Bonjour, c’est Laure pour parler de santé et notamment des études visant à suivre la progression du Covid-19 chez les travailleurs.

Aujourd'hui, je vous propose de revenir sur la crise sanitaire à travers deux récits: celui du Lieutenant Marchon déployé dans les hôpitaux genevois et celui de l'installation d'une deuxième citerne d'oxygène aux HUG en un temps record.

Laure Gabus, Genève
13.05.2020


«Je ressors de la crise du Covid-19 avec une autre vision de la mort»

Photo article

Au civil, Michaël Marchon a 25 ans et travaille dans le domaine hôtelier. Il a le contact humain facile, le ton jovial et un grand sens de l’organisation. A l’armée, il est lieutenant au sein du bataillon hôpital 2. Mi-mars, comme près de mille autres militaires et pour faire face à la crise du Covid-19, il a reçu un SMS de mobilisation: rentrée en service le 19 mars à Moudon.

Lundi 30 mars, les soldats étaient déployées dans les hôpitaux de Suisse romande. A Genève, 105 d’entre eux se sont engagés sur le site des HUG entre l’hôpital cantonal, celui des Trois-Chêne et le service des ambulances. Le lieutenant Marchon effectue le lien entre les militaires et les institutions civiles. Il se souviendra longtemps du lundi où il a débarqué avec ses soldats à l’hôpital des Trois-Chêne: «Nous ne savions pas non plus comment l’hôpital avait présenté notre fonction et les gestes que l’on pouvait effectuer avec et sans supervision. On est arrivé à 7h et à 7h15, il y avait déjà un décès du Covid-19. On a été directement confronté avec cette détresse.»

Cela ne les laisse pas indemne. Michaël Marchon dit sortir grandi de cette expérience: «J’en ressors avec une autre vision de la mort. Je n’en ai plus peur, je me dis qu’il faut vivre avec. Après avoir vu des gens en grande détresse, j’ai compris que l’acharnement médical ne sert à rien.»

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi. Abonnez-vous


Comment les HUG ont doublé leur capacité en oxygène

Photo article

L'installation de la deuxième citerne de 24 000 litres d'oxygène.

Pierre-André Zuber est responsable du service de maintenance et d'exploitation des HUG. «Nous sommes en charge de tout ce qui est technique, hors imagerie et système d’information», résume-t-il. Depuis la mi-mars, son service s'active pour que l'hôpital cantonal puisse répondre techniquement à la crise du Covid-19.

Leur première mission a été la participation à la construction de la tente de dépistage devant les HUG: il a fallu y installer l'électricité, le chauffage et des panneaux d'isolation. Leur deuxième intervention a été aux Urgences: réaménagement du périmètre, création d’une zone de tri entre les patients au niveau de la cafétéria en suivant les plans des architectes et les directives. Puis, il s'est agi de remettre une soixantaine de lits dans le sixième étage du bâtiment Stern, occupé par des bureaux. «Il a fallu réhabiliter les installations électriques existantes et créer des installations électriques de secours, remettre en état l'appel aux soins, adapter le réseau IT, installer des tableaux supplémentaires de distribution de gaz médicaux, renforcer les réseaux de vide médical, installer et configurer les équipements biomédicaux et le monitoring des lits...»

Un challenge important a été de faire acheminer et d'installer -début avril- une deuxième citerne d'oxygène de 24'000 litres afin de doubler la capacité de l'hôpital, et ce sans priver les malades intubés. Pour ce faire, il fallait au préalable recevoir un permis d’installer et répondre aux consignes de sécurité. Le parking où se loge la citerne sur des socles en béton a dû être fermé, afin d'éviter tout potentiel d’accident. L'oxygène liquide peut en effet provoquer des brûlures lorsqu’il se détend et augmente le risque d’incendie s’il s'échappe. Le jour de l'installation, l’approvisionnement de l'oxygène des HUG ne pouvait pas être coupé. Un souci logistique et un stress supplémentaires. Tout s'est heureusement parfaitement déroulé.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Abo Jeune - prix libre. Heidi.news s’engage pour permettre l’accès des jeunes à une information de qualité. Les moins de 26 ans peuvent s’abonner gratuitement ou dès 1 CHF.

Je m’abonne

Une raison d'espérer

Plus de 10% de la population a développé des anticorps. Comme déjà mentionné dans cette newsletter, une étude est en cours aux HUG pour estimer le taux d’exposition des Genevois au coronavirus via la présence d’anticorps au sein d’un échantillon de la population. D’après les derniers résultats en date, pré-publiés sur MedRxiv, environ un habitant du canton sur 10 présentait des signes d’infection à Covid-19 au 24 avril. Il semble aussi que les mineurs soient tout autant infectés que les adultes, même si ce résultat demande à être confirmé et affiné.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Dans les coulisses des HUG

Suivi de la progression du Covid-19 chez les travailleurs. Genève s’apprête à suivre la progression du coronavirus chez les travailleurs, avec Serocov-Work+. Comme son homologue vaudoise, cette étude permettra de mesurer le taux d’exposition des professionnels mobilisés durant la pandémie, tel que le personnel de vente, grâce au dosage d’anticorps anti-coronavirus. Prévue pour inclure 15’000 participants, Serocov-Work+ est le fruit d’un partenariat public-privé impliquant les HUG, Hirslanden Clinique la Colline et Clinique des Grangettes, l’Hôpital de La Tour, l’EPFL et la Chambre de commerce (CCIG).

Lire l'article intégral sur le site d'Heidi.news (FR)

La 3D pour répondre en urgence aux besoins des soignants. Le centre d’impression 3D des HUG a développé deux nouveaux produits durant la crise du Covid-19: des visières pour protéger le personnel ou un clip pour élastique de masque, très utile pour soulager la pression que les élastiques des masques exercent sur les oreilles.

Toutes les informations sur le site des HUG (FR)

Un site web pour préserver sa santé mentale au quotidien. La pandémie du Covid-19 a bousculé nos habitudes et nos relations sociales. La santé mentale a pu être mise à épreuve. Forts de ce constat, des spécialistes de l'UNIGE et des HUG ont développé la plateforme Covidout.ch. Elle fournit des ressources concrètes et personnalisées pour maintenir un équilibre de vie dans la situation exceptionnelle actuelle et propose des stratégies d'adaptation à moyen et long terme.

Plus d'informations sur le site des HUG (FR)

Covid-19 sur Heidi.news

Photo article

Le casse-tête des hôpitaux et des cliniques face au chômage partiel. L’arrêt provisoire des opérations électives et des consultations ambulatoires non-urgentes ordonné par le Conseil fédéral entre le 13 mars et le 27 avril a poussé de nombreux hôpitaux à déposer des demandes de chômage partiel pour une partie de leur personnel. Si les demandes des hôpitaux et cliniques privées sont en majorité acceptées par les caisses cantonales de chômage, celles des hôpitaux publics restent souvent sans suite. Comment expliquer cette différence de traitement entre hôpitaux publics et privés? Heidi.News a mené l’enquête.

Heidi.news (FR)

Que penser des interventions de Jean-Dominique Michel sur l’épidémie? Beaucoup de lecteurs nous interrogent sur les interventions du Genevois Jean-Dominique Michel, qui tient le blog Anthropo-logiques sur la plateforme de la Tribune de Genève et se présente comme anthropologue de la santé et expert en santé publique. Ses interventions au vitriol sur la crise du coronavirus, sur son blog et dans une interview vidéo, ont été massivement partagées sur les réseaux sociaux et continuent de l’être.

Heidi.news (FR)

«La pharma doit mettre ses brevets entre parenthèses.» Le 18 mai, l’OMS ouvre son assemblée annuelle à Genève. Au cœur des débats: la question de l’accès globale et équitable aux diagnostics et aux futurs traitements et vaccins contre Covid-19. Alors que l’industrie pharmaceutique poursuit un effort de recherche et de développement sans précédent , la question de l’accès à ces technologies reste floue. Qui aura droit à quoi? Avec quelle priorité? Et à quel prix? Face à l’urgence, Médecins sans Frontières (MSF) appelle à une trêve sur les brevets et les profits de l’industrie pharmaceutique et médicale. Les explications de Tammam Aloudat, directeur médical adjoint de MSF.

Heidi.news (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de mardi

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse