Bonjour, c’est Adrien pour vous parler de santé, alors que les HUG ont décidé de restreindre la prescription d’hydroxychloroquine.

Aujourd'hui, nous nous intéressons à un secteur qui était un peu passé sous notre radar: celui des établissements socio-éducatifs accueillant des personnes handicapées.

Adrien Miqueu, Lausanne
20.05.2020


Le coup de gueule des foyers pour personnes handicapées, grands oubliés de la crise

Photo article

Les établissements accueillant des personnes handicapées sont les grands absents des communications officielles, des discours de remerciement... et de nos pages. Nous avons donc discuté avec Catherine Staub, secrétaire générale de l'Association vaudoise des organisations privées pour personnes en difficultés, et Sandra Feroleto, directrice de La Branche, une structure qui accueille des adultes et des enfants présentant une déficience intellectuelle.

Elles reviennent pour nous sur les débuts de la crise, l’inertie initiale de certains services de l’État et la levée du confinement. Des témoignages forts, pointant de grands manquements.

Pas de masque pour les éducateurs

«Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dû me battre pour dire qu’on avait droit à du matériel», se rappelle Catherine Staub. «Nous avons bataillé avec l’État de Vaud pour faire reconnaître que notre personnel était assimilé à du personnel sanitaire pour y avoir droit.»

Confinement des établissements

«C’était une situation très difficile à gérer. On a dû dire aux familles: 'A partir de demain, votre enfant ne pourra plus venir chez vous le week-end.' Certains se sont décidés rapidement, d’autres étaient plus ambivalents. Ils ne voulaient pas laisser leur enfant, mais comment le gérer pendant des semaines à la maison? D’autant que toutes les familles ne sont pas outillées pour prendre ces adultes en charge.»

«Au bout d’un moment, nous avons reçu des messages d’appel à l’aide des parents. Certains des résidents rentrés chez eux étaient complètement déstabilisés, s’automutilaient, devenaient violents.»

«Certains parents disaient ‘Moi je suis en télétravail, je ne peux pas me concentrer quand il est là, vous devez le reprendre.’ Là, on doit apprécier ça comme non prioritaire, par rapport à d’autres qui disaient ‘je vais me jeter par la fenêtre’. L’appréciation a été laissée aux directeurs, ce qui était pragmatique et bienvenu, mais ce n’était pas évident.»

Accueil scolaire délocalisé

«J’ai interpellé les départements de l’éducation et de la santé, en leur disant que je ne pouvais pas maintenir à la fois la protection des résidents et assurer un service d’accueil scolaire. Je n’ai eu aucune réponse dix jours après. Et nous commencions à avoir des cas, cinq personnes testées positives dans le personnel scolaire!»

Le personnel réquisitionné par la PCi

«Le plus absurde, c’est quand la Protection Civile a été mobilisée pour venir en renfort dans les établissements de santé», raconte Catherine Staub. «Dans les communiqués, ils disaient que le personnel des EMS et hôpitaux était dispensé. Mais pas nous! Nos éducateurs devaient partir travailler dans les hôpitaux, imaginez!»

Lire l'article en entier sur Heidi.news (FR)

EXCLUSIF – Les HUG limitent la prescription d’hydroxychloroquine

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont décidé de restreindre la prescription d’hydroxychloroquine, sauf cas exceptionnel, aux patients Covid-19 en essai clinique. Pourquoi un tel revirement, alors que sa prescription était devenue de routine à l’hôpital? S’agit-il du chant du cygne pour l’hypothèse défendue avec tant d’ardeur par Didier Raoult? Nous en avons discuté avec le Pr Caroline Samer, pharmacologue clinique et responsable d’unité aux HUG, qui a participé à l’écriture des recommandations. Entretien.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Trente reins envolés à cause du coronavirus

Au plus fort de l’épidémie, entre le 17 mars et le 14 avril, certains programmes de dons et de transplantations d’organes ont été suspendus afin de préserver les ressources hospitalières. Les reins collectés sur les donneurs décédés durant cette période ont été attribués hors de Suisse, principalement en Espagne et en Italie, grâce aux collaborations internationales. Une trentaine de reins se sont ainsi envolés sans bénéficier aux patients en liste d’attente en Suisse.

Pour assurer la continuité des greffes vitales (cœur, foie et poumon), Swisstransplant a mis en place un système permettant de diriger les organes collectés et les bénéficiaires vers les centres de transplantation les moins affectés par le coronavirus. Les transplantations de reins, non vitales, ont, quant à elle, été totalement interrompues durant cette période. Les délais d’attente, actuellement de plus de trois ans en moyenne pour un rein, s’en trouveront rallongés d’environ 6 à 8 semaines. À l’heure où environ 800 personnes vivent dans l’attente d’un rein en Suisse, chaque organe compte.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Une raison d'espérer

Un anticorps du SARS contre le Covid-19? Des chercheurs de Bellinzone et Seattle ont isolé chez une personne ayant survécu au SARS un anticorps bloquant le nouveau coronavirus. Il se fixe lui aussi sur la protéine S exprimée par le coronavirus, celle qui lui sert de point d'attache pour attaquer les cellules humaines. Mais le site de liaison est différent des autres anticorps spécifiques à Covid-19, ce qui pourrait accroitre l'efficacité des traitements.

Nature.com (EN)

Coronavirus sur Heidi.news

Photo article

L'aéroport de Hong Kong, première ligne de défense technologique. L’aéroport international de Hong Kong (HKIA), l’un des plus fréquenté au monde, s’est transformé en première ligne de défense face au coronavirus. Déjà familier de la reconnaissance faciale et de l’intelligence artificielle pour gérer les bagages, HKIA s’est doté de nouveaux outils technologiques expérimentaux pour désinfecter les passagers. La chute drastique de la fréquentation a par ailleurs favorisé l’instauration d’un dépistage systématique des passagers en temps réel, une procédure qui pourrait faire école.

Heidi.news (FR)

Que défend vraiment la Suisse à l’Assemblée mondiale de la santé? Lors de la session d’ouverture de l’Assemblée mondiale de la santé à Genève, le lundi 18 mai, la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a assuré l’OMS de son «plein et entier soutien». Comment cette formule se traduit-elle précisément? Nous avons demandé à Nora Kronig Romero, responsable de la division Affaires internationales de l’OFSP et ambassadrice pour la santé globale, à la tête de la délégation suisse à l’OMS, de nous expliquer la position du pays en quelques points. Entretien.

Heidi.news (FR)

Trois scénarios pour une seule issue. Docteur en biologie, Alexandre Kuhn est spécialisé en génomique et en analyse de données. Il nous livre sa vision de l'avenir à court terme du Covid-19 en Suisse.

Heidi.news (FR)

Les Etats-Unis se servent de la pandémie pour s’en prendre à la Chine. L’OMS s’est trouvée empêtrée dans la colère de Donald Trump vis-à-vis de la Chine peu de temps après que l’épidémie se soit abattue sur les Etats-Unis. Le président américain menace désormais d’interrompre le financement de l’organisation et de reconsidérer l’appartenance de son pays aux instances dirigeantes de l’OMS si celle-ci échoue à mettre en place «des améliorations substantielles d’ici 30 jours». Quelles sont les racines et les prolongements de cette nouvelle «guerre froide» entre les deux superpuissances? Quel pourrait en être l’impact sur la Genève internationale? Quelques éléments de réponse avec David Sylvan, directeur de recherche au Graduate Institute de Genève et spécialiste des États-Unis.

Heidi.news (FR)

Adrien Miqueu est doctorant en histoire des sciences à l’UNIL. Malgré son master de physique à l’EPFL, il a préféré être aussi journaliste scientifique et dessinateur de BD. Vous pouvez lui écrire ici.


Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de mardi

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse