Bonjour, c’est Lorène pour vous parler d'éducation, alors qu’à l’Université de Saint-Gall, sept superviseurs ont été testés positifs à Covid-19 après avoir surveillé des examens écrits.

Aujourd'hui, une sociologue de l'éducation décortique les relations complexes entre les enseignants et les parents. Au programme également, les contours de la rentrée universitaire du 14 septembre, et le besoin de formations en informatique quantique.

Lorène Mesot, Genève
30.07.2020


«Il faut que l'école arrête d'en attendre trop des parents»

Photo article

Keystone / Alessandro della Valle

Tantôt cordiales, tantôt tumultueuses, les relations parents-enseignants semblent n’avoir jamais été plus vives qu’à l’heure du coronavirus et de l’école à distance. Héloïse Durler, chargée d'enseignement spécialisée en sociologie de l’éducation à la Haute école pédagogique du canton de Vaud, revient sur le rôle des parents dans la scolarité de leur enfant, leurs rapports aux enseignants et la façon dont la crise a parfois favorisé le dialogue, et souvent mis le feu aux poudres.

Heidi.news - Comment les relations entre les enseignants et les parents ont évolué ces dernières années?

Héloïse Durler - Depuis plusieurs décennies, il y a une volonté de l’école de collaborer avec les parents, de les impliquer, alors qu’avant, l’institution scolaire les tenait à distance. Cependant de nombreux travaux montrent que ce partenariat n’en est pas vraiment un, leurs rapports étant fortement asymétriques. L’école a des exigences et attend un investissement fort du parent. C’est devenu une norme et quand le parent en sort, cela crée des malentendus et des tensions.

C’est le paradoxe des relations école-famille, il y a des attentes implicites et des codes que tous les parents ne possèdent pas. Ajouter à cela beaucoup de non-dits et une perte de confiance réciproque et, dans certains cas, les enseignants pensent que les parents sont trop absents ou trop intrusifs et les parents estiment les enseignants incompétents.

Quel est le rôle attribué aux parents dans le système scolaire actuel?

Ils jouent un grand rôle. On leur demande de vérifier que les devoirs sont faits, qu’ils manifestent des signes d’intérêt pour le travail scolaire, qu’ils répondent présent aux réunions, etc. Ils doivent manifester tous les signes du «bon parent», préoccupés par la scolarité de l’enfant et capables de prendre le relais à la maison pour le travail scolaire. Implicitement, les enseignants attendent des parents qu’ils soient proactifs, notamment dans la prise de contact, ce qui crée facilement des malentendus. Pour certains parents, notamment ceux qui ont vécu des bonnes expériences à l’école et qui ont fait des études, c’est très facile et pour d’autres, c’est beaucoup plus compliqué.

Parallèlement, les enseignants semblent nettement moins bien considérés qu’il y a 50 ans, comment l’expliquer?

Il y a une perte de légitimité de l’enseignant depuis longtemps. Tout le monde pense avoir son mot à dire sur la pédagogie et la façon d’enseigner. Face à ce phénomène, il y a des enseignants qui se renferment, se braquent et avortent le dialogue. Nos futurs enseignants redoutent régulièrement les premières rencontres avec les parents qu’ils perçoivent a priori comme agressifs.

Ce n’est ni la faute des uns ni des autres. L’institution scolaire, comme beaucoup d’institutions, a été mise à mal ces dernières décennies et des discours parallèles aux discours pédagogiques ont émergé. De nouveaux acteurs comme les médecins et les psychothérapeutes mettent en évidence des aspects liés aux troubles de l’apprentissage et leur discours prend parfois le dessus sur celui des enseignants, mis à mal.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi. Abonnez-vous


Comment se dessine la rentrée universitaire

Photo article

Keystone / Gaetan Bally

Le 14 septembre prochain, plusieurs milliers d’étudiants reprendront le chemin des auditoires en Suisse romande. Comment les nouveaux arrivants seront-ils intégrés au sein de leur université? Le port du masque sera-t-il obligatoire? Seront-ils fournis? Comment s’articuleront les cours en présentiel et à distance? À un mois et demi de la rentrée, Heidi.news fait le point.

L’achat de masques, la régulation du flux des étudiants sur les campus et le format hybride des enseignements mettent à rude épreuve les rectorats. Surtout que les lignes directrices discutées actuellement restent tributaires des mesures que pourraient prendre les autorités sanitaires cantonales et fédérales dans les prochaines semaines. Les universités doivent donc dessiner les contours d’une année académique sur fond d’incertitudes. Et les défis sont d’autant plus grands que la taille de l’université croît.

À lire sur Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Abo Jeune - prix libre. Heidi.news s’engage pour permettre l’accès des jeunes à une information de qualité. Les moins de 26 ans peuvent s’abonner gratuitement ou dès 1 CHF.

Je m’abonne

Une raison d'espérer

Photo article

À la suite de la décision du tribunal, les plaignants et leurs partisans ont laissé éclater leur joie. | Keystone / AP / Kyodo News

Des victimes de la bombe d’Hiroshima enfin reconnues. C’est une décision de justice hautement symbolique. Le tribunal du district d’Hiroshima a élargi hier la définition des survivants à l’attaque du premier bombardement atomique de l’histoire. À la fin de la Seconde guerre mondiale, les autorités japonaises avaient défini les zones les plus touchées par l’attaque américaine et accordé la gratuité des soins aux résidents de ces zones. Les 84 plaignants, parmi lesquels des nonagénaires, ne résidaient pas directement sur ces terrains, mais ont contracté des maladies liées à la «pluie noire» radioactive suivant l’attaque. Les juges ont reconnu les préjudices causés par la bombe sur leur santé et leur ont accordé le même statut juridique, et la gratuité des soins, qu’aux précédentes victimes reconnues, les hibakusha.


L'arrivée des formations en informatique quantique

Photo article

Détail d'un ordinateur quantique et de ses circuits de refroidissement | IBM

La ruée vers l’informatique quantique, dont l'architecture se base sur les particularités de la physique quantique, aura-t-elle lieu? Dans les plus grandes universités mondiales, on prend peu à peu conscience de l’intérêt stratégique à former des ingénieurs dans ce domaine pointu. Des formations dédiées voient progressivement le jour, de même que des formations à distance, comme celle donnée du 20 au 31 juillet 2020 par IBM, qui est aussi un acteur-clé du secteur.

Ces technologies ne se sont toujours pas imposées comme un nouveau standard face à l’informatique traditionnelle. Malgré tout, les espoirs d’une percée technologique (et économique) sont grands, en témoigne l’agitation médiatique provoquée par Google en 2019, lorsque la firme avait annoncé avoir atteint la «suprématie quantique» (seuil où utiliser un ordinateur quantique devient plus intéressant qu’un ordinateur conventionnel), une affirmation en réalité sujette à débat. Les gouvernements prennent peu à peu conscience de l’intérêt stratégique que représente toute avance en la matière, tandis que plusieurs investisseurs suivent de près les avancées du domaine.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

Pixabay / Aquilatin

La résistance du coronavirus à l'eau en question. Dans une vidéo diffusée sur notre site le 15 juin 2020, le Pr Antoine Flahault indiquait que le nouveau coronavirus était très peu résistant dans l’eau, son enveloppe lipidique «se cassant» à son contact. Prenant acte de cette information, vous avez été plusieurs à nous demander: «Pourquoi le lavage des mains au savon ou solution hydro-alcoolique est-il nécessaire si le virus est sensible à l’eau? N’est-il pas suffisant de passer ses mains sous l’eau pendant un temps donné pour éliminer le virus?». Notre réponse.

Heidi.news (FR)

Covid-19, un virus saisonnier? Saisonnier ou pas saisonnier, le virus? En conférence de presse le 28 juillet, la Dre Margaret Harris, porte-parole de l’OMS, s’est inscrite en faux contre l’idée que Covid-19 pourrait être une épidémie saisonnière. «La saison ne semble pas affecter la transmission du virus en ce moment», a affirmé la spécialiste, citant le contre-exemple des Etats-Unis, où c’est actuellement l’été. Ces déclarations ont fait l’objet d’une dépêche de Reuters, et ont largement été relayés dans la presse anglo-saxonne et francophone. Les choses sont en réalité plus compliquées.

Heidi.news (FR)

Val Poschiavo, le secret des confins. En partant des rives du Léman, on ne peut pas aller plus loin en Suisse par la route sans quitter le territoire. Peu fréquentée, cette vallée italophone des Grisons reculée est une expérience sensorielle. C'est le neuvième épisode de notre exploration L'été suisse dont vous êtes le héros.

Heidi.news (FR)

Covid-19 et santé mentale des jeunes. L’épidémie et le confinement qui a suivi ont affecté la santé mentale d’environ 40% des adolescents, stressés par le fait d’être coupés de leurs amis et de l’environnement scolaire, la peur de tomber malade ou la perspective d’un futur incertain. En temps normal, environ 20% des adolescents connaissent des problèmes de santé mentale.

Heidi.news (FR)

Les grandes étapes de la pandémie. À la mi-journée, l’OFSP a annoncé 220 nouveaux cas, contre 193 la veille, et un nouveau décès. La Suisse compte désormais 35’022 cas testés positifs et 1704 décès. 8 hospitalisations ont également été enregistrées en 24 heures.

Heidi.news (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de mercredi

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse