Bonjour, c’est Adrien à l’UNIL, où les apéros de fin d’année émaillent les couloirs des différentes facultés. L’Université se joint aux célébrations avec sa carte de vœux qui met en avant son implication dans les JOJ 2020.

Pour cette dernière newsletter de l’année, je vous parlerai des astuces pour pallier l’absence de contrat avec l’éditeur Springer-Nature, du pôle de recherche national sur les microbiomes, et d’une manifestation étudiante contre la suppression de la session d’examens d’août.

Adrien Miqueu, Lausanne
Le 19.12.2019


Sur les Flux de Heidi.news

Photo article

Martial Trezzini / Keystone

Numérisation et sciences naturelles. Le Conseil des Etats s’est penché ce jeudi 19 décembre sur l’opportunité de débloquer 12,4 millions de francs pour numériser les collections de sciences naturelles suisses. Un texte accepté dans la matinée à l’unanimité des parlementaires. A quoi servira ce projet, qui verrait à terme la numérisation de plus de 61 millions de pièces?

Heidi.news (FR, Paywall)

Spécialités médicales au volant et humour de Noël. Les psychiatres ont plus d’amendes pour excès de vitesse que les autres médecins et les cardiologues sont amateurs de belles carrosseries. C’est la conclusion d’une étude parue le 18 décembre dans l’édition de Noël du British Medical Journal, dévolue aux articles facétieux. Heidi.news a bien ri à comparer les plaisirs routiers de nos chères blouses blanches.

Heidi.news (FR, Paywall)

Corrélation entre génome et revenu. Existerait-t-il un, ou des gènes corrélés à l’aisance financière? Ils seraient au nombre de 150, prétend répondre une étude. Mais par ses implications déterministes, elle n’a pas manqué de s’attirer les foudres de la communauté scientifique, qui souligne les biais de ces travaux.

Heidi.news (FR)

Efforts insuffisants de l’industrie pétrolière sur le climat. Malgré les promesses, l’industrie pétrolière semble peu encline à se décarboner. Selon le rapport 2019 Outlook for Energy du pétrolier ExxonMobil, la compagnie n’envisage tout simplement aucune réduction de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2040.

Heidi.news (FR)

Découvrez Heidi.news gratuitement. 30 jours d’essai au début de chaque abonnement.


Coup de projecteur

Photo article

Nadège Zanou, Séverine Arnold et Cyril Lécosse (DR)

Nadège Zanou est l’une des quatre lauréates du subside «Tremplin», un prix mis en place par l’UNIL l’année dernière pour encourager les carrières académiques féminines. La dotation permet soit de se faire remplacer pour les tâches d’enseignement, soit d’engager un.e technicien.ne pour le laboratoire. Le but étant dans les deux cas de faire progresser plus facilement ses recherches et ainsi de booster sa carrière académique. Nadège Zanou, elle, a choisi d’embaucher pour poursuivre son projet sur la myopathie: elle cherche à comprendre si les différentes formes de cette maladie musculaire sont causées par un mécanisme unique.

Unil.ch (FR)

Séverine Arnold a été nommée membre de la Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle (CHS PP) par le Conseil Fédéral. Professeure ordinaire à la faculté des HEC, ses travaux portent sur la modélisation du taux de mortalité, selon la cause de décès, ainsi que sur les systèmes d’assurances et de fonds de pension. Elle rejoint donc la CHS PP, autorité de surveillance indépendante sur le système des trois piliers.

CHS PP (FR)

Cyril Lécosse a reçu le prix du jury 2019 de la Fondation Napoléon, pour son ouvrage «Jean-Baptiste Isabey: Petits portraits et grands desseins». Chercheur en histoire de l’art, il avait déjà consacré sa thèse à Isabey, peintre spécialisé dans les miniatures. Il analyse dans ce livre les enjeux artistiques et politiques de la production de ces petits portraits, à l’aube du XIXe siècle.

Fondation Napoléon. (FR)

Le labo de l'UNIL

Photo article

© Gabbud et al.

Les centrales hydroélectriques menacent les insectes. Dans un barrage au fil de l’eau, les sédiments qui s’accumulent sont périodiquement relâchés en aval. Le groupe de recherche Alpwise a étudié l’effet de ces relargages à l’aide d’observations de terrain et de modèles numériques. Ils établissent que ces évacuations de sédiments modifient l’habitat des insectes aquatiques, et le déplacent vers l’aval. Mais le changement est trop rapide pour que ces insectes s’y habituent. Jusque-là, l’influence des centrales hydroélectriques sur les écosystèmes des rivières n’avait été que très peu étudié.

EOS (EN)

16 millions pour les microbiomes. La Confédération vient de lancer six nouveaux Pôles de Recherche Nationaux (PRN), pour une enveloppe totale de 100 millions de francs. L’UNIL décroche le PRN consacré aux microbiomes, doté d’un budget fédéral de 16 millions de francs. Comprendre l’organisation et le fonctionnement de ces communautés de micro-organismes pourrait présenter des applications pour la médecine personnalisée, la nutrition ou l’agriculture. Des raisons suffisantes pour sélectionner ce projet «d’importance stratégique pour l’avenir de la science, de l’économie et de la société suisse», auquel collaborent des groupes de l’ETH Zurich et de l’EPFL. Le projet ne porte pas que sur le microbiome chez l’humain, mais dans toutes sortes de systèmes, comme en témoignent les sujets des sept groupes de l’UNIL: interactions bactéries et plantes, pollution des sols ou encore microbiote de l’intestin des abeilles.

Heidi.news (FR, Paywall)

Sci-Hub pour contourner Springer-Nature. Vendredi dernier, c’était la fin des négociations concernant les contrats avec les éditeurs scientifiques. Si les universités suisses ont réussi à obtenir un accord avec Wiley et Elsevier, dialogue de sourds avec Springer-Nature. À partir de janvier 2020, les nouveaux articles publiés dans les revues de cet éditeur (par exemple l’incontournable Nature) ne seront plus accessibles aux universitaires suisses. Les publications antérieures resteront disponibles. L’UNIL a donc détaillé dans un mail à ses chercheurs les façons de contourner la contrainte: parcourir le net à la recherche d’une version Open Access de l’article, contacter directement les auteurs, utiliser le hashtag #IcanHazPDF sur Twitter pour demander un pdf par message privé, ou encore utiliser la plateforme Sci-Hub, illégale mais grandement appréciée dans le monde académique.

Heidi.news (FR, Paywall)

Dans les coulisses

Cours interrompus pour le climat. Vendredi dernier, une vingtaine de militants de la Grève du climat ont interrompu des cours magistraux de l’UNIL. Voulant sensibiliser à l’inaction climatique, ils se sont introduits dans des cours de droit et de chimie, où les professeurs se sont montrés coopératifs. Quelques étudiants se sont montrés intéressés, mais la plupart étaient trop focalisés sur leurs examens pour quitter le cours. Le risque de débouler dans un auditoire d’étudiants en médecine, à un mois du rendez-vous fatidique.

La session d’août vivra. Jeudi dernier, une centaine d’étudiants de la faculté de SSP (Sciences Sociales et Politiques) manifestait avec force banderoles et slogans devant le bâtiment Géopolis. Il s’y déroulait une séance du Conseil de la Faculté, dont l’ordre du jour proposait de supprimer la session d’examens d’août. Jugée chronophage par de nombreux professeurs, elle affiche aussi un plus fort taux d’échec que celle de juin. Mais pour l’association des étudiants de SSP, la session d’août permet, entre autres, de mieux répartir les examens pour ceux qui travaillent à côté. La semaine précédant la réunion, l’association des étudiants de SSP s’était mobilisée en distribuant des tracts et en organisant la manifestation. Bilan des courses: un groupe de travail va être constitué pour discuter de l’aménagement général des examens. Les représentants étudiants y auront un droit de veto, au cas où la suppression de la session d’août reviendrait sur le tapis.

Signatures contre le congé paternité. Alors que le Parlement a voté en septembre pour un congé paternité de deux semaines, des étudiants rapportent avoir été démarchés sur le campus pour un référendum contre cette nouvelle loi. La FAE (Fédération des Associations d’Étudiant-e-s) a réagi en envoyant un message à tous les étudiants, les enjoignant de bien lire les arguments, qui étaient présentés comme en faveur du congé paternité.


Adrien Miqueu. est doctorant en histoire des sciences à l’UNIL. Malgré son master de physique à l’EPFL, il a préféré être aussi journaliste scientifique et dessinateur de BD. Vous pouvez lui écrire ici.


Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de mercredi

Bonne soirée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse