Bonjour, c’est Serge à Genève, où l'actualité (une fois de plus) donne tort aux journalistes qui pensent qu'il ne se passe rien en août et que l'on peut prendre des vacances!

En l'occurrence, nous avons couvert à la fois le sommet des jeunes «Smile for future» à Lausanne, avec Greta Thunberg, et le rapport inquiétant du GIEC sur le climat et la gestion des sols.

Serge Michel, Genève,
le 10.08.2019


Sommes-nous prêts à changer notre mode de vie pour le climat?

Dans une vidéo de 2016, l'ex-gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger appelle à ouvrir les yeux: «less meat, less heat».

Pour un média comme le nôtre, qui se veut optimiste, les temps sont durs. Non seulement l'actualité n'est pas en vacances, mais elle est calamiteuse:

  • La guerre commerciale entre Washington et Pékin gagne en intensité.
  • Les tueries de masse se multiplient aux Etats-Unis
  • L’armée chinoise pourrait intervenir à Hong Kong.
  • Le Cachemire indien redevient une poudrière.
  • Les Philippines comptent 146’000 personnes atteintes par la dengue.
  • Le Brésilien Jair Bolsonaro licencie l’homme chargé de surveiller la déforestation par satellite, parce qu’il ne veut pas en connaître les chiffres effrayants.
  • Toni Morrisson et Jean-Pierre Mocky ne sont plus.
  • Selon l’ONU, 5 millions de personnes au Zimbabwe sont menacés par la faim
  • En Italie, Matteo Salvini durcit encore sa politique anti-migrants et provoque une crise gouvernementale afin de pousser son avantage avec des élections anticipées.

C’est dans ce sombre contexte qu’a été publié, jeudi, le rapport accablant du GIEC sur le changement climatique et les sols.

De toutes les recommandations faites par la centaine d’auteurs qui ont compilé 7000 articles scientifiques, une seule a fait son chemin en direction du grand public: les populations des pays riches (c’est-à-dire vous et moi) devraient manger moins de viande.

Les trois quarts de la surface agricole mondiale sont en effet consacrés à l'élevage, soit pour les pâturages, soit pour produire du fourrage.

«Less meat, less heat». Ce résumé brutal d’un rapport bien plus complet, comme le raconte notre journaliste, a néanmoins un avantage. En visant notre assiette, notre estomac, il rappelle que la lutte contre le réchauffement climatique, après avoir été une querelle d’experts, puis un enjeu diplomatique et politique, est au fond un choix individuel.

On le savait déjà, bien sûr. Mais quand un aréopage de scientifiques vous le rappelle, c’est différent. Et cela pose cette question: que sommes-nous vraiment prêts à faire? J’ébauche une liste:

  • Troquer notre scooter contre un vélo électrique?
  • Choisir une voiture moins puissante? (Les voitures des Suisses sont 25% plus puissantes que celles des Européens. Une Porsche émet env. 272 grammes d’équivalent CO2 par km et une VW Polo 128 grammes, alors que l’objectif fédéral pour la fin 2020 est de 95 grammes).
  • Renoncer à une 2e voiture dans la famille? (Les transports sont la 1ère source d’émission de CO2 en Suisse, avec 31,5%. Au sein des transports, ce sont les voitures individuelles qui l’emportent, elles polluent 2,5 fois plus que tous les camions).
  • Cuisiner du porc plutôt que du bœuf? (En France, produire 1 kg de porc provoque l’émission de 12 kg d’équivalent CO2, contre plus du double, 27 kg, pour le bœuf)
  • Ne manger de la viande que deux fois par semaine, voire plus de viande du tout? (Produire 1 kg de porc émet autant de CO2 que cultiver 80 kg de pommes de terre)
  • Isoler trois fois mieux notre maison? (Le chauffage suit le transport, avec env. 25% des émissions de gaz à effets en serre en Suisse)
  • Adopter la permaculture pour notre potager?
  • Limiter notre consommation de vidéos en ligne? (Le streaming émet autant de gaz à effet de serre que toute l’Espagne)
  • Oublier l’avion pour les vacances en famille? (Le 24 juillet, l’application Flightradar a compté 225’000 vols autour de la terre, un record absolu. D’ici 2050, le secteur aérien pourrait représenter 24% des émissions de CO2, contre 2 à 3% aujourd’hui)
  • Aller désormais aux Etats-Unis en voilier, comme Greta Thunberg à la mi-août?
  • Rien de tout ça?

Ces questions, je me les pose, j’en parle avec des amis et je vous les pose, chères lectrices et chers lecteurs du Point du jour. Voici donc un appel à témoignage: dites-nous ce que vous avez déjà fait ou ce que vous êtes prêts à faire pour le climat, en écrivant à redaction@heidi.news. Nous n’utiliserons évidemment votre nom qu’avec votre expresse permission! La semaine prochaine, nous mettrons en place un formulaire pour que vous puissiez participer de façon anonyme, si vous le souhaitez.

Ces témoignages que nous voulons recueillir ne remplacent pas nos propres articles et recherches, qui vont s’intensifier. Le climat est un sujet majeur pour la rédaction de Heidi.news. Mais dans ce déluge de statistiques souvent anxiogènes, cela nous intéresse de savoir ce que vous avez déjà décidé de faire - ou pas. Car c'est peut-être de vous que viendront les bonnes nouvelles!


Sur Heidi.news

Sobin Salomé pour Heidi.news

Naufrage de pulsions amoureuses, au temps de l’effondrement. Vous avez raison d'avoir suivi ce feuilleton jusqu'à ce septième épisode. Car voilà l'intrigue nouée. A New York, cinq mois après l'éruption du supervolcan, Nora frappe à la porte de Florence et l'on devine le choc que vont provoquer les nouvelles d'Alix qu'elle apporte. Ca, c'était la fin de l'épisode six. Maintenant, on revient en Italie, quelques semaines après l'éruption. Nora est bien là, engluée dans sa fuite avec ses deux compagnons et cette mystérieuse Alix. Oui, c'est l'apocalypse, mais c'est aussi l'éveil des sens, dans une maison fragile au milieu de l'eau.

Heidi.news (Stand-by, un thriller climatique) (FR, Paywall)

Le sommet de la jeunesse accouche d'une «Déclaration de Lausanne». Avant d'aller manifester dans les rues de la capitale vaudoise, les participants de Smile for Future ont adopté trois points consensuels adressés aux décideurs politiques: assurer la justice et l’équité climatique, limiter l’augmentation des températures à moins de 1,5°C en dessous des niveaux pré-industriels et s’appuyer sur les connaissances scientifiques actuelles sur le climat.

Heidi.news (Le Flux Sciences) (FR)

La tristesse de ceux qui combattent Ebola au Congo. Trish Newport est coordinatrice d’urgence pour MSF sur l’épidémie d’Ebola en RDC. Un an après le démarrage de la 10e épidémie, qui a déjà fait plus de 1700 victimes, elle appelle à un changement d’approche dans la lutte contre le virus, afin de gagner la confiance des populations.

Heidi.news (opinion) (FR)

Contenu partenaire


Sept bonnes lectures pour le week-end

Voiture, industrie, viande… Quelles sont les causes du réchauffement climatique en France? La nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre entraîne régulièrement des débats houleux. Le point sur les secteurs polluants en France.

Le Monde (Les Décodeurs) (FR)

Boar wars: how wild hogs are trashing European cities. Les sangliers sont devenus une menace pour beaucoup de villes européennes. A Barcelone, où ils bousculent les touristes et pillent les poubelles, la contre-attaque a commencé.

The Guardian (The long read) (EN)

Reportage sur le tournage de la nouvelle série de Canal+: «L’effondrement» Prévue pour une diffusion en novembre, «L'effondrement» surfe sur la vague de la «collapsologie» et des survivalistes. La fin de notre système de société est là: comment s'en sortir? Le tournage s'est mis en cohérence avec son thème: tous les repas sont végétariens et l'équipe trie ses déchets. Des gourdes au lieu des bouteilles d'eau en plastique et du café en grain au lieu des capsules. Et le film, il sera bio?

Uzbek et Rica (FR)

«C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses» Tourisme humanitaire ou arnaque? Malgré leurs désillusions, les jeunes cherchant à voyager «autrement» ont du mal à critiquer leur expérience.

The Conversation (France) (FR)

The Mystery of the Missing Hotel Toothpaste. Même les hôtels low cost vous donnent du savon et du shampoing. Les hôtels de luxe, eux, vous offrent toute la trousse: revitalisant, hydratant, lime à ongles, bonnet de douche, kit de réparation, chausse-pied... Mais jamais de dentifrice. Ce n'est pas seulement une bizarrerie de l'industrie, c'est un échec du marché et un scandale. Les hôtels se refusent à fournir un article bon marché dont les clients ont vraiment besoin. Qu'est-ce qui se cache derrière ce court-circuit insensé entre l'offre et la demande? Quelles forces obscures sous-tendent le mystère du dentifrice manquant? Une enquête impitoyable.

Slate (EN)

«Les Cachmiris se sentent humiliés» Shah Faesal, un des rares politiciens du Cachemire indien à s’exprimer depuis que la vallée a été coupée du monde, analyse la situation.

Le Monde (FR)

What Happened to Aung San Suu Kyi? Un ancien conseiller d'Obama retrace l'ascension politique et le déclin moral de la Birmane Aung San Suu Kyi. Pendant ses années d'assignation à résidence, de 1989 à 2010, elle a reçu le prix Nobel de la paix et a été comparée à Václav Havel et Nelson Mandela. En tant que chef du gouvernement depuis 2016, elle a regardé l'armée et des foules haineuses mener un terrible nettoyage ethnique contre la minorité Rohingya. Le pouvoir l'a-t-il changée si fondamentalement? Ou est-ce que le monde l'a mal comprise quand elle était dissidente?

The Atlantic (EN)

Vous avez aimé? Partagez:

Séance de rattrapage avec:

le Point du jour de vendredi

Bon week-end!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse