Bonjour, c’est Jade pour parler de la précarité des indépendants dans le domaine de la culture. Pour mieux comprendre cette réalité économique, j'ai interrogé trois artistes qui partagent leurs APG et leurs perspectives.

J'ai aussi discuté avec la chanteuse Phanee de Pool qui raconte son été créatif sans les grands festivals.

Jade Albasini, Sion
26.06.2020


«Spotify rapporte que dalle, il faut acheter nos albums et retourner à nos concerts dès que possible»

Photo article

Photo: David Desreumaux

Il y a un an jour pour jour, la musicienne Fanny Diercksen (aka Phanee de Pool) se préparait à enflammer le Paléo Festival à Nyon. Un concert devant 5000 personnes, suivi d’un bain de foule sauvage, guitare à la main sur la Plaine de l’Asse. En juillet 2020, la tonalité de l’été change avec la disparition des grandes manifestations suisses. Pour rappel, par mesures de sécurité, le dernier survivant –Le Chant du Gros au Noirmont– vient d’annoncer lui aussi qu'il gardait le silence cette année.

Mais rien n’arrête la productivité de l’artiste biennoise. La jeune femme de 31 ans continue de partager son combo créatif entre slam et rap qui l’a propulsée sur le devant de la scène. «On nous a volé un printemps, mais dix de retrouvés», affirmait-elle dans sa chanson spéciale confinement intitulée «On se prenait dans les bras». Même constat pour cette saison? «Je reste positive. Là je bloque de nouvelles dates en 2021 pour les événements annulés. Mais on nous demande de ne de rien divulguer pour conserver le mystère autour de la programmation», raconte-t-elle.

Actuellement en résidence artistique au Café Théâtre de la Tour de Rive à la Neuveville, dans le canton de Berne, Phanee de Pool travaille son retour face à son public pour présenter «Amstram», son nouvel album qui sort le 21 août. Un opus qu’elle avait initialement prévu le 15 mai, avec un baptême grandiose à l’Auditorium Stravinski de Montreux en compagnie d’un orchestre symphonique. «C’était le truc le plus fou de mon année mais heureusement, on pu le décaler au 11 novembre.»

À noter que cet album a été en partie financé par ses fans. «On a perdu des revenus à cause de tous les concerts annulés alors on a lancé un appel aux dons. Une blindée de gens nous ont soutenus. Cet élan de solidarité pendant la crise m’a fait pleurer à sanglots. Aujourd’hui, je suis heureuse de dire qu’on a créé ensemble ce projet, le public et moi, dans cette p** de période».

Grâce à ses posts déjantés sur les réseaux sociaux pendant le confinement, Phanee est contactée par Sébastien Corthésy, le manager d'humoristes comme Marina Rollman et Blaise Bersinger. «Il m’a dit: Viens avec ton looper faire de la musique dans l’émission Mardi.TV». Le premier spectacle Live-Stream de la bande a eu lieu le 9 juin dernier au Nouveau Monde à Fribourg. Une expérience réussie qu’elle va réitérer le 7 juillet, avec cette fois comme partenaires de jeu Henri Dès et Aliose.

«Je réalise que j’ai beaucoup de chance. Dans l’après-Covid mais également pendant. Contrairement à de nombreux musiciens, je suis salariée du label que j’ai créé avec mon père, Laurent, qui est aussi mon manager. J’ai donc touché des indemnités RHT. Je trouve quand même dégradant la façon dont le milieu culturel a été traité. La saison 2020 est morte. Sans aide urgente, la moitié des professionnels du spectacle va disparaitre, des artistes sont aux abois. C’est dramatique.»

Et quand on aborde l’aspect plus positif de l’augmentation de la consommation culturelle en ligne, la rebelle tempère. «Je tiens à rappeler que Spotify rapporte que dalle aux musiciens. Tant mieux si les gens écoutent de la musique mais il faut aussi qu’ils achètent nos albums et qu’ils retournent dès que possible dans les salles de concerts.»


Découvrez Heidi.news gratuitement. 30 jours d’essai au début de chaque abonnement.


Paroles d'artistes professionnels en grande difficulté financière

Photo article

Pendant le confinement, de nombreux indépendants ont dû recourir à des aides pour survivre, touchant parfois de faibles allocations pertes de gain. En remplissant certaines conditions, ils ont pu par exemple se tourner vers Suisseculture Sociale, un fond d’urgence pour les cas les plus extrêmes. Mais les pertes financières pour ces professionnels s’amoncèlent malgré la reprise.

Depuis plusieurs jours, la campagne nationale Culture is my job publie sur Facebook des témoignages sans tabous. Ces déclarations soulignent le danger qui plane sur les professions culturelles et appellent au soutien. Artistes, techniciens de la scène et tous les autres acteurs de la branche décrivent la crise subie de plein fouet. Certains reviennent aussi sur les conséquences à long terme pour leurs revenus. Pour mieux comprendre cette réalité économique, Heidi.news a interrogé trois artistes qui partagent leurs APG et leurs perspectives.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Suivez-nous sur les réseaux sociaux. Heidi.news, c'est aussi des actualités quotidiennes sur les réseaux sociaux. Retrouvez Heidi.news sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, YouTube et TikTok.

Suivre Heidi.news

4 raisons d'espérer

Photo article

Photo: Marchepied

La danse revient sur scène. Le Théâtre Sévelin 36 à Lausanne ouvre à nouveau ses portes au public. Les 27 et 28 juin, place à une soirée double interprétée par les jeunes danseurs de la Cie Marchepied. Après trois mois de suspension, ils reprennent «La Parade Nuptiale», pièce tout en rythme et séduction du chorégraphe bernois Joshua Monten, suivi par «Traces», une création de Corinne Rochet et Nicolas Pettit, fondateurs de la Cie Utilité Publique.

Lien Facebook de l'événement (FR)

Une plateforme pour les industries créatives à Genève. Les industries créatives (musique, spectacle, arts mais aussi logiciels, jeux vidéo, médias…) comptent quelque 14 000 sociétés et indépendants, rien que dans le canton de Genève. Forts de cette masse critique, plusieurs représentants du secteur ont lancé la plateforme Creative Alps, sous l'impulsion du département du développement économique du canton de Genève. L'objectif est de fédérer l'ensemble des acteurs suisse du secteur, de faciliter les collaborations et de leur donner plus de visibilité . Outre la capacité de ce réseau à promouvoir et communiquer les savoir-faire existant dans les 13 secteurs identifiés de la créativité, cette plateforme marque la reconnaissance d’un écosystème dont la forte dynamique de croissance de ces dernières années a été très impactée par la crise du coronavirus. Dans le cadre de ce projet, Genève publie une cartographie des industries créatives. Non exhaustive, elle est ouverte à l'inscription de tous les acteurs du secteur.

La carte des industries créatives genevoises (FR) Photo article

Photo: Denis Roueche, Champ de bataille, 2015

Du Land art à Bex. La Triennale Bex & Arts vient de vernir sa nouvelle exposition qui habille en 2020 la ville de Bex de sculptures innovantes autour du thème "Industria". Pour cette édition post-Covid à la saveur toute particulière, les organisateurs proposent aux visiteurs de télécharger une application qui enrichit leur découverte de commentaires écrits et audio sur les 34 œuvres présentées. Cette exploration visuelle dans les 8 hectares du parc de Szilassy est à voir jusqu'au au 18 octobre.

Le site de Bex & Arts (FR)

Une base de données entièrement consacrée aux compositrices. «Demandez à Clara» est une base de données en ligne gratuite entièrement consacrée aux compositrices. La plateforme a été mise en ligne le 21 juin pour la Fête de la Musique et tire son nom de Clara Schumann, pianiste et compositrice allemande du 19e siècle. Les musiciens et programmateurs sont souvent accusés d’ignorer les compositrices. Il n’ont désormais plus d’excuse selon France Musique. A l’origine du projet, l’association «Présence Compositrices» et son festival «Présences féminines» de Toulon, qui oeuvrent au service de la programmation des femmes créatrices de musique.

France Musique (FR)

Statues-quo ou statues-l'amour?

Photo article

La statue d'Alfred Escher devant la gare de Zurich fait débat. Homme politique et pionnier industriel, sa fortune est également en partie basée sur l'esclavagisme. Photo: Niels Ackermann

Suite à son travail sur les statues déchues de Lénine, le photographe Niels Ackermann avait remarqué que celles qui avaient été retirées restaient très ancrées dans la mémoire locale alors que celles qui étaient restées en place passaient souvent inaperçues. Dans le cadre de la polémique sur les statues à la gloire de personnages historiques racistes ou ayant profité de l’esclavage, nous nous sommes donc demandé ce qu’il en était des sculptures suisses, controversées ou pas. Quel est leur rôle dans nos rues? A quel point y sommes-nous sensibles, nous qui passons à leurs pieds tous les jours, souvent sans les remarquer? Niels Ackermann est donc parti sur les routes de Suisse pendant que nous posions la question à des experts romands. Tous les épisodes de cette exploration ont été publiés au cours de cette semaine.

Lire et voir tous les épisodes sur Heidi.news (FR) Photo article

Et si l'on demandait le point de vue d'un sculpteur? Et les artistes dans tout ça? C’est finalement aussi eux et leurs mois de travail qu’on fait tomber avec les sculptures polémiques. Et il n’y sont souvent pour rien. Vincent Du Bois est le Genevois qui a réalisé en 2018, à la Maison olympique de Lausanne, la statue du baron Pierre de Coubertin, personnage dont les idées racistes et colonialistes sont souvent rappelées. Nous avons demandé au sculpteur ce qu’il pensait des débats actuels.

Heidi.news (FR)

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

Certains dauphins utilisent des coquillages pour pêcher (et enseignent cette technique). Dans la Shark Bay, à l’Ouest de l’Australie, non seulement les grands dauphins utilisent des coquillages pour pêcher plus efficacement, mais en plus ils se transmettent cette technique d’un individu à l’autre. Cette étonnante diffusion de savoirs ne se limite pas seulement à l’éducation des jeunes: c’est une vraie formation continue pour cétacés adultes, raconte l’étude, parue dans Current Biology.

Heidi.news (FR)

Qui se cache derrière l’index qui place la Suisse en tête des pays les plus sûrs face au Covid? La validation publique de certains représentants (ambassadeurs, conseiller fédéral…) a donné une crédibilité et une belle exposition aux éditeurs du «covid-19 regional safety assessment». Le consortium Deep Knowledge Group, fier d’afficher le palmarès de ses «supporters» en ligne, logos de la Confédération à l'appui, a utilisé ces résultats flatteurs à des fins marketing et pour attirer des investisseurs. Avant la publication et la large reprise médiatique de cette analyse, Deep Knowledge Group était peu connu en Suisse. Mais qui se cache derrière ce groupe qui vient de s’établir dans le pays? Eléments de réponse.

Heidi.news (FR)

Le Conseil fédéral veut une place financière plus durable. Mais à quel prix? Le Conseil fédéral a rendu public ce 26 juin un rapport sur la façon dont il compte soutenir la finance durable. Un ensemble de principes directeurs et de mesures que l’exécutif a triées selon qu’il souhaite intervenir pour en fixer les conditions-cadres, ou au contraire laisser les marchés s’autogérer. L’accent est notamment mis sur les questions de transparence et de responsabilité juridique.

Heidi.news (FR)

On en sait plus sur la gravité de Covid-19 chez les enfants. Les données européennes sur les infections à Covid-19 chez les enfants viennent d’être publiées dans le Lancet. Sur 82 institutions sanitaires réparties dans 25 pays d’Europe, elles montrent que 582 enfants et adolescents ont dû être pris en charge pendant le pic épidémique d’avril. Si environ un jeune patient sur dix a vu son état se détériorer au point d’être admis en soins intensifs, l’immense majorité finit par recouvrer la santé. On dénombre ainsi seulement quatre décès.

Heidi.news (FR)

Comprenons-nous naturellement le langage des chimpanzés? Vous l’ignoriez sûrement, mais vous êtes capables de décrypter les cris des chimpanzés, c’est ce que viennent de montrer des chercheurs de l’université d’Amsterdam dans un article publié dans la revue Proceedings of the Royal Society B.

Heidi.news (FR)

Le Genevois Didier Pittet choisi pour évaluer la riposte française. Les grandes étapes de la pandémie, en Suisse et dans le monde. Mis à jour quotidiennement.

Heidi.news (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de jeudi

Bonne soirée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse