Bonjour, c’est Morgane à Paris où, malgré le tumulte du monde, le sujet du jour semble être la chasse à la glu. Des chasseurs ont plaidé hier devant le Premier ministre pour maintenir cette pratique consistant à attraper des grives et des merles en enduisant de colle les branches des arbres.

Ce matin, je vous parle de l'Exploration que j'ai écrite pour Heidi.news après cinq années pas très joyeuses en Afrique. J'ai couvert des conflits et des attentats mais je me suis rendue compte qu'il fallait rester optimiste. Je vous propose donc onze solutions africaines pour le monde d'après!

Morgane Le Cam, Paris
08.08.2020


La réalité des endroits que j’ai racontés était-elle si sombre? J’ai écrit, pour une fois, une série optimiste sur l’Afrique.

Photo article

Hippo Roller, le bidon roulant sud-africain capable de transporter 90 litres d’eau. Dessin: Didier Kassaï pour Heidi.news

Ces cinq dernières années, les échecs et les morts ont rythmé la plupart de mes récits. Au Burkina Faso, j’ai raconté les premiers attentats et les pertes civiles, la faillite de l’Etat face aux percées djihadistes, la multiplication des milices et le début des conflits intercommunautaires. Et puis j’ai franchi la frontière pour m’installer au Mali et raconter les mêmes malheurs. La guerre, le terrorisme, les divisions politiques, la corruption endémique… Quel constat pessimiste!

Quand je suis rentrée en France il y a quelques mois, j’ai fait le bilan: échecs et morts dans une centaine d’articles, réussites et survivants dans une quinzaine seulement. La réalité des endroits que j’ai racontés était-elle si sombre? Sans doute pas. Mais le Sahel, comme le reste de l’étranger, intéresse le plus souvent la presse occidentale quand il saigne, plutôt que quand il se soigne. “If it bleeds, it leads”, comme on dit dans le jargon pour signifier que c’est le sang qui fait la Une.

Et s’il était temps de changer de narratif? Le pessimisme ambiant engendré par la pandémie dont nous peinons à sortir a fini de m’en convaincre. J’ai donc voulu, pour une fois, écrire une série optimiste sur l’Afrique. Onze épisodes pour vous raconter le continent qui agit plutôt que celui qui subit. Mon Exploration “Onze solutions africaines pour le monde d’après” vous fera découvrir des initiatives sanitaires, environnementales, agricoles et sociales qui pourraient changer l’avenir. Un cardiologue en bluetooth au Cameroun, un charbon vert produit avec des déchets au Burkina Faso, une céréale qui sauve l’agriculture au Sénégal, un bidon qui roule pour adoucir les corvées d’eau en Afrique du sud…

Les forces vives du continent
Ces idées et ces projets, certes pleins d’optimisme, ne nous ferons pas tomber dans leur propre travers, dans cet “afro-optimisme” qui, il faut aussi le dire, trouve un certain écho dans les médias ces dernières années. Les solutions de cette série seront la fenêtre à travers laquelle je vous raconterai aussi des problèmes, ceux que ces initiatives prétendent résoudre: les déserts médicaux, la déforestation, l’appauvrissement des sols agricoles ou encore le manque criant d’accès à l’eau.

Seul le regard sera différent: on verra le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Mon regard et celui du fameux dessinateur Didier Kassaï à Bangui, en Centrafrique, à qui Heidi.news a demandé d'illustrer cette Exploration. La démarche n’en sera que plus constructive. Car ce n’est pas seulement en constatant les failles d’hier qu’elles disparaîtront demain. Pour les résorber, il faut aussi des propositions. Alors, partons à la rencontre de ceux qui les formulent! Ces onze épisodes vous feront découvrir onze forces vives du continent. Ces hommes et ces femmes sont Africains, ils ont grandi et le plus souvent vécu avec les problèmes qu’ils s’évertuent aujourd’hui à résoudre.

Solutions occidentales absurdes
Trop souvent, les projecteurs sont braqués sur des solutions amenées du nord, pour sauver le sud. De projets parfois déconnectés des réalités du terrain et de la culture locale. Comme ce jour de 2016, où, au nord du Burkina Faso, une ONG occidentale a installé des infrastructures de jeu en plein air, censées redonner le sourire à des enfants brisés par la guerre. Aucun bambin n’y jouait. La balançoire et le toboggan étaient construits en métal: quiconque s’y serait frotté se serait sérieusement brûlé. Au Sahel, le thermomètre frôle parfois les 50 degrés…

Déconnexion des réalités encore, un jour de 2018 dans un village déserté du nord du Mali. Des centaines de pastilles de purification d’eau portant le sigle d’une organisation internationale jonchaient le sol de la mairie. Visiblement, pas très utiles aux yeux de ces villageois. Et pour cause ! La seule pompe à eau de la localité était cassée, les habitants n’avaient tout simplement plus de source d’eau à proximité… Et donc rien à purifier.

Un humain sur quatre sera Africain
L’avenir de l’Afrique doit être pensé par ses pairs pour être radieux: de grands intellectuels africains défendaient déjà ce précepte au siècle dernier. En 1992, le penseur et homme politique burkinabè Joseph Ki-Zerbo sortait un livre militant, “pour un développement endogène en Afrique”. Son titre, “la natte des autres”, faisait référence à un proverbe bambara équivoque qui disait: “dormir sur la natte des autres, c’est comme si l’on dormait par terre”. Alors aujourd’hui, parlons de cette Afrique de demain, esquissée par et pour les Africains, à travers onze solutions, pour le monde d’après. Car ce monde sera résolument tourné vers l’Afrique. Les prévisions démographiques le soulignent: en 2050, un être humain sur quatre sera Africain.


Accédez à tous les articles en illimité. Abonnez-vous!


Le monde change, la presse aussi

Photo article

Suivez-nous sur les réseaux sociaux. Heidi.news, c'est aussi des actualités quotidiennes sur les réseaux sociaux. Retrouvez Heidi.news sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, YouTube et TikTok.

Suivre Heidi.news

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

Dessin: Didier Kassaï pour Heidi.news

Préserver les forêts tout en vidant les poubelles? Histoire d’un charbon vert burkinabè. Au Burkina Faso, les arbres disparaissent et les ordures forment des montagnes. Aucun rapport, à première vue. Jusqu’à ce qu’un ingénieur burkinabè trouve une solution qui fait d'une piertre deux coups: pour les arbres et contre les ordures. Un charbon vert, produit à partir de déchets, pour cuisiner tout en préservant la forêt.

Heidi.news (FR) Photo article

Achille Mbembe au musée Dapper, à Paris. DR

Achille Mbembe: «verser le sang d’un Noir est un acte banal». Pour le philosophe camerounais Achille Mbembe, racisme et destruction de la terre sont les deux faces d’une même médaille. Dans son dernier ouvrage, Brutalisme (La Découverte, 2020), il revendique le droit universel de respirer et propose une politique de la réparation qui s'inspirerait du continent africain. «C’est là, en effet, que les possibilités de dépérissement sont les plus criantes. Mais c’est aussi là que les opportunités de métastase créatrice sont les plus mûres», dit-il.

Heidi.news (FR) Photo article

Au glacier d’Aletsch, la triste disparition de la perche à selfies. Avant-dernier épisode du tour de Suisse durant lequel vous avez tenté de piloter notre farouche reporter. Remontons le Tessin en coup de vent, avant de basculer en Valais. Pour vérifier si l’un des principaux monuments naturels du pays, classé au patrimoine mondial par l’Unesco, attire toujours les foules malgré un virus qui refuse d’abandonner la partie.

Heidi.news (FR) Photo article

L'auberge du 22, Hospital Street, à Galle, où Nicolas Bouvier vécut pendant neuf mois. Photo de Julieta Cánepa

Sur les pas de Nicolas Bouvier: le temps réinventé et autres déboires. «J’ai tant voulu me rapprocher du Poisson-Scorpion de Nicolas Bouvier que me voilà dedans, écrit Pierre Ducrozet qui refait au Sri Lanka le voyage de l'écrivain suisse, 65 ans plus tard. Si la tendance à tomber malade est dans mes habitudes, je préfère en règle générale me faire mal à la toute fin du séjour – il est plus amusant de repartir sur une jambe que bien portant, comme n’importe qui. Je suis désormais en plein dans mon sujet, avec une chose que je n’avais pas encore expérimentée (et à 37 ans, c’était dommage): l’abcès dentaire.»

Heidi.news (FR)

Cinq bonnes lectures africaines pour le week-end

Non, les pyramides d’Egypte n’ont pas été érigées par des aliens. C'est ce qu'avait affirmé Elon Musk dans un tweet devenu viral, le 31 juillet. La théorie quelque peu conspirationniste du PDG de Tesla et de SpaceX a provoqué l'agacement de la ministre égyptienne du tourisme. «Je vous invite, vous et SpaceX, à explorer les écrits sur la manière dont les pyramides ont été construites et aussi à aller voir les tombes des constructeurs des pyramides. Nous vous attendons, M. Musk!», a déclaré Rania Al-Mashat. Une réaction qui a contraint le milliardaire à un mea culpa.

Jeune Afrique (FR)

Un peu de poésie et de politique en Afrique. Ecoutez ce discours de Felwine Sarr, lu par le comédien Burkinabè Etienne Minoungou. «Traces. Discours aux nations africaines» est un texte puissant sur l'Afrique du futur que l'intellectuel sénégalais a créé lors de l'inauguration du Musée des Civilisations noires de Dakar, fin 2018. Il y invite les Africains à «pousser l'humanité plus loin, repousser l'horizon de la lumière, désensabler les eaux vives (pour) rouvrir le champ des possibles et dessiner une utopie africaine».

RFI (lectures de théâtre) (FR)

Kenya’s Unusual Solution to the School Problem: Cancel the Year and Start Over. La décision radicale des autorités kényanes a surpris les experts à travers le monde. Après des mois de classes fermées suite au Covid-19, le Kenya vient d’annoncer que l’année scolaire 2020 serait tout simplement annulée. Plus de 18 millions d’élèves de la maternelle au lycée devront la reprendre, à partir de janvier prochain. Selon la ministre de l’éducation, c'est le seul moyen de lutter contre les inégalités apparues quand l’école a été suspendue. Car seuls les élèves les plus aisés ont eu accès à la technologie pour continuer à suivre leurs cours à distance.

The New York Times (EN)

Vers un recul de la liberté de la presse au Sénégal? Le quotidien sénégalais Les Echos avait affirmé le 3 août que le guide religieux Serigne Moustapha Sy avait été hospitalisé à Dakar, contaminé par le Covid-19. «Cette information n’a pas plu à certains disciples, qui sont venus tout casser», résume Mbaye Thiandoum, le rédacteur en chef. Pour ce dernier, «de tels actes doivent être punis, sinon la presse n’osera plus parler des marabouts. Toute personne se sentant diffamée pourra s’attaquer aux journalistes ».

Le Monde Afrique (FR)

Conscripted Into The Emperor’s Private Orchestra. L'empereur autoproclamé de la République centrafricaine, Jean Bédel Bokassa, a enrôlé le jeune Charlie Perrière dans son orchestre personnel. Bokassa considérait la musique comme "un outil politique de pouvoir". Ainsi, son entourage chante littéralement ses louanges. Perrière a passé un mois en prison pour avoir chanté une chanson que le dictateur n'aimait pas le jour de son anniversaire. Mais à la chute de Bokassa il a survécu à la violence de la foule grâce à la popularité de sa musique.

Narratively (EN)

Soutenez le journalisme indépendant. Faites un don


Un peu de Covid quand-même

Les cantons romands et le Tessin s’accordent sur les contours de la rentrée scolaire. En primaire et dans les cycles d’orientation, les enfants n’auront pas à porter le masque. Dans les niveaux plus élevés en revanche, il sera obligatoire dès que la distanciation physique de 1,5 mètre ne pourra pas être respectée.

Heidi.news

Covid-19 et les boîtes de nuit: plongée dans l’enfer des données entre Berne et Genève. D’une part, l’OFSP a fait une erreur humaine, qui a brouillé sa communication et jeté un doute sur ses processus internes. D’autres part, et c’est le cœur du sujet, les données fédérales s’avèrent en décalage avec celles recueillies par les cantons, qui ont la main sur le suivi de terrain de Covid-19.

Heidi.news (FR)

Total confirmed coronavirus cases in Africa pass 1 million. Et ca ne pourrait être que la partie émergée de l’iceberg. Selon certains experts, cette statistique, compilée par l’OMS à partir des données fournies par les gouvernements africains, serait sous-évaluée. Le nombre de contaminations pourrait être dix, voire cent fois supérieur. Selon l’Union africaine, la pandémie a déjà fait plus de 22'000 morts sur le continent.

The Guardian (EN)

Morgane Le Cam, bio exprès Journaliste française de 29 ans, Morgane Le Cam a démarré sa carrière à l’ouest, comme localière du quotidien breton Le Télégramme, avant de s'installer au sud en 2015. Correspondante du journal Le Monde au Burkina Faso puis au Mali, elle a raconté ces cinq dernières années les conséquences des conflits du Sahel sur les populations locales. Son travail a reçu le Prix Varenne du jeune reporter en 2017 et a été sélectionné au Prix Bayeux des correspondants de guerre, en 2019.

Actu.fr (FR)

Didier Kassaï, bio exprès. Illustrateur, aquarelliste et caricaturiste autodidacte, Didier Kassaï est né en 1974 à Sibut en Centrafrique. Il est connu pour ses aquarelles humoristiques et son implication dans le dessin de presse centrafricain de 1994 à 1997, notamment dans la presse biblique de la Baptist Mid-Mission et dans le quotidien satirique Le Perroquet. Son premier album solo, L'Odyssée de Mongou, paraît en 2014 aux éditions l'Harmattan BD. L'année suivante il publie Tempête sur Bangui aux éditions La Boîte à Bulles, en deux volumes.

Le Monde Afrique (FR)

Séance de rattrapage avec:

le Point du jour de vendredi

Bon week-end!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse
Facebook Twitter Linkedin Instagram