Bonjour, c’est Pauline à Zurich, où dès lundi un quotidien un peu plus normal reviendra petit à petit dans les hôpitaux. C’est un soulagement, mais aussi le début de nouvelles inquiétudes.

Pour ce Point Coronavirus, je vous invite à quitter le milieu des soins et faire un détour à l’ETH Zurich, où plutôt sur le lieu de télétravail d’un expert des risques entrepreneuriaux.

Pauline Broccard, Zurich
Le 24.04.2020


Un expert de l’ETHZ tire la sonnette d'alarme sur les conséquences du confinement

Photo article

Didier Sornette. Copyright Swiss Finance Institute, Photographer: Fabian Biasio. CC BY-SA 3.0

Le professeur Didier Sornette travaille depuis quatorze ans à l’école polytechnique fédérale de Zurich. Depuis le début de la pandémie, ce physicien d’origine, se dévoue à l’évolution de Covid-19 dans le monde entier. Ce Français publie régulièrement des rapports pour prédire le développement de l'épidémie.

«En ce moment je travaille, comme tout le monde, depuis mon domicile. L’ETH Zurich reste déserte. Avec mes collaborateurs en Ecosse, Belgique, Autriche, Russie, Chine et bien d’autres, nous communiquons en ligne pour rassembler les informations sur l’évolution de la pandémie actuelle. Nous y avons un accès direct par les gouvernements et institutions de santé des différents pays. Nous publions des rapports quotidiens utiles aux investisseurs et aux compagnies, pour avoir une idée des retombées sur les entreprises. Ces données sont très demandées dans le monde et particulièrement en Chine, où j’ai lancé l’année passée l’Institute of Risk Analysis, Prediction and Management à Shenzhen qui est le premier institut pilote entre l'ETH Zurich et une université chinoise.»

«Nous souhaitons offrir une source de données quantitatives – des faits rationnels. Dans la plupart des médias, c’est tout le contraire qu’on voit. La situation est dominée par l’émotion. La vie perdue d’un enfant dans cette situation pandémique attriste le monde entier, mais, sans un contexte médical correct, le drame mène à d’énormes aberrations et exagérations, ce qui justifie en partie des mesures extrêmes de confinement.»

«Un élément d’information qui manque souvent, c’est la comparaison avec d’autres maladies. La grippe asiatique de 1957 par exemple a causé environ 100’000 morts en France et a fait le tour de la planète en six mois. Les centaines de milliers de décès dus au cancer, à Alzheimer, au diabète ou aux accidents cardio-vasculaires sont aussi oubliés dans cette période de pandémie. Nous sommes obsédés par le Covid-19, son émergence et sa contagiosité. Il reste, en comparaison, beaucoup moins grave au vu des données actuelles. Notre estimation est qu’il tue entre 0.2% et 0.4% des personnes infectées et en majorité les personnes âgées et en comorbidité sévère. La difficulté avec ce coronavirus, c’est qu’il se propage extrêmement vite, ce qui provoque une saturation rapide des services hospitaliers et le fait qu’il n’y a pas encore de traitement. Notre impuissance, souvent due à un manque de préparation et aussi à l’absence de décisions courageuses et efficaces nous fait paniquer.»

«La situation actuelle est sans doute tragique, mais sur le plan scientifique, elle est aussi unique. Un choc mondial comme celui-ci nous permet de faire des expériences réelles. Le dernier cas comparable était le 11 septembre 2001. Là aussi la stratégie des politiciens était de l’exploiter pour leurs agendas politiques, et pour leur réélection, et beaucoup moins à se consacrer au bien être de leurs concitoyens. Attiser et exploiter la peur du peuple –face au terrorisme à l’époque et aujourd’hui face au coronavirus– aide à légitimer leurs actes. Trump l’exerce actuellement d’une manière très visible. En Europe et dans le monde, je crains dans le futur une accélération des pertes des libertés individuelles et un assujettissement à une tyrannie de la peur exploitée par des gouvernants et des groupes d’intérêts.»

«Il y a une question à se poser: est-ce que le coût potentiellement énorme par vie sauvée (décès évités) de cette pandémie dans différents pays justifie les politiques actuelles? Quand d’un autre côté, on pourrait sauver des milliers ou des millions de vies avec cet argent. On dit que la vie n’a pas de prix. Dans une société, ce n’est pas vrai car il faut arbitrer entre compromis pour sauver différents types de vies. Dans le cas du Covid-19, il faut aussi considérer que la moyenne d’âge des décédés est de plus de 80 ans. De l’autre côté, on détruit l’économie et des dizaines ou même des centaines de millions d’emplois, une perte qui ne sera peut-être pas réversible. Le strict confinement peut également avoir de graves conséquences en termes de maladies mentales et de négligence d’autres pathologies. La rupture des chaînes d’approvisionnement menace de famines aux ‘proportions bibliques’, selon un récent rapport des Nations-Unies.»

«C’est la première fois que la santé du peuple passe devant les intérêts économiques. Mais est-ce bien pensé? Une société ne peut pas sauver chaque vie, elle doit faire des choix raisonnables. Ça demande des calculs intelligents qui arbitrent et s’équilibrent entre les considérations médicales, sociales, économiques, d’équité et inter-générationnelles. A mon avis, on ne s’est focalisé que sur les considérations médicales à courte vue.»


Le journalisme de précision qui répond à vos questions. Abonnez-vous!


Des nouvelles des hôpitaux zurichois

A partir de lundi, les consultations et les opérations à l’hôpital universitaire de Zurich (USZ) et à l’hôpital Triemli reprendront peu à peu leur cours. A l’USZ, le container qui avait été construit uniquement pour les patients infectés par le nouveau coronavirus a été fermé mardi. «Les urgences normales couvrent désormais les patients habituels ainsi que ceux touchés par Covid-19. Bien sûr en respectant toujours les mesures de sécurité. Nous continuons avec l’interdiction de visites et chaque personne rentrant aux urgences reçoit un masque. Il est important de s’y tenir pour éviter tout risque», raconte la cheffe des urgences Dagmar Keller.

Une infirmière de l’hôpital Triemli, qui travaillait en renfort aux soins intensifs, retournera dans son unité habituelle lundi. «Deux grandes opérations sont déjà planifiées pour la fin de la semaine prochaine», nous confie-t-elle sous couvert d’anonymat (nom connu de la rédaction).

A la station corona de l’hôpital Triemli, une infirmière, aussi couverte par l’anonymat (nom connu de la rédaction), est soulagée que la grande vague ne soit jamais arrivée. «J’ai l’impression qu’on est de retour au début de la crise, mais en sens inverse. Tout l’hôpital doit se réorganiser, c’est le chaos. Et l’incertitude refait surface. Est-ce trop tôt de baisser sa garde?»


Le monde change, la presse aussi

Photo article

Des infos, des analyses, des enquêtes. Heidi.news, c'est bien davantage que la newsletter que vous lisez en ce moment. Retrouvez nos Flux sur les Sciences et la Santé, nos Explorations comme les biotech en Valais, et nos tribunes, chroniques et opinions. Heidi.news a choisi de se financer par ses lecteurs plutôt que par la publicité.

Essayez-nous!

Une raison d'espérer

Genève et Bâle lancent un essai de traitement préventif. Les hôpitaux universitaires de Genève (HUG), en collaboration avec l’hôpital universitaire de Bâle et l’Institut tropical et de santé publique de Bâle (SwissTPH), viennent de débuter un essai clinique destiné à évaluer une stratégie de prévention contre Covid-19: administrer des traitements préventifs aux cas contacts des patients diagnostiqués. Deux antiviraux, l’hydroxychloroquine et le lopinavir-ritonavir, seront mis à l’essai sur environ 400 participants.

A lire sur Heidi.news (FR, Paywall)

Covid-19 sur Heidi.news

Photo article

Un volontaire participant à un essai accéléré reçoit une injection d'un candidat vaccin, à Kansas City. | Keystone / Center for Pharmaceutical Research via AP

Des Américains veulent se faire inoculer le virus. Se faire injecter un candidat vaccin, puis se prendre une bonne dose de pathogène pour vérifier son immunité: c’est le principe des essais cliniques dits human challenge. Aux Etats-Unis, scientifiques, politiques et citoyens sont de plus en plus nombreux à prôner cette approche controversée. Ils comptent accélérer le développement d’un vaccin contre Covid-19.

Heidi.news (FR, Paywall)

Le déconfinement s'appliquera-t-il aux vacances d'été? Les 90% de Suisses qui partaient à l’étranger au moins une fois par an peuvent-ils planifier un séjour au Portugal ou au bord de la Méditerranée cet été? Avec le déconfinement qui commence en Suisse et dans les pays voisins sera-t-il possible pour les dizaines de milliers de Suisses qui disposent d’une résidence secondaire dans un pays voisin de s’y rendre?

Heidi.news (FR, Paywall)

Médecins vaudois à la recherche de patients disparus. Depuis le 17 mars, les cabinets doivent renoncer à tous les traitements médicaux non urgents. Suite à cette interdiction de pratiquer, de nombreux médecins ont annulé leurs consultations pour éviter des suites pénales. Les patients ont vite compris le message et ont déserté les cabinets. De nombreux praticiens, inquiets, ont mis en place une veille pour leurs patients chroniques et à risque.

Heidi.news (FR, Paywall)

La crise écologique va provoquer de nouvelles pandémies. Le Covid-19 est la conséquence de la perturbation de l’environnement par l’être humain et de ses rapports avec les autres espèces, alertent des scientifiques. Le tout amplifié par la globalisation. Ces dernières décennies, le nombre de maladies infectieuses transmises aux humains par les animaux a pris l’ascenseur. Si rien ne change, il faut s’attendre à voir émerger d’autres pathogènes dangereux, aux conséquences imprévisibles.

Heidi.news (FR, Paywall)

Comment composer des bouquets à l’heure du Covid? La première phase de déconfinement commencera dans quelques jours. Lundi 27 avril, les cabinets médicaux et paramédicaux, les entreprises de soins à la personne comme les coiffeurs et les salons de beauté, ou encore les fleuristes et les jardineries pourront rouvrir. Quelles sont les mesures sanitaires qui doivent être prises en vue de cette étape?

Heidi.news (FR, Paywall)

L'Europe fait mieux qu'elle n'arrive à le dire. Les chefs d’Etats et de gouvernement se sont réunis jeudi 23 avril pour s’accorder sur une stratégie de relance de l’économie européenne qui pourrait s’élever à plus de 1’000 milliards d'euros, sans compter 540 milliards qui seront engagés via des mécanismes existants. La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a confirmé que les détails du plan seront présentés le 6 mai, un délai court.

Heidi.news (FR)

L’actu vue par le directeur de l’IHEID qui annonce Geneva Solutions. Cette crise suscite des interrogations auxquelles Philippe Burrin a cherché des bouts de réponses dans son édition spéciale du Point du jour, notre newsletter matinale. Il avait aussi deux nouveautés à annoncer: un partenariat entre le Graduate Institute Geneva qu'il dirige et Heidi.news pour coproduire des «pocket lectures» avec leurs professeurs, et le lancement d’une nouvelle plateforme: Geneva Solutions.

Heidi.news (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de jeudi

Bonne soirée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse