Bonjour, c’est Serge à Genève, où le GIFF, le festival du film de Genève, s'est ouvert hier soir sur une première très applaudie: Proxima, d'Alice Winocour. Le scénario est co-écrit par le Suisse Jean-Stéphane Bron. Une astronaute prépare son séjour en orbite et la séparation inévitable avec sa fille.

Ce matin, j'aimerais partager avec vous les propos d'une autre fille... la mienne. Elle a 15 ans et parle en connaissance de cause d'un sujet cher à la rédaction de Heidi.news: l'addiction digitale. Et cela au moment où paraît notre deuxième revue imprimée: Votre cerveau a été piraté!

Serge Michel, Martigny
Le 02.11.2019


«J’en ai marre d’Instagram qui contrôle ma vie»

Des adolescents à Séoul | Ahn Young-joon, AP

Ce fut un vrai truc de ouf.

Un discours sincère comme le père d’une adolescente de 15 ans n’osait plus en rêver.

Papa, prononça-t-elle lentement, j’en ai marre de mon tél, j’en ai marre d’Insta qui contrôle ma vie, j’en ai marre de quand j’ai rien à faire, d’aller sur Insta au lieu de je sais pas, lire un livre, ou ranger ma chambre.

Ces mots tant espérés me laissèrent bouche bée. C’était juste avant les vacances d’octobre. J’étais en train de débarrasser la table. Il fallut que je m'assisse. Je fis semblant d’éloigner mon propre téléphone, tout en démarrant l’enregistrement. On ne se refait pas. Et de toute façon, j’aurais été bien incapable de me souvenir de ses phrases, de sa flamme, pour vous les restituer ce matin dans leur forme originale, un peu abrégée.

Tu vois je suis esclave. Tout ça parce qu’il y a des meufs que je trouve cool sur Insta et que j’ai envie de stalker leur life. J’ai l’impression que leur vie est meilleure que la mienne alors que c’est pas du tout vrai. C’est genre plus fort que moi. J’ai lu un truc là-dessus, ils créent un truc dans ton cerveau, ça fait que t’as envie de voir la vie des autres. C’est un truc de malade comment ça contrôle ta vie. Et j’en ai marre, à chaque fois que j’ai un truc à faire, je me dis non, flemme, je vais sur Insta. Et Insta, genre, je passe ma vie à faire défiler des trucs qui veulent rien dire. Okay après peut-être j’apprends des trucs intéressants, tu vois, mais je peux en apprendre tout autant juste en écoutant la radio.

Du miel dans mes oreilles, et l'écho de ce que je lui répète chaque soir en lui prenant son téléphone à 21h30. Voyant ma satisfaction, elle prétendit que je n’avais pas le droit d’enregistrer. Mais c’était trop tard, elle ne pouvait plus s’arrêter.

Insta, tu vois, tu te dis je vais juste regarder deux ou trois photos. Tu passes, tu passes, tu regardes des vidéos. Et après tu tombes sur des trucs super intéressants, qui sont que sur Insta, genre Extinction Rebellion, genre des mouvements féministes, genre toutes les grèves, je suis au courant par Insta! Après, il y a aussi beaucoup de trucs débiles. Il y a deux meufs de ma classe, elles sont tout le temps sur Insta, elles sont là, Kylie Jenner et Travis Scott ils sont plus ensemble, la, la, la. Mon dieu, la la la.

L’année passée il y avait une meuf qu’on trouvait super fraîche sur Insta, vraiment belle, avec un flow de malade. Et vraiment, on la jalousait. On se sentait nulles à côté. La meuf, je l’ai rencontrée, en fait elle parlait comme une cruche, elle était super chiante, tous ses potes disent que c’est une gamine, qu’elle change de groupe de potes tous les mois. Je veux pas devenir comme ça, poster des photos de moi avec des gens qui mettent plein de commentaires dessous: ouais t’es trop belle, t'es trop belle. Alors que les gens c’est juste des faux-culs, que la photo elle est éclatée et que juste la meuf, elle veut faire la meuf.

Tu m’achètes un vieux téléphone à touches? Ma copine Anika va faire la même chose, elle n’aura même plus de vrai tél, juste un petit Nokia. Elle dit qu’il faut arrêter d’être obsédée par ça, que ça te pourrit la vie. Bon, si j’ai pas Insta, c’est chaud parce que tous mes potes, tu leur parles sur Insta ou sur Snap. Ca m’énerve. Des fois, je suis avec mes potes et on est tous sur Insta. On s’envoie de trucs alors qu’on est dans la même pièce. Ca me travaille depuis super longtemps. Genre un mois, enfin presque. Papa, c’est sérieux, j’en ai marre! Après, peut-être j’installerai Insta juste de temps en temps, pour pousser des trucs. Des photos cool, et je le désinstallerai aussitôt, pour ne pas l’avoir sur mon tél. C’est comme les alcolos, faut pas qu’ils aient du vin à la maison!

Je réussis enfin à poser une question: pourquoi veux-tu poster des trucs sur Insta alors que tu détestes Insta?

Parce que personne n’utilise plus Facebook ou les blogs ou je ne sais quoi. Si je veux genre influencer des gens, c’est sur Insta, c’est facile, c’est sous leur nez tous les jours. Sur les blogs, même les gens qui s’intéressent à ma vie ils vont dire flemme. Et pour donner l’adresse de mon blog, je fais comment? C’est nul. Personne s’intéresse suffisamment à quelqu’un d’autre pour aller voir son blog! J’ai vraiment envie d’arrêter Insta, mais c’est trop radical. Achète-moi un téléphone à touches, et Insta j’irai de temps en temps, juste pour alimenter, pour que l’image que les gens auront de moi soit pas nulle… tu vois? Insta, c’est super important, vraiment. Je ferai des efforts, je regarderai pas qui like, je pèterai pas un câble si une meuf elle a plus de likes que moi. Je m’en fous du nombre de followers, j’en ai 649, je veux juste avoir un compte qui me représente un minimum.

Deux semaines se sont écoulées depuis ce discours. Elle s'est procuré un téléphone à touches et affirme avoir diminué le temps qu'elle passe sur Instagram. J'aimerais la croire. J'aimerais aussi qu'elle trouve le temps de lire notre revue sur l'addiction digitale, qui explique très précisément comment elle est devenue l'esclave de son téléphone...


An event organized together with the Graduate Institute Geneva

Le Point Sciences

Vous aimez le Point du jour? Recevez notre nouvelle newsletter sur l’actualité scientifique, Le Point Sciences. Elle est envoyée du lundi au vendredi par nos correspondants depuis une Haute Ecole suisse différente: universités de Genève, Lausanne, Fribourg, Neuchâtel et Zurich, EPFL et ETHZ.


A lire sur Heidi.news, des Flux et des Explorations

Dimitri Procofieff pour Heidi.news

Une aventure qui se termine dans le sang et les opioïdes. La phagothérapie de notre journaliste fut certes probante, mais elle ne suffit pas à éradiquer la totalité des symptômes de sa sinusite. Dans cet épisode, elle nous raconte son retour à la médecine classique et son intervention chirurgicale.

Heidi.news (Les Explorations) (FR, Paywall)

Oui, les voitures électriques sont plus écolo que celles à essence, en Europe. La voiture électrique est souvent parée de nombreux maux: l’extraction des minerais à la base de ses batteries pollue, elle dispose d’une moindre autonomie, son intérêt dépend des sources d’électricité utilisées… Ces critiques sont-elles justifiées par les chiffres? Les réponses de Denis Bochatay, consultant en développement durable à l’Innovation Park de l’EPFL. Question subsidiaire: pourra-t-on bientôt recharger une voiture électrique en moins de dix minutes?

Heidi.news (Le Flux Sciences) (FR, Paywall)

Robin Salamé pour Heidi.news

Dernier parcours d’obstacles avant l’apocalypse Avant dernier épisode de notre fiction commencée à l'été. On y retrouve Luca, six mois avant l'éruption, qui fait sa journée de recrutement pour le service climatique. Il veut être utile à l’Europe et à l’environnement. Il n'a aucune idée que ces médecins qui l'examinent, ces fonctionnaires qui l'interrogent seront bientôt les vestiges d'un monde disparu. Il peut choisir son affectation. Il signe pour le Groenland.

Heidi.news (Stand-by) (FR, Paywall)

Un médicament prometteur bientôt disponible contre la mucoviscidose. C’est le premier traitement à s’attaquer au cœur du problème. Le Trikafta, une combinaison de trois molécules (elexacaftor-tezacaftor-ivacaftor), a été approuvé contre la mucoviscidose le 21 octobre par l’agence américaine du médicament (FDA), sur la base de deux essais cliniques publiés dans le NEJM et le Lancet. Il cible le principal défaut génétique à l’origine de la maladie et permet d’améliorer les fonctions pulmonaires des patients de 10 à 14%.

Heidi.news (Le Flux Santé) (FR)

Traverser l'Atlantique pour panser son cancer du sein et penser l'«après-maladie». Elles lèveront l’ancre de leur catamaran lundi 4 novembre à Santa Cruz de Tenerife, dans les îles Canaries, et rejoindront la Martinique une vingtaine de jours plus tard. Six femmes suisses ayant subi l’épreuve du cancer du sein, accompagnées par un médecin et un skipper, vont naviguer avec l'énergie qui les a portées durant leur maladie. R’Ose Transat, c'est le nom du projet, veut sensibiliser les pouvoirs publics et l’opinion à la nécessité de continuer le financement de la recherche. Heidi.news accompagne cette belle aventure comme partenaire média.

Heidi.news (Le Flux Santé) (FR)

Six bonnes lectures pour le week-end

La bêtise au travail, nouveau champ d'étude. Incompétence, stupidité, idiotie, imbécillité: les mots ne manquent pas pour décrire ce mal que l'on voit partout au travail. Les chercheurs s'y intéressent enfin. Une thèse sur l'incompétnce des chefs a été présentée à l'Université de Neuchâtel. Le philosophe Pascal Engel, prof honoraire à l'Université de Genève, analyse lui les études chargées de débusquer "les cons".

PME Magazine (FR)

Blunders in Central African Republic sex abuse probe detailed in internal UN review. The New Humanitarian révèle les conclusions de l'enquête interne de l'ONU sur les abus sexuels en République centrafricaine. «Aucun plan de travail approprié n'avait été préparé», a déclaré un interlocuteur de l'enquête. «Nous avons inventé des choses au fur et à mesure», se souvient un autre.

The New Humanitarian (EN)

Le débat sur le Net, chaînon manquant de la démocratie? Manu Reilhac et quelques compères mathématiciens ou philosophes travaillent depuis des années pour mettre au point une plateforme d’information neutre, structurée et exhaustive pour renouer avec le débat d’idées en ligne. Le résultat est déjà très convaincant. Ils cherchent désormais de l'argent pour la version en anglais. Au menu: «Faut-il instaurer un revenu de base?», «La liberté d’expression doit-elle être totale?», et même «Dieu existe-t-il?»

Wikidébats (FR)

How Airbnb Is Silently Changing Himalayan Villages. Lettre de l'Himalaya oriental sur l'impact social et économique d'Airbnb. «C'est cher de cultiver dans des villages himalayens comme le mien. Les exploitations agricoles sont petites et ne peuvent pas tirer parti des économies d'échelle. Les gens des collines considèrent le processus de vente de terres comme une épreuve humiliante à laquelle ils n'auraient jamais pensé. Tout le monde participe pour cultiver la terre. Les femmes passent de nombreuses heures par jour à tondre l'herbe pour leurs vaches. Ce n'est pas encore une division de la société du travail. C'est ce monde qu'Airbnb a pénétré, le mettant sens dessus dessous.»

Veridici (EN)

Economie russe: un poids lourd du régime tire la sonnette d'alarme. Les difficultés économiques en Russie expliquent en partie les manifestations qui se multiplient dans le pays, de Moscou à Oulan-Oude, ainsi que la chute de la confiance en Vladimir Poutine et dans le gouvernement russe. En effet, l’économie russe stagne depuis 2013 et la part du PIB russe dans le PIB mondial est retombée à son niveau de la fin des années 1990. Une dégradation économique signalée depuis plusieurs mois, avec diplomatie mais sans ambiguïté, par l’actuel président de la Cour des comptes russe, Alexeï Koudrine. Ce dernier n'a rien d'un opposant: c'est un proche collaborateur du président Poutine depuis vingt ans.

The Conversation (France) (FR)

Hitler’s Teeth. Retour sur le livre d'Elena Rzhevskaya, l'interprète juive qui a identifié les restes du Führer pour la 3e armée soviétique qui pénétra dans le bunker quelques jours après la chute de Berlin en 1945. Mais Staline décida que le suicide d'Hitler, et la découverte de son corps, devaient rester secrets. Le monde s'est demandé si le Führer ne s'était pas échappé d'une façon ou d'une autre. L'assistante dentaire allemande qui a identifié pour Elena Rzhevskaya les dents d'Hitler a été envoyée dans un goulag russe pendant dix ans. Même le commandant suprême de l'Armée rouge, le maréchal Joukov, n'a appris la mort certaine d'Hitler qu'en 1965.

Tablet (EN)

Vous avez aimé? Partagez:

Séance de rattrapage avec:

le Point du jour de vendredi

Bon week-end!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse