Bonjour, c’est Sophie pour vous parler d'éducation, alors que l'école hôtelière de Glion, dans le canton de Fribourg, se trouve en quarantaine après que quatre étudiants ont été testés positifs à Covid-19.

Aujourd'hui, une enseignante nous raconte comment la lutte contre les fake news s'organise à l'école. Nous revenons également sur la forte hausse des demandes en éducation spécialisée dans le canton de Genève.

Sophie Gaitzsch, Genève
27.08.2020


Comment l’école lutte contre les fake news

Photo article

KEYSTONE/DPA/Tobias Hase

L’éducation aux médias fait partie du plan d’études romand, qui détermine les contenus de la scolarité obligatoire en Suisse romande. Dans le canton de Genève, elle prend la forme d’un cours d’une heure par semaine dispensé à tous les élèves de 11e, soit des jeunes âgés de 14-15 ans. Marion Michon, enseignante qui préside le groupe Médias et Images, nous raconte comment les élèves apprennent à affûter leur regard sur les informations qui leur parviennent.

«Un des objectifs du cours Médias et Images est de donner des outils d’analyse aux élèves et d’aiguiser leur sens critique face à la production médiatique. Il s’agit d’un enjeu qui nous préoccupait déjà avant la pandémie, mais que la crise et le déluge d’informations qu’elle a provoqué a renforcé. Nous avons utilisé l'actualité liée au coronavirus pour les sensibiliser aux fausses informations, pourquoi elles circulent aussi vite, pourquoi on n’arrive pas à les contrôler.

Il existe plusieurs portes d’entrée pour réaliser ce travail. Avec mes élèves, j’ai par exemple pris l’exemple de la 5G, accusée de propager le virus. J’ai leur ai proposé une sélection de nouvelles et leur ai demandé de retracer d’où elles provenaient, de remonter aux sources. Nous avons aussi travaillé à un niveau plus théorique, sur la définition de termes comme «fake news», «désinformation», «théorie du complot» ou encore «canular». Ils ont aussi pu répondre à un quiz dans lequel ils devaient dire s’ils pensaient qu’une information était vraie ou fausse.

Durant la crise, les élèves ont consulté bien plus les médias que d’habitude. Ils ont passé beaucoup, beaucoup de temps sur les réseaux sociaux, qui est de loin leur principale source d’information. Ils ont aussi regardé un peu le téléjournal, ce qui n’est pas du tout le cas en temps normal.

Les jeunes sont conscients qu’ils doivent se montrer vigilants. Parfois, ils savent que c’est faux, mais ça les fait rire, alors ils partagent. Il faut aussi souligner que certains se montrent plus réceptifs que d’autres aux fausses informations. Une partie des élèves, qui discutent d’actualité à la maison, est tout à fait capable de faire le tri. Ils sont même très lucides. Pour d’autres, c’est plus compliqué. Leurs difficultés à déceler la véracité d’un message sont souvent liées à des difficultés d’apprentissage.

A quoi va ressembler le cours Médias et Images cette rentrée? Les élèves vont commencer par répondre à un questionnaire en ligne sur leur usage des médias: ce qui les intéresse, combien de temps ils y consacrent. Je prévois aussi une discussion au sujet du réseau social Tik Tok. Je vais ensuite leur demander de réaliser un petit film, pour acquérir quelques bases techniques de montage vidéo, développer leur côté créatif mais aussi les sensibiliser au droit à l’image. On ne peut pas filmer ses copains et simplement diffuser les images. La pandémie, les élèves en ont peu marre. Nous allons certainement passer à d’autres sujets d’actualité, par exemple les élections présidentielles américaines.»


Découvrez Heidi.news gratuitement. 30 jours d’essai au début de chaque abonnement.


Troubles du comportement, autisme... 10% de hausse en deux ans dans l’enseignement spécialisé à Genève

Dans le canton de Genève, l’enseignement spécialisé, qui encadre les élèves présentant des handicaps ou des difficultés d’apprentissages ou de développement, a connu une forte hausse de ses effectifs ces deux dernières années. Lors de la rentrée 2020, 2069 élèves étaient concernés, soit une progression de plus de 10% par rapport à la rentrée 2018. Le phénomène concerne en particulier la tranche d’âge des 4 à 8 ans.

Entre 2010 et 2018, une augmentation avait déjà été enregistrée, mais beaucoup plus modérée: 3,7% en huit ans. Dès lors, la tendance de ces deux dernières années interpelle. Quelles en sont les principales raisons? Les services concernés au Département de l’instruction publique évoquent la poussée démographique, mais aussi une augmentation des troubles du comportement et des troubles du spectre autistique.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Suivez-nous sur les réseaux sociaux. Heidi.news, c'est aussi des actualités quotidiennes sur les réseaux sociaux. Retrouvez Heidi.news sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, YouTube et TikTok.

Suivre Heidi.news

Une raison d'espérer

La pandémie a fait baisser le niveau de stress des écoliers britanniques. La crise du coronavirus a permis de réduire le niveau de stress des élèves britanniques, montre une étude de l’Université de Bristol. La recherche a été menée en deux temps, auprès d’un millier d’adolescents de 13 à 14 ans, dans 17 écoles du sud-ouest du pays. En octobre 2019, 54% des filles et 26% des garçons avaient déclaré se sentir anxieux. En mai 2020, soit plusieurs semaines après la fermeture des écoles, les proportions étaient tombées à 45% des filles et 18% de garçons. Ces résultats soulèvent de nombreuses questions sur l’impact de l’environnement scolaire sur la santé mentale des adolescents, souligne la BBC.

BBC (EN)

Et pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

OMS

Une carte de suivi du Covid-19 plus fine pour l’Europe. Le bureau européen de l’OMS a dévoilé ce jeudi 27 août un nouvel outil pour suivre l’épidémie de Covid-19. Cette carte permet de visualiser les principaux «points chauds» en matière de circulation virale à l’échelle de la région Europe –l’OMS y place également le Caucase, l’Asie centrale, Israël et la Turquie–, et surtout en intégrant les subdivisions territoriales.

Heidi.news (FR)

Genève, une zone plus à risque que la France voisine. Le fait que la France ait dépassé le seuil des 60 nouveaux cas positifs de Covid-19 pour 100’000 habitants au cours des 14 derniers jours a ouvert la porte à toutes sortes de spéculations: la France bientôt sur la liste des pays à risque? Menace de quarantaine en revenant de France? Et qu’en est-il de la situation avec nos voisins allemands, italiens, autrichiens? Analyse.

Heidi.news (FR)

Les milieux scientifiques contre l’initiative de limitation. Le peuple suisse votera le 27 septembre sur l’initiative «Pour une immigration modérée». Ce jeudi 27 août, les institutions suisses de recherche et de formation se sont réunies à Berne pour marteler ensemble leur message: un oui, qui mettrait fin à la libre circulation des personnes et entraînerait la résiliation de l’accord sur la recherche avec l’Union européenne, aurait des conséquences dramatiques sur la science suisse.

Heidi.news (FR) Photo article

L'air, source inespérée d'eau potable. Il n'est pas rare que plus aucune goûte ne sorte du robinet en Afrique, et même parfois pendant des jours. Ce stress hydrique augmente à mesure que la population croît. Mais avons-nous vraiment exploité toutes les sources possibles d’eau potable? L'entrepeneuse kényane Beth Koigi en a trouvé une nouvelle… en levant les yeux au ciel: son innovation futuriste transforme l’humidité de l’air en eau potable.

Heidi.news (FR)

Comment organiser de bonnes élections en temps de coronavirus? Dans le monde, les discours mentionnant des élections manipulées résonnent jusque dans les plus grandes démocraties. Une occasion pour plusieurs chercheurs de la British Academy (l’académie nationale des sciences humaines et sociales) de publier une série de guidelines pour des élections saines en temps de coronavirus.

Heidi.news (FR)

Confinement et sexe en ligne. Salomé Donzallaz, assistante-doctorante à l’Institut de sociologie de l’Université de Neuchâtel, mène actuellement une thèse de doctorat en économie territoriale, dans laquelle elle interroge le statut du livecam, une forme d'activité sexuelle marchande emblématique de la numérisation de la société. Elle explique que pendant le semi-confinement en Suisse, la recherche de ce type de services a augmenté.

Heidi.news (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de mercredi

Bonne soirée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse