Je partage | Je m'inscris

Bonjour, c’est Marc pour vous parler d’économie. Ce soir, on se penche sur les leçons du procès de Pierre Maudet à l’aune du financement des campagnes politiques.

On essaie de comprendre pourquoi Big pharma finance des fake news sur les vaccins et la pandémie, cette dernière provoquant aussi une hausse marquée des inégalités en Suisse. Et on examine cette application pour favoriser l’intégration des migrants.

photo journaliste

Marc Guéniat, Genève

23.02.2021

Malaise au procès de Pierre Maudet autour du financement de la vie politique

Photo article

Keystone / Valentin Flauraud

Il y a eu deux procès dans celui de Pierre Maudet et des quatre autres prévenus. Le premier a porté sur de classiques considérations pénales, quand bien même un conseiller d’État en exercice était jugé en lien avec l’exercice de ses fonctions. Tous ont été condamnés. Indépendamment des décisions qui seront rendues en appel, le verdict participe à la définition des cadeaux «socialement admissibles» que peuvent recevoir les fonctionnaires et magistrats helvétiques. Même s’il s’agit avant tout de droit, le signal politique est clair.

En revanche, le second procès a innocenté le financement débridé de la vie politique suisse. Et pour ce volet-là, le jugement rendu lundi par la juge Sabina Mascotto n’a pas clos un débat qui dépasse la simple question de la culpabilité, ou de l’innocence, des protagonistes.

Terrain glissant. Fidèle à son histoire jalonnée d’audacieux coups d’éclat, le Ministère public genevois s’est aventuré sur ce terrain sensible. Il reprochait à Pierre Maudet et son chef de cabinet d’avoir bénéficié, comme pour le voyage luxueux à Abu Dhabi, d’un avantage indu en se faisant offrir un sondage pré-électoral à 34’000 francs. Les mêmes entrepreneurs qui ont organisé le séjour dans les émirats ont versé ce montant sur le compte de l’Association de soutien à Pierre Maudet.

La juge Sabina Mascotto a balayé cette accusation en deux phrases. En substance, il s’agissait d’un financement «normal» de campagne politique, ne comportant aucune accroche pénale.

Créée en 2012 pour soutenir le candidat lors des élections au Conseil d’État (2012, 2013, 2018) ainsi que des campagnes de votations, l’association a reçu des dons qui se comptent en centaines de milliers de francs. Parmi ces généreux contributeurs figurent une société de trading, une maison horlogère, une clinique privée, un cabinet de lobbying ou encore le groupe Manotel.

Signe du malaise, le Ministère public n’a retenu dans son acte d’accusation que le sondage que souhaitait réaliser le magistrat sur les préoccupations des Genevois. C’était au printemps 2017, plus d’un an avant les élections (aucune loi ne définit le début et la fin d’une campagne). Pour les procureurs, ce sondage constitue un avantage accepté par Pierre Maudet au sens du code pénal. Car pour eux, les libéralités de Magid Khoury et de son employé Antoine Daher s’inscrivent dans la continuité du voyage à Abu Dhabi, survenu deux ans plus tôt, qu’ils ont contribué à organiser et dont la valeur est estimée à 50’000 francs.

Plan de séduction. Pour l’accusation, le voyage et le sondage font partie d’un même plan de séduction destiné à influencer le conseiller d’Etat dans l’exercice de ses fonctions officielles, risque dont Pierre Maudet se serait accommodé – ce qui fonde l’acceptation d’un avantage. C’est, dans l’esprit des autorités fédérales au moment où elles introduisent cette disposition pénale, la théorie de «l’alimentation progressive» et de «l’entretien du climat». Un cadeau, puis deux, puis trois et, in fine, l’agent public est redevable envers celui qui les octroie. Il l’aide, l’informe, lui rend service, mais il ne prend pas pour autant une décision illégale qui favorise celui qui lui offre le cadeau – sans quoi ce serait de la corruption au sens strict.

A l’appui de sa thèse, le Ministère public a brandi les seize sollicitations, principalement d’Antoine Daher, vis-à-vis de Pierre Maudet ou de son chef de cabinet, Patrick Baud-Lavigne, qui s’accélèrent à partir du voyage et se poursuivent après le sondage.

Mais alors pourquoi les versements, bien supérieurs, de Manotel ont-ils fait l’objet d’un classement? S’agit-il d’une honteuse différence de traitement, comme l’ont soutenu les avocats de Pierre Maudet et de Magid Khoury?

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Accédez à tous les articles en illimité. Abonnez-vous!

L'économie sur Heidi.news

Photo article

Storyzy

Les pharmas financent des sites de fake news sur les vaccins Covid et la pandémie. 4315 marques ont placé plus de 42’000 publicités sur des sites repérés pour avoir publié des fausses nouvelles sur Covid-19 et les vaccins, selon un rapport de l’entreprise d’évaluation de la désinformation en ligne NewsGuard. Parmi ces annonceurs figurent 105 assureurs et fournisseurs médicaux américains ainsi que des entreprises pharmaceutiques comme Pfizer et Merck, qui participent pourtant à l’effort vaccinal. NewsGuard a établi une liste de 412 sites diffusant régulièrement des informations fausses ou non fondées sur l’épidémie parmi les 6000 sites d’informations qu’elle suit. La pandémie a entrainé une explosion des fausses nouvelles sur internet et les réseaux sociaux, qualifiée d’infodémie par l’OMS. En achetant des espaces publicitaires placés par des algorithmes, les marques ne savent pas forcément sur quels sites paraissent leurs publicités. Le fait que des entreprises médicales financent des sites de désinformation dans le domaine de la santé souligne la grande négligence qui entoure ce système d’annonces en ligne.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

En Suisse, la pandémie exacerbe les inégalités. La crise du coronavirus accentue les inégalités existantes. Les ménages suisses qui disposent des revenus les plus faibles «sont particulièrement affectés», relève une étude du Centre de recherches conjoncturelles de l’Université de Zurich (KOF), intitulée «Corona et inégalité en Suisse». Cette enquête s’appuie sur six sondages menés depuis mars 2020 auprès de 202’516 résidents du pays. Les personnes dont le revenu familial est très faible, c’est-à-dire inférieur à 4’000 francs, ont fait état d’une très forte baisse de leurs revenus. Cette baisse est d’en moyenne 20% depuis le début de la pandémie. En revanche, les revenus n’ont diminué «que» de 8% au sein des ménages jouissant de rentrées mensuelles supérieures à 16’000 francs.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Dua, une app de rencontre centrée sur les immigrés. Créée à Zurich et destinée à l’origine à la diaspora albanaise, Dua est une plateforme de «matchmaking» centrée sur les communautés de migrants. Pensée pour les couples mais aussi les relations d’affaires, les paiements transfrontaliers ou la solidarité, elle a permis en six mois un million de prises de contact et voit s’échanger 100’000 messages par jour. L’entreprise prépare des versions pour une quinzaine d’autres grandes diasporas. Selon les Nations unies, le nombre de migrants internationaux dans le monde a atteint 272 millions en 2019, soit une augmentation de 51 millions par rapport à 2010 (dont environ 15 millions de réfugiés et de demandeurs d’asile).

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Une raison d'espérer

Une formation gratuite et solidaire au numérique. L’association Powerhouse Romandie mène une campagne de financement participatif pour soutenir son initiative de formation gratuite aux métiers de l’informatique pour des personnes en difficultés ou en reconstruction professionnelle. Ce projet répond à la fois à une pénurie d’informaticiens estimés à 36’000 postes en Suisse à l’horizon 2028 et à l’augmentation du chômage suite à la pandémie. Les formations prévues pour six mois visent une douzaine de personnes par volée (deux volées par an). Basée dans l’espace de coworking solidaire de Powerhouse à la gare de Lausanne, cette initiative vise à être autoportante avec la création d’une entreprise sociale qui fonctionnera comme une agence de services informatiques en répondant à des mandats d’entreprises.

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Suivez-nous sur les réseaux sociaux. Heidi.news, c’est aussi des actualités quotidiennes sur les réseaux sociaux. Retrouvez Heidi.news sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, YouTube et TikTok.

Suivre Heidi.news

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

Keystone / Gaetan Bally

A l’Hôpital de Fribourg, la pédiatrie intègre l’anthroposophie et séduit les parents. Depuis 2016, l’Hôpital cantonal de Fribourg propose des consultations de pédiatrie en médecine anthroposophique. Ces consultations s’inscrivent dans une démarche de pédiatrie intégrative, ce qui signifie que lorsque les parents le souhaitent, les médecins utilisent à la fois des thérapies conventionnelles et complémentaires pour prévenir et soigner. Le but étant que le soin soit centré sur la relation entre le soignant, le patient et sa famille sans tomber dans l’irrationnel, ni dans des impératifs de rentabilité. En cinq ans, la médecine anthroposophique s’est inscrite dans l’ADN de la clinique de pédiatrie. Souvent les parents qui emmènent leur enfant consulter le font pour compléter la médecine conventionnelle et non pour la remplacer.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le Royaume-Uni, foyer de bonnes nouvelles sur la vaccination. La stratégie vaccinale britannique pourrait porter ses fruits. Depuis le 8 décembre, début des vaccinations de masse outre-Manche, un tiers de la population a reçu au moins une dose de vaccin. Comme le remarquent The Economist et d’autres médias, l’épidémie de Covid-19 accuse une baisse brutale au Royaume-Uni depuis la fin du mois de janvier, de par l’effet conjugué du confinement mais aussi – possiblement – de la vaccination. Au point que le Premier ministre Boris Johnson vient d’annoncer lundi 22 février un calendrier préliminaire de réouverture, notamment des écoles anglaises à partir du 8 mars. Avec Israël, le Royaume-Uni fait figure de tête de proue pour la vaccination Covid-19. Le pays a misé sur les vaccins de Pfizer-BioNTech et d’Oxford-AstraZeneca et choisi de privilégier la rapidité des campagnes, en allongeant la durée entre les deux doses à douze semaines maximum au lieu de trois ou quatre.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Plus de 500’000 morts du Covid aux Etats-Unis. Alors qu’à Genève, la campagne de vaccination s’ouvre cette semaine aux adultes vulnérables et aux personnes travaillant dans le secteur de la santé - une nouvelle étape possible car tous les Genevois de 75 ans et plus, volontaires à la vaccination, ont bénéficié d’un premier rendez-vous -, les Etats-Unis ont franchi le seuil symbolique des 500’000 morts du Covid. Pour le président américain Joe Biden, il s’agit d’une «étape déchirante». Retrouver ici les grandes étapes de la pandémie.

Heidi.news (FR)

Le service du médecin cantonal se réorganise après l’accident de ski d’Aglaé Tardin. Aglaé Tardin, médecin cantonale genevoise, est hospitalisée: elle s’est cassé la jambe en faisant du ski. Un accident qui a nécessité une opération et qui va la maintenir éloignée de son travail pendant au moins deux semaines. Alors que l’épidémie de Covid-19 est loin d’être pleinement maîtrisée dans le canton, cette absence nécessite une réorganisation du service.

Heidi.news (FR)

Erratum. Non, ce n’était pas du vent! Hier, nous écrivions que le plus vieil instrument à vent était un coquillage de 18’000 ans… sauf qu’il ne s’agissait que de la plus vieille conque musicale. On a retrouvé des flûtes plus anciennes. Stricto sensu, il ne s’agit donc que du plus vieil instrument à vent de la famille des «cuivres»! Merci à nos lecteurs sagaces qui nous ont signalé cette erreur, désormais corrigée. Conque ne nous y reprenne plus!

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec l'édition du 16.02.2021

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse