Bonjour, c’est Florent pour une newsletter Science très globe-trotteuse! Aujourd’hui, en effet, je vous emmène en voyage.

En Asie centrale d’abord pour y découvrir comment le Covid-19 y influence les migrations humaines. En Amazonie ensuite pour vous parler du crowdfunding organisé par des étudiants suisses en faveur des peuples autochtones.

Florent Hiard, Fribourg
Le 22.06.2020


«J’ai pu observer à quel point les populations du Pamir sont résilientes face aux événements actuels»

Photo article

Suzy Blondin

Suzy Blondin est doctorante en géographie à l’Institut de Géographie de l’Université de Neuchâtel. Sa thèse porte sur différents types de mobilité au Tadjikistan et surtout dans, depuis et vers la vallée du Bartang dans la région du Haut-Badakhchan. Confinée dans cette région montagneuse d’Asie Centrale durant la pandémie, elle en tire plusieurs conclusions sur l’impact du Covid-19 sur des populations très dépendantes de l’émigration, notamment vers la Russie.

Heidi.news — Comment la pandémie a impacté votre travail en Asie Centrale?

Suzy Blondin — En 2020, le but de mon séjour en Asie Centrale était d’effectuer un séjour de recherche auprès du Mountain Societies Research Institute de l’Université d’Asie Centrale (UCA) dans les villes de Khorog (Haut-Badakhchan, Tadjikistan) et Bichkek (Kirghizstan). La fermeture du campus de l’UCA début mai alors que je me trouvais à Khorog a compromis ce séjour. J’ai donc décidé de rejoindre la vallée du Bartang, où vivent des amis, afin de passer les semaines de «confinement» dans un village, qui plus est sur «mon terrain» de thèse. J’ai en quelque sorte suivi le mouvement des Bartangis vivant en ville qui sont retournés dans leurs villages, considérant leur vallée, particulièrement isolée, comme un «refuge» en cas de difficultés.

Même si la situation sanitaire dans la vallée était incertaine quand je m’y suis rendue le 1er mai, et les possibilités de recevoir des soins extrêmement limités le cas échéant, il m’a semblé plus raisonnable et intéressant de rejoindre cette vallée où je pouvais être un peu plus libre de mes mouvements qu’en ville, et jouir d’un réseau de solidarité important. Les Bartangi sont en effet réputés pour leur hospitalité et mes amis et connaissances sur place ont toujours fait en sorte que mon séjour se passe au mieux et que je ne manque de rien.

Ce séjour inopiné dans le Bartang constitue une occasion privilégiée de nourrir ma thèse doctorale d’une observation ethnographique prolongée. En partageant le quotidien d’une famille locale, j’ai pu en apprendre davantage sur la vie dans le village au printemps, rythmée par l’accompagnement des animaux vers les pâturages et les travaux agricoles. Ce séjour me permet également de faire l’expérience d’un des thèmes majeurs de ma recherche, l’immobilité involontaire. Comme pour beaucoup de chercheuses et chercheurs, cette période m’a contrainte à faire preuve de flexibilité et de travailler avec des moyens limités, mais ces expériences de «terrain» donneront très certainement matière à de futures réflexions.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Découvrez Heidi.news gratuitement. 30 jours d’essai au début de chaque abonnement.


Peuples amazoniens et Covid-19: «Le décès d’un ancien revient à brûler une encyclopédie»

Photo article

Guardians of the forest

Un groupe d’étudiants et d’étudiantes de l’EPFL, de l’Université de Lausanne et de l’Université de Genève, ont décidé de lancer un crowdfunding, Guardians of the forest, pour venir en aide aux peuples autochtones de Colombie, fortement frappés par le Covid-19. De peuples qu’ils avaient rencontré l’an dernier lors d’une excursion anthropologique dans la région.

Pourquoi c’est important. Les craintes de voir les peuples amazoniens touchés par le Covid-19, qui remontent aux débuts de la pandémie, semblaient malheureusement fondées. Dans la petite ville de Leticia, Aux abords de l’Amazonie, on comptait ainsi près de 170 morts pour 100’000 habitants au 21 juin, contre environ 4 pour 100’000 pour l’ensemble de la Colombie (environ 55 en Italie). Face à ce constat, le groupe d’étudiants et d’étudiantes suisses a décidé d’agir, à leur échelle. Ensemble, ils nous racontent leur expérience sur place et leur engagement envers ces peuples.

Un premier voyage. «Nous sommes partis en Colombie en immersion pendant 3 semaines dans le cadre d’un travail de terrain en anthropologie. Nous n’étions pas des étudiants formés en anthropologie, mais de parcours divers: santé, biologie, sciences environnementales, humanités numériques… Le but était d’apprendre à développer ce regard anthropologique et de pouvoir l’incorporer au sein de nos domaines de prédilection.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Bien vu

Photo article

Global Carbon Project

Nous vous en parlions mercredi dernier, les émissions de carbone font leur retour, suivant les politiques de déconfinement. Plus faibles de 17% par rapport à 2019 début avril, elles n’étaient plus que 5% plus bas qu’en 2019 début juin. En entrant plus dans le détail, ce graphique du Global Carbon Project montre que plus du tiers de ces baisses d’émissions venaient du transport non aérien.


Contenu partenaire Photo logo

Photo article

Sciena.ch: avec les esprits les plus brillants de Suisse. Vous voulez suivre les dernières découvertes de l’ETH Zurich et de l’EPFL ainsi que des quatre instituts de recherche fédéraux PSI, WSL, Empa et Eawag? Sciena.ch réunit pour la première fois toutes leurs actualités.


Séance de rattrapage

Parce que la science avance malgré le Covid-19, petite sélection des derniers articles du Flux Sciences.

Photo article

CERN

Peut-être un nouvel accélérateur au CERN. La mise à jour de la stratégie européenne en physique des particules était attendue de longue date. Le conseil du CERN l’a dévoilée ce 19 juin 2020. A la clé, un exercice de politique scientifique multilatéral entre ses 23 pays membres, qui définit les grandes orientations de la recherche en physique pour les années à venir. Habilement, elle n’écarte pas la construction d’un nouvel accélérateur, ni ne l’approuve formellement à ce stade. Les études de faisabilité doivent se poursuivre, et ce n’est pas avant la prochaine mise à jour de la stratégie, d’ici au moins 5 à 7 ans, que la question sera de nouveau mise sur la table. Explications.

Heidi.news (FR)

Coup d’envoi pour Trust Valley. Le Canton de Vaud et le Canton de Genève lanceront en octobre 2020 la Trust Valley, un réseau pour les acteurs académiques et les entreprises de la suisse lémanique autour de la confiance numérique et la protection des données. Une initiative dans l’air du temps.

Heidi.news (FR)

Reboiser, mais pas n’importe où. Faut-il reboiser massivement la planète au risque de voir tant d’efforts et d’investissements partir en fumée en seulement quelques décennies? C’est en tout cas l’inquiétude qui ressort d’une étude écrite conjointement par des biologistes et des climatologues dans Science. Leur crainte: que de telles initiatives ne tiennent pas assez compte des risques que fait planer le changement climatique sur les forêts.

Heidi.news (FR)

Le recyclage façon Migros. Migros lance un sac pour recycler tous les plastiques qui échappaient jusque-là aux règles du tri sélectif. Ce concept, qui sera inauguré le 29 juin à Lucerne, sera ensuite étendu aux cantons de Genève, Neuchâtel-Fribourg, Vaud et Valais d’ici la fin de l’été, et généralisé d’ici le printemps 2021. Une initiative utile? Oui… et non!

Heidi.news (FR)

De nouvelles navettes autonomes à Genève. Et s’il était aussi facile de héler un bus autonome qu’un taxi? C’est l’idée derrière les navettes autonomes en cours de déploiement à Genève sur le site de l’hôpital de Belle-Idée, en partenariat avec les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Deux véhicules commenceront à circuler en test à partir de fin juin 2020 sur le réseau routier du site. Des passagers pourront les emprunter dès le mois d’août. La navette ne s’arrêtera pas à des arrêts prédéterminés, mais à la demande, grâce à une application. Une première mondiale.

Heidi.news (FR)

Covid-19 et mauvaise science. Bas les masques. Dans une lettre ouverte, une quarantaine d’experts demandent le retrait d’un article publié le 11 juin dans la revue PNAS. Les auteurs, spécialistes en chimie atmosphérique, prétendent avoir montré que les masques sont la seule mesure vraiment efficace contre l’épidémie et que Covid-19 se transmet surtout par aérosols. Ils comptent parmi eux l’illustre chimiste Mario Molina, nobélisé en 95 pour ses travaux sur la couche d’ozone. Ses contempteurs dénoncent une méthodologie bâclée et des conclusions mal étayées.

Heidi.news (FR)

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

Le naturaliste et médecin Karl Vogt, devant l’Université de Genève, au Parc des Bastions. Il est reconnu pour ses travaux scientifiques mais on sait aussi qu’il nourrissait une vision raciste. Photo: Niels Ackermann

Pourquoi déboulonner des statues qu’on ne voit plus? Suite à son travail sur les statues déchues de Lénine, le photographe Niels Ackermann remarquait que celles qui étaient retirées restaient très ancrées dans la mémoire locale alors que celles qui restaient en place passaient souvent inaperçues. Pour ce photographe romand, «nous voyons quelque chose de similaire se produire ces jours-ci avec les statues des confédérés américains ou des notables européens liés à la traite des esclaves: tandis qu’ils tombent, ils sortent de l’oubli et reviennent au cœur de nos réflexions». Nous nous sommes donc demandé ce qu’il en était des sculptures suisses, controversées ou pas. Niels Ackermann est donc parti sur les routes de Suisse et nous avons interrogé des experts romands.

Heidi.news (FR) Photo article

L’attaque d’un virus expliquée par la Casa de Papel. Dernier épisode de notre série Pop-Science. Un virus comme la grippe, la varicelle, le VIH ou le coronavirus, c’est un organisme microscopique, qui ne peut se reproduire avec les autres membres de son espèce. Il a besoin d’infecter un hôte, de pénétrer à l’intérieur d’un organisme. Or, un organisme, le nôtre par exemple, est une forteresse encore mieux gardée que La Fabrica de la Moneda y Timbre de la série La Casa de Papel.

Heidi.news (FR) Photo article

Quels indicateurs suivre pour savoir si une deuxième vague épidémique arrive? L’épidémie de coronavirus s’estompe dans l’esprit de la population suisse. Le Conseil fédéral a levé presque toutes les restrictions dès le 22 juin. Mais le virus est toujours en circulation et une flambée épidémique n’est pas exclue. Comment la détecter? Selon quels indicateurs?

Heidi.news (FR)

Est-ce qu’on peut de nouveau prendre de l’ibuprofène? L’alerte venue de France concernant un risque d’aggravation de Covid-19 lié à la prise d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) a marqué les esprits. Maintenant que l’épidémie a reflué, plusieurs lecteurs nous demandent s’ils peuvent prendre de l’ibuprofène ou d’autres molécules de la même classe (naproxène, diclofénac…) pour traiter des symptômes de la vie courante comme les règles douloureuses, le mal de tête ou la migraine.

Heidi.news (FR)

La toxicomanie en Suisse au cœur de l’épidémie. Quel impact la pandémie a-t-elle eu sur les usagers de drogue? La fermeture des frontières n’a quasiment pas porté atteinte au marché de l’héroïne et de la cocaïne en Suisse, et aucun cas de Covid-19 n’a été détecté dans les lieux de consommation de Genève et de Lausanne. Mais les mesures de lutte contre Covid-19 ont durement impacté les revenus et les liens sociaux des personnes toxicodépendantes, obligeant le secteur à se réorganiser pour éviter les drames.

Heidi.news (FR)

Les femmes trans ont-elles leurs règles? Une question à la confluence de la médecine, de la psychologie et de la sociologie. Le 7 juin dernier, J.K. Rowling, l’auteure de la saga Harry Potter a posté un tweet ironique et provocateur assorti d’un article de blog dans lequel elle évoque les règles et sous-entend que celles-ci sont l’apanage des femmes nées femmes. Des propos jugés révoltants pour certains représentants de la communauté trans. Ces derniers font valoir que les hommes trans (nés femmes) n’ayant pas subi d’hystérectomie peuvent eux aussi saigner et que des femmes trans (nées hommes) peuvent éprouver cycliquement des symptômes de règles.

Heidi.news (FR)

L’application SwissCovid sera lancée le 25 juin. Les grandes étapes de l’épidémie en Suisse et dans le monde. Mis à jour quotidiennement.

Heidi.news (FR)

Florent Hiard est journaliste scientifique chez Heidi.news, et ancien assistant-diplômé en géosciences à l’Université de Fribourg. N’hésitez pas à lui écrire pour toute question ou commentaire.


Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de vendredi

Bonne soirée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse