Je partage | Je m'inscris

Bonjour, c’est Sophie, pour vous parler d’éducation, alors que la Confédération veut davantage de tests de dépistage dans les écoles. Ce soir, des enseignants nous racontent à quel point ils tiennent aux cours en classe, malgré la lourdeur des mesures sanitaires.

Au menu également: des familles sous pression et un nouveau centre pour l’éducation en situations de crise à Genève.

photo journaliste

Sophie Gaitzsch, Genève

28.01.2021

«Je ne vais pas travailler avec la boule au ventre»

Photo article

KEYSTONE/Gaetan Bally

Les enseignants sont à bout. Les enseignants ont peur. Les enseignants ne se sentent pas assez protégés. Ce sombre tableau, reflet de communications des syndicats ces dernières semaines, a été amplement relayé, sur fond de progression de nouveaux variants du Covid-19 et de débat acharné autour d’une éventuelle fermeture des écoles.

Sans minimiser les craintes de leurs collègues vulnérables, des profs genevois, vaudois et neuchâtelois confient pourtant à Heidi.news ne pas se reconnaître dans ce discours anxiogène. Ils racontent leur désir de continuer à faire la classe dans leurs établissements, au contact de leurs élèves, malgré les difficultés.

«Je ne vais pas travailler avec la boule au ventre. Ce qui me fait peur, ce n’est pas de me retrouver face à ma classe. C’est que les écoles ferment», témoigne Sarah*, enseignante dans le primaire à Genève pour une classe de 7P, soit des enfants de 10-11 ans environ.

«La plupart des collègues avec lesquels je discute partagent ce sentiment. Depuis janvier, les mesures se sont encore durcies. Oui, tout est plus difficile, mais c’est le cas de plein d’autres métiers. Nous n’avons par exemple plus le droit de manger à deux dans une classe en maintenant la distance, ce qui était encore possible avant. Tous les contacts entre adultes ont été coupés. Echanger avec les collègues, chercher de l’aide, est devenu plus compliqué.»

«Ce qui nous fait tenir, c’est nous dire que nous faisons tout cela pour que les écoles restent ouvertes. La composante humaine et sociale du métier est essentielle. Derrière un écran, cela ne fonctionne pas. On passe à côté de tellement de choses!»

«Ce qui ressort dans les médias est très négatif, par rapport à ce que l’on peut vivre en classe», note pour sa part Céline Morel, enseignante à Neuchâtel, au centre scolaire des Terreaux. Elle travaille avec des 1e et 2e Harmos, soit des enfants âgés de 4 à 6 ans qui démarrent leur scolarité. Forcément, ce ne sont pas les mêmes enjeux, ni les mêmes craintes, qu’avec des enfants plus grands ou des adolescents.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Explorer les enjeux d’un monde qui change. S’abonner

L'éducation sur Heidi.news

Photo article

EPA/Keystone

Un nouveau centre pour l’éducation en situation de crise à Genève. La crise du coronavirus a perturbé l’éducation de 90% des enfants dans le monde, les écoles de plus de 190 pays ayant dû fermer leurs portes pour arrêter la propagation du virus. Mais des millions d’enfants étaient déjà privés d’éducation avant la pandémie. Le Geneva Global Hub for Education in Emergencies, un nouveau centre réunissant des acteurs de la Genève internationale afin d’améliorer l’éducation en situation de crise, a été lancé ce lundi à Genève. Son ambition: placer cette thématique en tête de l’agenda international.

Heidi.news (FR)

Une app codée par des étudiants trace les disparus de la migration. Comment redonner un nom et une histoire aux corps anonymes retrouvés en Méditerranée – et prévenir leurs proches? Sur l’impulsion du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), des étudiants des écoles d’ingénieurs INSA (Institut national des sciences appliquées), en France, ont développé au printemps 2020 des outils numériques pour faciliter la traçabilité des corps du lieu de leur découverte à celui de leur inhumation. Leur application a aussi été utilisée face à une première vague de Covid-19 particulièrement meurtrière, notamment en Amérique du Sud, où les systèmes de santé de certains pays se sont effondrés.

Heidi.news (FR)

Télétravail, limite de cinq personnes et enfants en bas âge: un cocktail explosif. La sentence est tombée à Berne, le 13 janvier. «Rassemblements limités à 5 personnes, enfants inclus.» Ces deux derniers mots d’apparence anodine modifient pourtant le quotidien de nombreuses familles, désormais privées du peu de lien social qui avait pu être maintenu ces derniers mois. Plusieurs familles témoignent.

Heidi.news (FR)

Genève progresse dans sa réforme de l’école primaire. A Genève, la réforme de l’école primaire EP21 avance. Le Département de l’Instruction publique a envoyé aux enseignants un point de situation vidéo dans lequel une esquisse de projet a été présentée. Des premiers changements sont envisagés dès la rentrée d’août 2021.

Heidi.news (FR)

Un test de masse dans une école zurichoise révèle 7% d’élèves positifs. Dans le canton de Zurich, un premier dépistage de masse a eu lieu dans une école primaire, à Volketswil. En tout, les enseignants et les élèves de 24 classes ont été testés. Verdict: 7% des élèves et des enseignants se sont avérés positifs au Covid-19. Sur les 24 classes concernées, neuf ont été placées en quarantaine. L’approche zurichoise, nouvellement mise en place, fait écho à la nouvelle stratégie annoncée ce mercredi par le Conseil fédéral.

Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Essayez Heidi.news gratuitement. Dès aujourd’hui, bénéficiez de 30 jours d’essai sur les abonnements Heidi.news. Accédez en illimité et sans publicité à des contenus quotidiens, concis et utiles, des enquêtes et des grands reportages hors des sentiers battus. C’est gratuit et sans engagement.

Démarrer l'essai gratuit

Une raison d'espérer

Photo article

IHEID

A Genève, 678 lits supplémentaires pour les étudiants. Trouver un logement à Genève? Une gageure, en particulier pour les étudiants. Bonne nouvelle, la résidence Grand Morillon de l’Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID), qui offre 678 lits, a ouvert ses portes. Elle a accueilli ses 60 premiers locataires le 4 janvier. D’ici à février, une centaine de plus pourra suivre. Situé dans le quartier des organisations internationales, l’imposant bâtiment conçu par l’architecte japonais Kengo Kuma est composé principalement de studios meublés, équipés et régulièrement nettoyés. Il comprend également des salles d’étude et de réunion, un auditoire, un café, une épicerie, des équipements sportifs, mais aussi une grande terrasse sur le toit, avec une vue que l’on imagine imprenable sur la ville et les montagnes.

IHEID (FR)

Pendant ce temps, sur Heidi.news

Photo article

Où en est la recherche sur les traitements Covid-19? Les vaccins occupent le débat public depuis plusieurs mois, tant et si bien que la recherche sur les traitements contre Covid-19 est passée au second plan. Pourtant, tout reste à faire, ou presque. Un an après le début de la pandémie, les médicaments à disposition restent limités et les candidats tombent en disgrâce les uns après les autres. Le Dr Oriol Manuel, infectiologue au CHUV, fait le point sur les traitements toujours dans la course.

Heidi.news (FR)

«La pandémie nous oblige à reconnaître la fragilité de notre existence». Avec la crise sanitaire et les mesures prises par les gouvernements pour sauver des vies à tout prix, notre rapport à la mort prend une dimension particulière. Le professeur Gian Domenico Borasio, du CHUV, a accompagné plus de 10’000 patients en fin de vie. Cette expérience lui a inspiré deux livres destinés à aider les gens à aborder le dernier chapitre de leur vie. Entretien avec un pionnier des soins palliatifs académiques en Suisse.

Heidi.news (FR)

L’épidémie continue sa décrue en Suisse. Avec 297 cas pour 100’000 habitants, l’épidémie poursuit toujours son recul en Suisse. La situation de ce jeudi par rapport à celle du 21 janvier indique une baisse de près de 23% des nouvelles infections. Retrouvez notre article qui retrace les grandes étapes de la pandémie.

Heidi.news (FR)

L’inaction climatique plus coûteuse que les taxes de la loi sur le CO2. Le Conseil fédéral a validé sa stratégie climatique à long terme ce mercredi 27 janvier. Pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, la Confédération mise d’un côté sur sa loi sur le CO2 et sur sa stratégie énergétique pour réduire ses émissions de gaz à effet, et de l’autre sur le développement des énergies renouvelables. Pour quel impact sur les finances des entreprises et des ménages? Le Conseil fédéral se montre clair: l’inaction coûterait bien plus cher encore à la Suisse.

Heidi.news (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec l'édition du 21.01.2021

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse