Je partage | Je m'inscris

Bonjour, c’est Alex à Bienne, où les oiseaux chantent à pleine gorge. Peut-être que, secrètement, ils se réjouissent de la réouverture partielle des théâtres et des cinémas. Aujourd’hui, la culture, c’est aussi une réalité compliquée pour les exploitants de cinémas comme Edna Epelbaum, à la tête de 27 salles.

Cette semaine, j’ai découvert une bien curieuse bête à l’exposition Sauvage du Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel. L’institution y rappelle notamment l’autre visage des safaris. Je vous recommande enfin, comme ça, parce que j’aime bien, un album et un livre à picorer sans modération.

photo journaliste

Alexandre Wälti, Bienne

16.04.2021

La réouverture n'assure pas la rentabilité aux cinémas

Photo article

Photo : Lucia Hunziker

Troisième génération à gérer l’entreprise familiale, Edna Epelbaum se dit «soulagée et optimiste» à la suite des assouplissements consentis par Conseil fédéral. L’exploitante de vingt-sept cinémas concède que la réouverture «redonnera de l’énergie à nos collaborateurs, leur permettra de travailler à nouveau et réjouira évidemment les cinéphiles».

Les nouvelles mesures fédérales permettront d’accueillir cinquante personnes ou un tiers de la capacité dans les salles obscures dès le 19 avril. Elles fragiliseront toutefois encore le secteur. «Nous ne sommes pas encore à la fin du tunnel et la rentabilité de l’entreprise n’est pas encore assurée», explique Edna Epelbaum. Les cinémas ne seront par rentables «à cause des mesures très rigides», comme l’interdiction de vendre popcorn ou boisons aux spectateurs.

Entre novembre 2020 et mi-avril 2021, la fermeture a provoqué des pertes collatérales puisque «nous n’avons pas pu ouvrir durant les mois d’hiver, les plus importants pour nous, et avons perdu 100% des revenus». L’entreprise a également dû creuser dans ses réserves pour survivre. «Si l’on compare l’année 2019 à 2020, j’estime la chute des recettes à 70%», précise Edna Epelbaum.

Le concept de protection est déjà en place pour rouvrir partiellement dès le mercredi 21 avril: port du masque obligatoire, places numérotées, application pour le traçage et distanciation pendant les séances.

Le dernier défi de la réouverture: faire revenir le public dans les salles. «Les spectateurs vont venir, c’est certain, même si l’offre de films se limitera dans un premier temps à 5 ou 7 propositions par semaine dans quelques cinémas de notre groupe». Il y aura par exemple bientôt Adieu les cons d’Albert Dupontel, film lauréat de sept récompenses à la cérémonie des César 2021.

Et les personnes qui se sont habituées au streaming durant la pandémie? «Cette concurrence n’est pas nouvelle, le streaming n’est pas le diable et il remplace plutôt les DVD que les salles de cinémas», répond du tac-au-tac Edna Epelbaum. «La plus grande difficulté sera de redonner l’envie aux gens d’être ensemble.»

Heidi.news (FR)

Le média qui explique & explore le XXIe siècle. S’abonner

«Sauvage», un safari muséal au MHN de Neuchâtel

Photo article

Photo: MHN Neuchâtel (DR)

Ça bourdonne, ça grogne et ça jappe dans l’enceinte du Musée d’histoire naturelle de Neuchâtel (MHNN). Où l’exposition «Sauvage» rappelle l’importance d’écouter, d’observer, de toucher et de ressentir la présence de toutes les bêtes qui nous entourent. Elle invite à nous confronter à la réalité souvent fantasmée, par exemple des safaris, et même à explorer les entrailles d’une bête drôlement bruyante. Les animaux et leurs histoires parfois farfelues se racontent encore aux visiteurs jusqu’au 29 août 2021.

Pourquoi on en parle. La question de la biodiversité ou encore de la cinquième grande extinction des espèces apparaît par petites touches tout au long de l’exposition, jamais moralisatrice et toujours instructive. Le tourisme de masse est aussi abordé par un film court et drôle, mais édifiant. Dans lequel le photographe animalier et guide Laurent Geslin montre notamment l’envers du décor des safaris dans la réserve kenyane du Masaï Mara.

Rester vague pour aller au plus singulier. Celia Bueno, directrice adjointe du musée, découpe l’exposition en trois espaces:
1. Une partie immersive dans laquelle le visiteur se trouve propulsé sans explication.
2. Une partie descriptive où le sauvage est décortiqué de manière plus analytique.
3. Un état des lieux de la biodiversité actuelle qui interroge notre cohabitation avec le sauvage.

Le choix du nom de l’exposition doit permettre le plus d’interprétations possibles, comme le précise encore la conservatrice des collections de vertébrés et des mollusques: «Nous avons volontairement choisi le terme vague de sauvage. Il permet en effet de préciser des aspects plus singuliers et maintient un degré d’interprétation vaste pour les visiteurs, afin qu’ils puissent définir leur sauvage. Chacun utilise par ailleurs le terme de manière très personnelle et presque intime. Vous n’avez ni la même définition ni les mêmes émotions que moi lorsque vous pensez à ce mot.»

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Visions du réel 2021

Photo article

DR

De la réalité plein les yeux. Des ateliers, des invités et même une plateforme de mise en réseau animeront la 52e édition du festival Visions du réel. La manifestation a déjà débuté sous forme digitale et continuera partiellement en présentiel du 19 au 25 avril 2021. Elle met à l’honneur le cinéma documentaire et présente plus de 142 films de 58 pays, dont 82 font partie de la sélection officielle. Les organisateurs soulignent que 41% des films sélectionnés ont été réalisés par des femmes.

Plus d’informations sur le site du festival (FR)

Des sonorités intercontinentales et le récit d'un paysan suisse sans abri

Ballaké Sissoko, du kora l’âme. Pincements, frottements et rythmiques ancestrales, l’album Djourou du musicien malien exprime l’âme au bout des doigts. Peu de mots, la kora possède sa propre voix, sa propre poésie. Feu! Chatterton, Oxmo Puccino, Camille, Piers Faccini ou encore Salif Keita apparaissent sur le disque et renforcent l’écho intime de l’instrument ouest-africain à 21 cordes. Le label No format prolonge ainsi son dialogue entre continents, entamé il y a 17 ans. Reste, à la fin de l’écoute, l’impression d’avoir effleuré une vibration essentielle et commune.

À écouter sur Spotify (FR)

Jean-Pierre Rochat écrit l’errance d’un fermier. Du jour au lendemain, plus de ferme après cinquante années de labeur, c’est le point de départ du personnage principal de Roman de gares. Que reste-t-il alors? Le désir, l’amour de l’autre et l’errance pour retrouver la joie et remplir l’existence. Le texte, publié aux Éditions d’autre part, contient une révolte sourde et l’envie de tendre vers le mieux, malgré les maladresses. Si les envolées érotiques de l’écrivain suisse manquent parfois d’inventivité, le sujet du livre décrit une réalité peu écrite, le quotidien des sans-abris.

En savoir plus sur un blog du journal Le Temps (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Semaine anniversaire - derniers jours. Notre site a été lancé le 2 mai 2019. Pour célébrer notre deuxième anniversaire, nous vous proposons des offres spéciales sur nos abonnements et nos bons cadeaux. Jusqu’au dimanche 9.05 inclus: faites vite!

Voir les abonnements

L'empreinte carbone expliquée par Tetris



Chaque jour, nous achetons, nous mangeons et nous voyageons. Ces activités constituent les différents «blocs» de notre empreinte carbone. Celle d’un Suisse est en moyenne de 10 à 12 tonnes par an. On vous explique cette notion grâce au jeu vidéo Tetris dans ce nouvel épisode de PopScience, à visionner ci-dessus…

…et à lire sur Heidi.news (FR)

Pendant ce temps, sur Heidi.news

Photo article

Photo: Keystone / Christian Beutler

Le ski, pari gagnant? «On rouvrirait les stations sans hésiter.» A l’heure de ranger les lattes, Esther Waeber-Kalbermatten, ministre valaisanne de la santé sortante, est soulagée. Au vu des retombées économiques et sanitaires connues de la saison de ski, le choix d’ouvrir les stations s’avère payant. En Valais, moins d’un foyer épidémique sur quatre identifiés cet hiver a trait au ski. Dans le canton de Vaud, le constat est également positif: seule une très petite minorité des foyers épidémiques recensés durant la saison a un lien «explicite» aux sports d’hiver.

Heidi.news (FR)

Faut-il déjà trembler pour les primes maladie 2022? Les chiffres officiels de l’OFSP sont tombés: les coûts de la santé suisses ont augmenté de 0,4% en 2020 par rapport à 2019. Malgré la baisse d’activité des cabinets médicaux due au confinement au printemps 2020 et la baisse des séjours hospitaliers, les coûts ont notamment explosé dans les EMS et les laboratoires d’analyse. Quel sont les cantons romands où des primes perçues en trop devraient être remboursées, et ceux où les réserves bien garnies des assureurs devraient combler l’écart? On fait le point.

Heidi.news (FR)

Le neuroscientifique Dominique de Quervain quitte à son tour la task force Covid-19. Le neuroscientifique Dominique de Quervain, professeur à l’Université de Bâle, a claqué à son tour la porte de la task force scientifique Covid-19. Il invoque le manque de liberté de parole dont bénéficient les chercheurs au sein du groupe.

Heidi.news (FR)

Les décès dus au Covid-19 en Suisse en nette baisse. Avec 306,3 «cas» pour 100’000 habitants, l’incidence globale des ces 14 derniers jours demeure stable. La situation de ce vendredi par rapport à celle du 9 avril indique une baisse du nombre des tests positifs de 12,5%. Plus de 32’000 personnes se sont fait dépister lors des dernières 24 heures. Le taux de positivité du jour est de 6,8%. De leur côté, hospitalisations et décès sont respectivement stables et en baisse. Retrouvez ici les grandes étapes de la pandémie.

Heidi.news (FR)

La Suisse atteint la barre des 2 millions de doses administrées. Au 14 avril, l’OFSP évalue à près de 2 millions le nombre total de doses administrées en Suisse. Sur cette base, on dénombre 1,2 million de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin, et présentant de ce fait une immunité contre Covid-19. Cela représente 13% de la population du pays. Vous avez des questions sur la vaccination? Alors cet article est fait pour vous!

Heidi.news (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec l'édition du 09.04.2021

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse