Bonjour, c’est Marc pour vous parler d'économie. Au menu aujourd'hui: l'expérience du télétravail séduit une majorité de Romands, une biotech suisse fraye avec la Chine et un géant du ciment puise dans les zones agricoles vaudoises.

L'économiste en chef de l'Union syndicale suisse énumère par ailleurs pour nous les vertus de la libre circulation.

Marc Guéniat, Genève
08.09.2020


Les Romands veulent davantage de télétravail et réduire leurs déplacements

Photo article

6t-Bureau de recherche

Durant le semi-confinement, près de la moitié des actifs en Suisse romande ont pratiqué le télétravail. En l’espace de deux mois, cette expérience, contrainte par les mesures sanitaires, pourrait bien bouleverser durablement notre façon de travailler. Quel en serait l’impact sur les comportements de mobilité et le réseau de transports? Le potentiel de réduction des émissions de gaz carbonique est-il important? Quelles leçons en tirent les Romands qui ont pratiqué le télétravail pour la première fois? Les chercheurs de 6t-bureau de recherche, à Genève, apportent des réponses à ces questions dans un volumineux rapport, basé sur un échantillon représentatif de 1971 personnes, dont Heidi.news a obtenu l’exclusivité.

L’essor de cette pratique, favorisé par la téléphonie mobile et internet, est relativement récent. Le nombre de télétravailleurs a presque quintuplé depuis le début du millénaire. Cette progression se concentre sur les secteurs économiques qui le permettent, comme les professions scientifiques et techniques, l’enseignement, les métiers de la communication. A l’inverse, l’hôtellerie, la restauration, les soins et l’action sociale sont des domaines où les possibilités sont limitées. Globalement, les employeurs suisses sont nettement moins enclins à autoriser le travail à domicile que leurs homologues européens.

Jusqu’au 16 mars, une minorité de 21% des actifs romands s’adonnait au télétravail au moins une fois par mois. Mais ils n’étaient que 15% à le faire régulièrement, soit une fois par semaine. Le prototype du travailleur à domicile était un homme d’âge mûr, cadre aisé vivant en milieu urbain et exerçant une activité intellectuelle ou scientifique. Son métier lui offre la souplesse nécessaire pour éviter les embouteillages ou prendre en charge un proche, mais cela ne l’empêche pas d’effectuer le même nombre d’heures qu’au bureau, voire davantage. Quand il s’y rend, il a tendance utiliser les transports en commun. Sa perception du télétravail est très positive, même s’il note la moins bonne ergonomie du poste de travail et le déficit de relations professionnelles.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Découvrez Heidi.news gratuitement. 30 jours d’essai au début de chaque abonnement.


L'économie sur Heidi.news

Photo article

Claude Baechtold

Les cimentiers, ces Dark Vador qui sévissent autour du Léman. Deux émissaires d’Orlatti ont proposé aux paysans vaudois réunis à l’Abbaye de Salaz d’extraire du sable sous leurs champs et de remblayer avec des déchets. Cela rapporte jusqu’à 300’000 francs par hectare. Une sacrée somme, pour un agriculteur. Mais ce n’est là qu’une fraction des profits qu’Orllati va en retirer. Est-ce différent à Ballens, où la commune a négocié avec Holcim Suisse SA? Non, c’est pareil, et peut-être même pire. Dans le monde magique du sable, les propriétaires des parcelles n’ont pas grand chose à dire, quand ils ne sont pas tout simplement priés de se taire.

Heidi.news (FR)

Cancer du sein: une firme suisse séduit un géant chinois. Cotée en bourse suisse depuis deux ans, Polyphor a passé un accord de licence avec Fosun Pharma pour le développement clinique et la commercialisation d’un peptide (balixafortide) pour traiter les cancers du sein à métastase en Chine. Cette opération pourrait lui rapporter 148 millions de dollars si son médicament démontre son efficacité dans les essais cliniques de phase 3 conduits actuellement. L’utilisation de peptides contre les cancers du sein métastatique, qui reste difficile à traiter, est une nouvelle voie porteuse d’espoir pour éviter des récidives fatales à un grand nombre de femmes. Leur usage pourrait aussi servir contre d'autres formes de cancers.

Heidi.news (FR)

La perte des cantons face aux primes-maladie impayées. Lundi 7 septembre, le Conseil national n’a pas donné suite (de manière tacite) à l’initiative cantonale du Jura voulant obliger les assurés en défaut de paiement à changer d’assurance-maladie, si possible pour l’assureur proposant la prime la meilleure marché. Le Conseil national suit ainsi le Conseil des Etats qui avait déjà refusé cette proposition le 20 mars 2019. Depuis 2012, sur présentation d’un acte de défaut de biens, les cantons doivent prendre à leur charge 85% des créances arriérées de l’assurance obligatoire des soins. En cas d’acquittement postérieur de la dette, seul 50% du montant versé par l’assuré est rétrocédé au canton. Ce dernier se retrouve ainsi, au mieux, avec une perte de 35%.

Heidi.news (FR)

Contenu partenaire Photo logo

Photo article

L’innovation au service de la tradition. Chez Edmond de Rothschild Heritage nous allions savoir-faire séculaires et inventivité pour bâtir demain.


7 preuves que la libre circulation a bénéficié aux salariés en Suisse

Photo article

Chef économiste de l'Union syndicale suisse, dont il est aussi le premier secrétaire, Daniel Lampart a rassemblé toutes les données qui démontrent à quel point la libre circulation, contrairement aux idées reçues, a soutenu les salaires et les qualifications, endigué le travail au noir et rétabli une justice dans l'emploi en Suisse. Avec l’ancien système de contingents et le statut de saisonnier, la situation était nettement plus sombre, explique-t-il chez nous.

Une tribune à lire sur Heidi.news (FR)

Une raison d'espérer

Photo article

Keystone / Salvatore di Nolfi

Une femme à la tête de l'OMC? Les consultations ont démarré officiellement, lundi 7 septembre, pour désigner un successeur au Brésilien Roberto Azevêdo à la tête de l'institution multilatérale basée à Genève. Huit candidats se sont déclarés. Parmi eux, trois sont Africains: un homme et deux femmes. Le profil et les motivations des candidats peuvent être lus consultés en cliquant sur le lien ci-dessous. Le processus devrait durer entre deux et trois mois.

WTO/OMC (FR)

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

Jonathan Coe nous donne sa lecture de l'actualité. L'auteur britannique Jonathan Coe était présent au festival Le livre sur les quais, à Morges, pour parler de son dernier roman «Le coeur de l'Angleterre» publié aux éditions Gallimard. Un portrait de son pays divisé, notamment face au vote du Brexit. L'occasion aussi de raconter Birmingham, sa ville natale, touchée par des attaques dans la nuit du 5 au 6 septembre.

En vidéo sur Heidi.news (FR)

Entre arrogance et fatalisme: le chemin de crête pandémique. Cette tribune de Bertrand Kiefer, rédacteur en chef de la Revue Médicale Suisse et bioéthicien, est un extrait de notre nouvelle Revue «Le Grand Confinement», à commander sur notre site. Ses réflexions portent sur une dimension peu évaluée de la pandémie de Covid-19, de laquelle surgit une incertitude qui brise l’ordre présent, brouillant toute pensée du futur.

A lire également sur Heidi.news (FR)

«J’avais honte quand nous étions applaudis le soir.» Alexandra Calmy, médecin infectiologue, est responsable de l'Unité VIH/sida aux Hôpitaux universitaires de Genève. Elle a connu Ebola en Sierra Leone et a été en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Elle revient sur son expérience de ce printemps: entre doutes et humilité. Cet entretien est un extrait de notre nouvelle Revue «Le Grand Confinement», à commander sur notre site.

A lire également sur Heidi.news (FR)

Que risque Didier Raoult avec la plainte déposée à l’Ordre des médecins? Le Figaro a révélé que le Pr Didier Raoult avait fait l’objet d’une plainte déposée par la Société de pathologie infectieuse de langue française auprès de l’Ordre des médecins français. Le célèbre microbiologiste marseillais pourrait donc se trouver sous le coup d’une procédure disciplinaire initiée par ses pairs.

Heidi.news (FR)

Les leçons du Covid face à une menace climatique «bien plus grave». «Je crois que l'échec à contenir la propagation du virus, parce qu'il n'y a pas eu suffisamment de coordination internationale (...), cet échec doit faire comprendre aux pays qu'ils doivent changer de voie», a déclaré le patron de l'ONU Antonio Guterres. Il répondait à plusieurs membres de l’alliance de médias Covering climate now, dont l’objectif est de renforcer la couverture des questions liées au climat et dont Heidi.news fait partie.

Heidi.news (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de lundi

Bonne soirée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse