Bonjour, c’est Jade pour parler de culture et notamment de gaming avec l'appel à projets du Canton de Vaud pour la conception de jeux vidéo sur son territoire.

J'ai aussi échangé avec l'écrivain romand Quentin Mouron. Depuis le déconfinement, il a retrouvé son élan créatif et sort un essai cet automne.

Jade Albasini, Sion
Le 10.07.2020


«J’ai peur de me réveiller dans un pays privé de ses théâtres et de ses salons littéraires»

Photo article

Quentin Mouron. Photo: Julie Berthollet

Après avoir été confiné à Vevey, Quentin Mouron savoure aujourd’hui sa liberté à Paris, flânant à Montmartre avant de retrouver sa partenaire, la violoniste Julie Berthollet. Au pic de la pandémie, l’écrivain romand a préféré effacer l’auteur et observer les agitations de la société en tant que citoyen. «Personnellement, je n’avais pas envie de jouer au saltimbanque qui lit ses poèmes sur Internet. J’ai par contre partagé quelques blagues sur Instagram», commence le jeune trentenaire connu pour son côté cynique et espiègle. Il confiera ensuite que pour lui, cette période n’était pas propice à l’écriture. Le mythe de la solitude de l’artiste, mère de toutes les muses, s’écroule. «De mon côté, on était loin d’un îlot de créativité souvent fantasmé. D’abord j’étais très sensible à l’angoisse généralisée et après une journée de télétravail sur mon ordinateur, j’avais la nausée des écrans.»

Car comme beaucoup de ses congénères, l’homme de lettres -qui avait fait une entrée remarquée dans les librairies avec son premier roman «Au point d’effusion des égouts» en 2011- a un autre métier. Il est enseignant. Et pendant la crise, il a transmis à distance les bases de la littérature et de la philosophie. «Je n’ai pas beaucoup écrit durant ce laps de temps. Par contre, j’ai plongé dans la lecture des grands essais du 20ème siècle, notamment 'L’Etre et le Néant' de Sartre», précise le Canado-Suisse.

Alors qu’il reprend ses marques de professeur déconfiné en juin, son texte satirique «Vesoul, le 7 janvier 2015» -finaliste pour le Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne 2020- est traduit en allemand. La presse germanophone s’emballe, friande des écrits acérés du surnommé «Skandalautor». En France, Quentin Mouron est davantage décrit comme «l’enfant terrible» de la littérature helvète. Certains murmurent aussi qu’il est le «Houellebecq suisse».

Traçant sa propre route, l’écrivain prolifique (il a déjà 6 romans à son actif), confie avoir retrouvé un élan créatif depuis le début de l’été. «Ca vient de la relâche. Avec mon éditeur Olivier Morattel, on a eu envie de sortir un livre concept pour l’automne.» En première partie, son essai «Jean Lorrain ou l’impossible fuite hors du monde» explore les textes audacieux de ce poète oublié. Quentin Mouron retouche ensuite son propre ouvrage «L’Âge de l’héroïne» paru en 2016. «Je travaille également sur ma prochaine fiction mais elle ne sortira pas avant l'année prochaine. Pour l’anecdote, l’histoire a lieu à Bergame au nord de l’Italie. Je l’avais planifiée bien avant les terribles événements qui sont associés à la ville depuis la vague de Covid-19», raconte-t-il. La petite ville italienne est devenue tristement célèbre, martyr du coronavirus. «J’hésite à changer mais je peux aussi utiliser cet aspect».

Quand on aborde les rendez-vous littéraires incontournables, que ce soit Les livres sur les quais à Morges annoncé du 4 au 6 septembre prochain sous une autre forme ou le Salon du Livre de Genève déplacé à fin octobre, l’auteur souligne l’importance de ces manifestations. Avec la pandémie, de nombreux débats, salons et rencontres ont été annulés. «Pour de nombreux écrivains, c’est leur gagne-pain. Vivre de la vente de ses livres reste marginal. Rappelons que ces rencontres restent fragiles car elles dépendent de l’affluence de leur public. Ce n’est peut-être pas la préoccupation principale avec l’urgence sanitaire mais elles peuvent disparaître. Et j’ai peur de me réveiller dans un pays privé de ses théâtres et ses salons littéraires!»

Quentin Mouron énumère aussi l’impact sur toute la chaîne de production, dont les conséquences seront visibles à long terme: «Les éditeurs ont dû renoncer à sortir des livres. Les espaces pour en parler manquent. Mais le vrai coup dur, c’est pour les libraires. Pour tout le milieu culturel, c’est une épreuve. Les écrivains devraient s’en sortir. De toute façon, tu ne gagnes jamais de fric avec tes bouquins alors le Covid-19 n’a pas eu d’impact à ce niveau-là. Au final, je ne veux pas trop la ramener car notre situation est moins grave que pour les comédiens.»


Le journalisme de précision qui répond à vos questions. Abonnez-vous!


L'industrie mondiale du jeu vidéo a profité du confinement. Et en Suisse?

Photo article

Photo: Team_KwaKwa_Fahran___Co

Dans le monde culturel, l’industrie vidéoludique a fait figure d’exception pendant le confinement: les téléchargements de jeux vidéos ont explosé, notamment les blockbusters comme Call of Duty: Warzone ou Doom Eternal. Rien qu’en observant les chiffres du 16 au 22 mars sur le marché EMEAA (Europe, Moyen-Orient, Asie et Afrique), une hausse de 52,9% de joueurs a été enregistrée. Certains acteurs du milieu redoutent aujourd’hui le revers de la médaille, prévoyant un effet coronavirus en 2021.

Qu'en pensent les professionnels du gaming en Suisse? Plusieurs studios helvètes regrettent de ne pas pouvoir se rendre aux grands salons internationaux comme la Gamescom de Cologne, haut-lieu de rencontres entre créateurs et entreprises. Dans une perspective de soutien, le Service des affaires culturelles (SERAC) du Canton de Vaud lance dès le 15 juillet un appel à projets pour la conception d'un jeu vidéo. Le lauréat reçoit une aide allant jusqu’à 50’000CHF.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Des infos, des analyses, des enquêtes. Heidi.news, c'est bien davantage que la newsletter que vous lisez en ce moment. Retrouvez nos Flux sur les Sciences et la Santé, nos Explorations comme les biotech en Valais, et nos tribunes, chroniques et opinions. Heidi.news a choisi de se financer par ses lecteurs plutôt que par la publicité.

Essayez-nous!

Deux raisons d'espérer

Photo article

NIFFF

Edition prometteuse du NIFFF Hors-Série. Alors qu'il reste encore quelques jours pour profiter du marathon cinématographique du Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF), les organisateurs partagent des bonnes nouvelles: «Lancement électrifiant et des premiers chiffres encourageants», écrivent-ils à mi-parcours. Le public lui est fidèle puisque près de 80% des ventes proviennent des abonnements multiséances pour cette 10ème édition hors du commun.

Le NIFFF (FR) Photo article

Photo: Facebook de Re, sur l'image: l'artiste Robin Braendli für Visarte Fribourg

Scène ouverte et solidaire à Fribourg. Depuis le 4 juillet et jusqu'au 18 de ce mois, Fribourg vibre en douceur avec le «Re!» qui se décrit comme «le festival des festivals perdus». Un «Mischung» - pour reprendre les termes des organisateurs bilingues - afin de reconnecter les arts performatifs avec les structures culturelles mais surtout avec son public. La richesse du programme montre toute l'étendue des talents du canton. À ne pas manquer!

Re! festival des festivals perdus (FR)

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

L’Oberland sans les hordes. 3e étape de notre été (forcément) suisse dont vous êtes les héros. A quoi ressemble l’endroit le plus touristique du pays au temps du coronavirus?

Heidi.news (FR)

L’OMS reconnaît la possibilité d’une transmission aérosol de Covid-19. L’OMS vient de publier une nouvelle synthèse sur la transmission de Covid-19 et les moyens de s’en protéger. L’agence sanitaire reconnaît désormais la possibilité d’une transmission du virus par aérosol. Elle recommande d’assurer la mise en œuvre d’une ventilation efficace dans les lieux confinés. Cette évolution prend sa source dans une controverse en cours sur le mode de transmission des pathogènes respiratoires. La communauté des experts en aérosols estime que la transmission par aérosol des virus respiratoires, et notamment de Covid-19, est sous-estimée par l’OMS.

Heidi.news (FR)

«Pour sortir de la pandémie, mieux vaut ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier immunitaire.» Alors que le nombre de cas de Covid-19 dans le monde a passé la barre des 12 millions, on s‘interroge toujours sur l’immunité acquise par les personnes infectées. Les recherches se focalisent sur la production d’anticorps contre la maladie, mais un autre type d’immunité acquise est souvent négligé: l’immunité cellulaire. Le Pr François Balloux, biologiste suisse et directeur du Genetics Institute du University College de Londres, piste les mutations de Sars-CoV-2. Il nous explique pourquoi ce type d’immunité est une piste à ne pas négliger. Entretien.

Heidi.news (FR)

Avant d'aller sur la Lune, le projet Igluna passe par Youtube. Au Cervin l’année dernière pour présenter leurs résultats, ils devront se contenter de Youtube cette année. Eux, ce sont les 150 étudiants et étudiantes du projet Igluna, lancé par le Swiss Space Center et l’Agence spatiale européenne (ESA), avec pour consigne de développer des technologies utilisables lors d’une exploration lunaire. Du fait de la situation sanitaire, les présentations se feront cette année sur internet, du 10 au 19 juillet.

Heidi.news (FR)

Un employeur peut-il interdire à ses employés de voyager dans des pays à risque? Depuis que le contact tracing bat son plein dans les cantons, de nombreuses questions juridiques parviennent à l’Administration fédérale concernant le droit du travail. Par exemple, un employeur peut-il interdire à ses employés de se rendre dans des pays présentant un risque élevé d'infection? Et que risque ce dernier s’il s’y rend? Éclairage de Michael Schöll, vice-directeur du département fédéral de la justice.

Heidi.news (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de jeudi

Bonne soirée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse