Bonjour, c’est Florent pour couvrir les sciences en cette journée mondiale de l'océan, abordée ce matin par Dona Bertarelli dans notre Point du Jour.

Ce soir, nous allons parler biodiversité avec un expert, voir comment les zoos font face à la crise avec leurs animaux et décrire l'apport des données satellites pour analyser l'impact de la reprise.

Florent Hiard, Fribourg
08.06.2020


«Les effets de la pandémie sur la biodiversité sont positifs et négatifs»

Photo article

Nicholas Macfarlane

Nicholas Macfarlane est biologiste, directeur de recherche et responsable de projet au sein de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il coordonne actuellement la contribution de l'UICN à un article scientifique de la Cambridge Conservation Initiative visant à estimer l'influence de la pandémie sur différents aspects de la biodiversité et de la conservation de la nature. Il répond à nos questions à ce sujet.

Parmi les impacts que vous avez déjà pu recenser, lesquels sont les plus importants?

Les impacts seront nombreux et variés sur la biodiversité. Trois exemples importants: le commerce de la vie sauvage, la pollution et les zones naturelles. Dans les trois cas il y a du bon et du mauvais.

Sur le commerce de la vie sauvage par exemple, cela a entraîné plusieurs interdictions, par exemple en Chine en février. Evidemment, ce genre de décision politique est toujours bienvenu mais elles restent généralement très sélectives, laissant de côté par exemple le commerce lié à la médecine traditionnelle, les élevages, certains groupes d'animaux comme les poissons ou la vente d'animaux sauvages comme animaux de compagnie. De plus, cela peut priver certaines communautés d'un apport nécessaire en protéine. Or dans ce cas, un prélèvement durable dans les espèces sauvages peut inciter à plus de conservation de la nature.

Qu'en est-il de la pollution?

Prenons la pollution atmosphérique par exemple. Les confinements à travers le monde ont amené une chute des émissions de gaz à effet de serre. Mais même si cela a potentiellement un impact positif sur la biodiversité à court terme, l'impact réel va dépendre de la durée des confinements et de la manière dont nous allons reprendre nos vies. Il y a toujours le risque de rebond plus fort.

Une pollution à laquelle il faut s'attendre également est celle liée à tout ce matériel médical dont nous avons eu besoin. Les gants, les masques, les combinaisons... la pollution plastique va fatalement augmenter. D'autant que certains gouvernements ont lâché du lest sur les restrictions sur le plastique à usage unique, pour des raisons sanitaires. Le secteur du recyclage était déjà en crise avant le Covid-19 et cela risque de ne pas s'arranger.

Enfin, il y a une pollution à laquelle on pense moins, c'est celle du bruit. Vous avez peut-être remarqué qu'autour de vous, c'est beaucoup plus calme du fait de la baisse des activités humaines comme le transport et l'industrie. Cela a un réel impact sur la faune sauvage, même si ce n’est qu’à court terme. En 2001, après les attaques du 11 septembre, le fret maritime avait été temporairement stoppé. Nous avions alors remarqué une forte baisse dans le stress des animaux marins, comme les baleines. On peut raisonnablement s'attendre à un phénomène similaire avec la situation actuelle.

Et pour les zones protégées?

Elles ont besoin de financements pour fonctionner, notamment pour leur surveillance. Or une partie de cet argent vient du tourisme international. De plus, certains pays risquent d’avoir des difficultés à financer directement ces zones. Cela a déjà amené à la réduction voire la suppression de certaines patrouilles de gardes. Le résultat est que nous avons déjà pu constater des incursions illégales dans ces zones protégées et une augmentation du braconnage.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Offrez un abonnement ou une revue. Voir la boutique


Les zoos suisses ouvrent enfin mais le confinement laissera des traces

Photo article

Tamarin à crête blanche, zoo de Servion | Florent Hiard

Ce samedi 6 juin, les zoos suisses sont enfin sortis du confinement. Mais entre les pertes financières, les mesures sanitaires à appliquer autant au public qu'au personnel et les soins aux animaux qui ont dû s’adapter, la saison risque d'être compliquée. Plusieurs d'entre eux nous expliquent ce que le coronavirus a signifié pour eux.

Malgré le confinement et les fermetures, la continuité des soins était une préoccupation centrale dans l’ensemble des parcs. Des mesures d’hygiènes particulières ont ainsi dû être mises en place pour protéger à la fois le personnel et les animaux.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le Covid-19 a écrasé le changement climatique dans vos préoccupations

Photo article

Google Trends

Si on en croit ce graphique réalisé à l'aide de Google Trends, même la forte période de mobilisation pour le climat de l'automne dernier fait pâle figure face à la crise actuelle en termes de recherche d'actualités. Néanmoins, le nombre de recherches sur le nouveau coronavirus baisse progressivement depuis début avril. Une autre façon de voir la sortie de crise?


Contenu partenaire Photo logo

Photo article

Sciena.ch: avec les esprits les plus brillants de Suisse. Vous voulez suivre les dernières découvertes de l’ETH Zurich et de l’EPFL ainsi que des quatre instituts de recherche fédéraux PSI, WSL, Empa et Eawag? Sciena.ch réunit pour la première fois toutes leurs actualités.


Comment l’Europe tire parti de ses satellites pour évaluer les effets de la reprise

Photo article

Capture d'écran de l'outil RACE | ESA

Les cartes satellitaires de la baisse en Europe et en Chine de la concentration en NO2, un polluant produit par les activités humaines (et en particulier routières) pendant la crise du coronavirus ont fait le tour du monde. En collaboration avec la Commission européenne, l’Agence spatiale européenne (ESA) a voulu valoriser les incroyables quantités de données dont elle dispose grâce au réseau d’observation de la Terre Copernicus. A la clé, un tableau de bord accessible à tous, grand public comme décideurs, qui permet de traduire les observations depuis l’espace en plusieurs indicateurs chiffrés, destinés à scruter les aspects non seulement économiques, mais également climatiques et environnementaux, du confinement et de la reprise des dernières semaines.

Dans ce secteur de l’observation de la Terre, l’Europe bénéficie d’une longueur d’avance sur la Chine et les Etats-Unis. En étant la première à développer ce type d’outil – et surtout en le mettant à disposition de tous –, l’ESA montre au monde l’étendue de ses compétences et de son agilité pendant la crise. Elle confirme aussi la valeur économique des données satellitaires pour assurer le suivi à distance de nombreuses activités humaines: par exemple l’agriculture, mais aussi le trafic routier, aérien voire maritime.

Lire la suite de l'article de Sarah Sermondadaz sur Heidi.news (FR)

Séance de rattrapage

Par ce que la science avance malgré le Covid-19, petite sélection des derniers articles du Flux Sciences.

Photo article

Expédition Tel Megiddo

La génétique du Moyen-Orient. Du Levant à l'Iran, en passant par l'Anatolie et le Caucase, de nombreux mouvements de populations depuis le Néolithique ont pu être mis en évidence par trois études indépendantes, sorties simultanément ce jeudi 28 mai. De ces 8500 ans d’histoire du Moyen Orient, on retrouve aujourd’hui la trace dans les populations de la région.

Heidi.news (FR)

VIDÉO - La voiture autonome expliquée par Batman. La voiture autonome travaille notre imaginaire depuis longtemps. Dans le film «Batman» de 1966, le célèbre vengeur masqué pouvait déjà compter sur l’assistance de sa Batmobile. Il lui suffisait d’appuyer sur un bouton pour que le fidèle bolide accoure et traverse la ville en toute autonomie, sans hésiter sur les sens interdits.

Heidi.news (FR)

Les océans face à de nouveaux défis et à de vieux démons. La conférence internationale en ligne sur les océans (Virtual ocean Dialogues) organisée par le Forum économique mondial (Word Economic Forum, WEF), s'est terminé vendredi. Une semaine de discussions qui avait pour but de promouvoir les solutions permettant de rendre les océans et les communautés qui en dépendent plus résilients aux crises qui les touchent.

Heidi.news (FR)

Une saison d’incendies s'annonce en Arctique. Entre les «feux zombies» entretenus même pendant l’hiver et la chaleur anormale de ce printemps, l’Arctique pourrait faire face à une nouvelle vague d’incendies cette année. Les scientifiques du service européen de surveillance de l'atmosphère Copernicus s’attendent à une activité de feux plus intense que d’ordinaire dans cette région.

Heidi.news (FR)

Le Parlement et les abeilles. Le Conseil des Etats a adopté une motion proposée par le Conseil national visant à renforcer la protection des insectes, et notamment des abeilles. Le Conseil fédéral, favorable à cette motion, sera chargé de l’application des mesures, déjà préconisées à l’occasion d’une précédente motion de 2013.

Heidi.news (FR)

Le coronavirus sur Heidi.news aujourd'hui

Photo article

Quels enseignements tirer de la gestion suisse de la crise? Maintenant que l’épidémie est sous contrôle, beaucoup s’interrogent sur les leçons à tirer de la gestion de crise. Y compris nos lecteurs, comme le montre ce message reçu à la rédaction: «Pourquoi personne n’a-t-il encore enquêté sur les manquements de la gestion de notre plan national de pandémie avant sa survenance? Qui en sont les responsables? Ces questions qui ne changent rien à l’actualité seront néanmoins déterminantes pour l’avenir. Nous sommes en droit de savoir pourquoi un pays aussi riche que le nôtre n’avait (n’a) pas de stock de masques et de gel ainsi qu’un potentiel manque de respirateurs.» La réponse détaillée de Noémie Roten, journaliste au Flux santé.

Heidi.news (FR)

«Ma grand-mère est infectée en phase terminale.» Dès l’annonce de la fermeture des écoles, le 13 mars, le professeur de français Jean-Marc Cuenet a mobilisé les élèves de son cycle genevois pour garder une trace écrite de ce moment unique. Ainsi naît le «JVVEE», ou «Journal d’un vide à vivre ensemble… éloigné·e·s» Chaque semaine, ses élèves ont partagé des morceaux de vie, un travail pour la mémoire collective qui les érige en «héros du quotidien.» Voilà la suite de leur récits confinés.

Heidi.news (FR)

7 nouveaux cas en 24 heures. Les grandes étapes de la pandémie en Suisse et dans le monde. Mis à jour quotidiennement.

Heidi.news (FR)

Florent Hiard est journaliste scientifique chez Heidi.news, et ancien assistant-diplômé en géosciences à l’Université de Fribourg. N'hésitez pas à lui écrire pour toute question ou commentaire.


Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de vendredi

Bonne soirée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse