Bonjour, c’est Laure à Genève pour vous parler de santé et particulièrement de l’impact de la pollution. Si celle-ci a baissé drastiquement pendant le confinement, elle pourrait bien revenir plus forte que jamais…

Également au menu d’aujourd’hui, des récompenses qui favorisent notre mémoire, des cellules immunitaires face au cancer et les risques d’un vaccin contre Covid-19.

Laure Gabus, Genève
Le 24.06.2020


L'impact sanitaire de la diminution de pollution pendant le confinement

Photo article

Les images satelites de la pollution en novembre 2019 et avril 2020. Crédit: Swiss data cube

L’UNIGE a organisé un cycle de trois conférences intitulé «Confiné-es: pour le meilleur et pour le pire». Mardi, Antoine Flahault, professeur à la Faculté de médecine et directeur de l’Institut de santé globale, et Gregory Giuliani, responsable du projet Swiss Data Cube et chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement, discutaient les résultats des premières études mesurant les impacts environnementaux et sanitaires du confinement.

Quatre milliards de personnes confinées et l’activité industrielle au ralenti pendant plus de deux mois: la diminution de la pollution a été indéniable pendant les semaines de confinement de mars à mai. Des images satellites de la NASA et de l’ESA ont permis de prendre conscience de l’ampleur de ce phénomène. De son côté l’Université de Genève suit la pollution atmosphérique en Suisse et au-delà grâce à l’analyse de données du satellite Copernicus Sentinel-5P. Ces informations sont ensuite croisées avec des données de santé publique. Voici ce que disent ces observations.

La pollution est principalement émise par l’industrie et les transports. Les données recueillies par Swiss Data Cube pendant le confinement sont impressionnantes selon Gregory Giuliani: «On voit une baisse de pollution, sur le Plateau et en particulier à Genève et à Zurich, avec 40% à 50% dioxyde d’azote en moins, si l’on compare avril 2019 et avril 2020. Cela représente un retour d’au moins deux décennies en arrière. D’après la NASA, les taux d’émissions globales de CO2 ont baissé de 17 à 20% par jour.»

Les zones fortement polluées comme la Lombardie, la Chine et plusieurs mégapoles comme Wuhan, Paris ou New-York ont été particulièrement touchées par le Covid-19. En avril, une étude a démontré un lien statistique entre le taux de mortalité et le taux de pollution aux Etats-Unis. En mai, une autre a montré une corrélation similaire en Europe. Faut-il y voir une simple association statistique ou alors chercher des causalités? Antoine Flahault pose la question et formule des hypothèses:

«Peut-être que les particules fines présentes dans l’air pollué favorisent la diffusion du virus lorsqu’il est dans l’air. Peut-être que la densité urbaine et la forte proximité ont joué un rôle dans l’exacerbation du risque de contagion. Je favoriserais l’impact de la pollution intérieure, qui est un vrai problème de santé publique - notamment dans les pays en développement. Lorsque l’on cuisine au charbon, l’aérosolisation des particules fines joue peut-être un rôle causal.»

Lire l’article en entier sur Heidi.news (FR)

Découvrez Heidi.news gratuitement. 30 jours d’essai au début de chaque abonnement.


L'actu du Covid

Photo article

Les conséquences dramatiques de la crise sur les grossesses. Ruptures de stock de contraceptifs, difficultés d’accès à l’avortement, diminution des consultations obstétriques et gynécologiques: Covid-19 porte atteinte, indirectement, à la santé reproductive et sexuelle de millions de femmes à travers le monde, particulièrement dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Selon les premières estimations, la réduction de l’accès aux soins en santé sexuelle et reproductive aura des conséquences dramatiques sur le nombre de grossesses non désirées, d’avortements à risque et de mortalité maternelle. Sur le terrain, on craint que la pandémie ne vienne miner des dizaines d’années d’effort en matière de soins et de prévention.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Pourquoi la Confédération se décide (enfin) à rendre les tests gratuits. Cette annonce était très attendue: dès le 25 juin, les tests de dépistage PCR de Covid-19 et les tests sérologiques (permettant de détecter les anticorps) seront entièrement pris en charge par la Confédération. Une gratuité pour la population qui a tout de même un coût: le Conseil fédéral demande 288 millions de francs de crédits supplémentaires pour assumer cette charge supplémentaire.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

VIDÉO - L’altitude freine-t-elle la transmission du coronavirus? Cet été, le coronavirus part en vacances avec nous. Sur la plage, à la montagne, au camping, à l’heure de l’apéro… Il va tenter de s’incruster dans nos valises et nos muqueuses. Heidi.news démêle le vrai du faux des questions que l’on se pose sur les vacances et le coronavirus en 25 questions.

Voir sur Heidi.news (FR)

L’OFSP n’exclut pas l’apparition de foyers épidémiques. Les grandes étapes de l’épidémie en Suisse et dans le monde. Mis à jour quotidiennement.

Heidi.news (FR)

Dans les labos

Éviter un vaccin qui augmenterait le risque de maladies. Dans une interview donnée au Journal de l’UNIGE, Claire-Anne Siegrist, professeure au Département de pédiatrie, gynécologie et obstétrique met en garde contre les risques d’un vaccin contre le Covid-19. Pour la scientifique, il faudrait «éviter qu’un vaccin n’induise des anticorps qui, au contraire de protéger, augmenteraient le risque de maladie au moment de l’exposition au virus – comme on l’a malheureusement observé pour les virus SRAS précédents. Cela pourrait transformer une maladie actuellement bénigne chez 80% des personnes en une maladie plus grave, ce qui serait une catastrophe.»

L’interview complète (FR) Photo article

L’optimisation de la consolidation des souvenirs est le produit d’un dialogue neuronal entre le circuit de la récompense (à gauche) et celui de la mémoire (à droite). © UNIGE

Une juste récompense monétaire favorise la mémoire. Parce qu’il n’y a pas que le coronavirus dans la vie, parlons de cette réjouissante étude genevoise. Au travers de l’examen de l’activité cérébrale de sujets humains sains, des scientifiques de l’Université de Genève ont découvert qu’une récompense monétaire avait un effet positif sur leur mémoire et leur capacité à retenir des informations variées. L’équipe de recherche en neurosciences s’est aperçue que la moyenne des récompenses reçues ne devait être ni trop petite, ni trop importante pour être efficace.

UNIGE (FR)

Cancer, l’important rôle des cellules immunitaires. La plupart des thérapies anticancéreuses traditionnelles ciblent les cellules tumorales elles-mêmes ou tuent sans discrimination toute cellule qui se divise rapidement. Des chercheurs de l’université de San Diego ont découvert comment les cellules immunitaires opèrent dans les tissus entourant les tumeurs de souris. Leur recherche montre que la manipulation des macrophages, un type de cellule immunitaire que l’on trouve en abondance dans les tissus entourant une tumeur, ouvre la voie à une nouvelle approche pour les thérapies contre le cancer.

UC San Diego Health (FR)

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

La statue du général Guisan à Lausanne, sur les quais d’Ouchy. Un article paru dans la NZZ lors de son inauguration en 1967 relève qu’il a plutôt la posture d’un bourgeois typiquement suisse et non celle plus martiale d’un chef de type napoléonien. Photo: Niels Ackermann

«La statue d’individu est rare en Suisse.» Quelle est la spécificité de la statuaire suisse face à la vague de polémiques actuelle? Les réponses de Philippe Kaenel, professeur associé en histoire de l’art à l’Université de Lausanne, alors que le photographe Niels Ackermann continue son tour de Suisse des statues pour Heidi.news.

Heidi.news (FR)

Barbara Haering nommée vice-présidente du Conseil des EPF. Le Conseil fédéral a nommé Barbara Haering à la vice-présidence du Conseil des EPF pour la période 2021-2024. Cette spécialiste en stratégie et politique des hautes écoles, membre du conseil depuis 2008, remplacera Beth Krasna qui quittera ses fonctions à la fin de l’année. Le Conseil fédéral a aussi annoncé que l’économiste d’entreprise et administratrice indépendante Cornelia Ritz Bossicard rejoindrait le Conseil des EPF en janvier 2021.

Heidi.news (FR)

Laure Gabus est journaliste indépendante, basée à Genève. Vous pouvez lui écrire ici.


Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de mardi

Bonne soirée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse