Bonjour, c’est Sophie pour vous parler d'éducation, alors que les universités romandes se préparent à la reprise des cours lundi.

Ce soir, nous évoquerons l'Université de Genève, qui a surpris ses étudiants en annonçant que ses auditoires pourraient être utilisés à leur capacité normale. Nous reviendrons aussi sur l'école à journée continue, qui a été débattue hier au Conseil des Etats.

Sophie Gaitzsch, Genève
10.09.2020


L’UNIGE fait le pari de remplir ses auditoires malgré la pandémie

Photo article

A l’Université de Genève, comme dans toute la Suisse romande, la rentrée académique aura lieu le lundi 14 septembre. Dans le courant de l’été, l’institution semblait se diriger vers une présence simultanée d’un tiers des effectifs seulement afin de respecter les distances entre les personnes. Mais elle a finalement changé de cap: les auditoires pourront être remplis à leur capacité habituelle. Cette décision suscite l’incrédulité des certains étudiants et membres du personnel.

Pourquoi c’est surprenant. L’UNIGE se distingue des universités de Lausanne et de Neuchâtel, mais aussi de l’EPFL, qui ont pris le parti de réguler la présence des étudiants dans leurs murs. Seule l’Université de Fribourg est sur une ligne similaire. Ce choix est d’autant plus étonnant que Genève figure parmi les cantons suisses dans lesquels le nombre de nouveaux cas par 100'000 habitants est le plus élevé.

Les modalités de la rentrée. Dans un message adressé aux collaborateurs, la vice-rectrice Micheline Louis-Courvoisier indique que «la mesure clé de cette rentrée à l’UNIGE est le port du masque obligatoire dans les bâtiments universitaires, qui permet notamment d’utiliser les auditoires à leur capacité normale». L’objectif est de favoriser «l’échange direct entre étudiants et enseignants dans le plein respect des normes de protection», peut-on lire dans un courriel envoyé aux étudiants par le recteur Yves Flückiger, qui précise que l’UNIGE pourra recourir à l’enseignement hybride en cours d’année en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

Le porte-parole de l’université, Marco Cattaneo, précise qu’avec le port du masque «les auditoires de l’UNIGE peuvent être remplis mais ne le seront pas nécessairement. Les modalités d’enseignement seront arrêtées au niveau des facultés, cours par cours, en fonction de critères pédagogiques et organisationnels.»

Dans le bâtiment Uni Dufour, le plus grand auditoire peut accueillir 642 personnes. A Uni Mail, la capacité de la plus grand salle est de 500 places.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Découvrez Heidi.news gratuitement. 30 jours d’essai au début de chaque abonnement.


L’«école à journée continue» gagne (très) lentement du terrain en Suisse

Photo article

Keystone

La prise en charge des enfants par l’école publique durant la pause de midi et après la classe l’après-midi? En Suisse, ce type de dispositifs appelés «école à journée continue» restent une exception. En cette rentrée 2020, l’idée revient pourtant sur le devant de la scène politique, avec un postulat débattu au Conseil des Etats. De son côté, le Canton de Neuchâtel vient de dévoiler les résultats d’un sondage auprès des parents, qui sont 70% à plébisciter un tel système.

L’école à journée continue représente une solution efficace pour améliorer la conciliation entre travail et famille. En Suisse, il s’agit d’un enjeu particulièrement important pour les mères, qui se retrouvent souvent en première ligne lorsqu’il faut faire des concessions professionnelles pour répondre à des impératifs familiaux. Elle permet également de renforcer l’égalité des chances entre les élèves.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Suivez-nous sur les réseaux sociaux. Heidi.news, c'est aussi des actualités quotidiennes sur les réseaux sociaux. Retrouvez Heidi.news sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, YouTube et TikTok.

Suivre Heidi.news

Une raison d'espérer

Un milliard pour la Haute école spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest. Les gouvernements des cantons d’Argovie, de Soleure et des deux Bâle ont annoncé vouloir verser une contribution de 937,5 millions de francs à la Haute école spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest (FHNW) pour la période 2021-2024. Cette proposition, qui doit maintenant être validée par les parlements cantonaux, correspond à un montant annuel de 234,4 millions par an, soit 8,7 de plus que durant la période actuelle. Les cantons veulent ainsi répondre aux défis que sont le changement numérique, la pénurie de travailleurs qualifiés et la durabilité. La FHNW compte près de 13'000 étudiants.

Basler Zeitung (FR)

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

Marc Progin à la sortie du tribunal, à Sai Wan Ho, Hong Kong, le 9 septembre 2020. | Keystone / EPA / Jérôme Favre

Un photographe Suisse jugé à Hong Kong. Marc Progin, ancien horloger de 75 ans et résidant de longue date à Hong Kong, est jugé depuis mercredi pour son implication présumée dans l'agression d'un employé de banque chinois pendant une manifestation prodémocratie contre le régime central en 2019. Le photographe suisse, poursuivi pour «aidé et encouragé un trouble à l'ordre public», risque jusqu'à un an de prison et 5000 dollars hongkongais d’amende (soit environ 580 francs). Le procès a été ajourné jusqu’au 16 septembre et le verdict ne sera pas rendu avant novembre.

Heidi.news (FR)

Pourquoi le report du paquet d'aides aux médias est une bonne nouvelle. Le renvoi en commission décidé par le National signifie un alignement sur le Conseil des Etats. A savoir: l’aide aux médias électroniques doit être traitée en même temps que le reste du projet (aide indirecte à la presse et soutien aux agences de presse et aux institutions de formation).

Heidi.news (FR)

Les promesses des psychédéliques. Dans «Voyage aux confins de l’esprit» (Ed. Quanto), le journaliste américain Michael Pollan se penche sur le retour en grâce des substances psychédéliques en recherche clinique. Un ouvrage passionnant qui nous invite à faire le point sur les études et les usages thérapeutiques du LSD et de la psilocybine en Suisse.

Heidi.news (FR)

L'effet de l’effronterie scientifique sur le public. L’épidémiologiste Marcel Salathé (EPFL) et l’éthicienne Effy Vayena (Université de Zurich) se sont intéressés à la connotation, positive ou négative, que portaient les posts sur le réseau social Twitter mentionnant l’utilisation et le potentiel de la technique CRISPR. Et cela depuis 2012, année d’apparition de la technique; grâce à des algorithmes, les scientifiques ont analysé quelque 1,3 million de tweets sur le sujet!

Heidi.news (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de mercredi

Bonne soirée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse