

Ivan Krastev, le destin de l’Europe. L’Union européenne s’est dotée de nouveaux dirigeants: une Allemande, une Française, un Belge et un Espagnol. A l’Ouest, rien de nouveau: l’Est est ignoré. Rien qui ne surprendra l’excellent politologue bulgare Ivan Krastev, dont il faut impérativement lire (ou relire) «Le destin de l’Europe», paru en 2017 aux éditions Premier Parallèle. Krastev est particulièrement pertinent (et convaincant) sur les politiques de migrations. L’émigration génère plus d’angoisses que l’immigration. Les régions et pays les plus mal à l’aise envers l’immigration (la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, l’Italie, les anciens Länder d’Allemagne de l’Est; j’ajouterais: le Tessin) sont des terres de dépeuplement et d’exode: les voisins, les talents, les jeunes s’en vont ailleurs, au désespoir de ceux qui restent. C’est l’abandon par les siens, et non pas l’invasion par les autres, qui nourrit le nationalisme de contraction.

Visionnez la vidéo (EN)

Vous avez aimé? Partagez:

Séance de rattrapage avec:

le Point du jour de vendredi

Bon week-end!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse