Je partage | Je m'inscris

Bonjour, c’est Sophie pour vous parler d’éducation, alors que le canton d’Argovie rétablit l’enseignement à distance dans ses gymnases.

Au menu ce soir: la fébrilité des écoles face à l’arrivée des nouveaux variants du virus, une très discrète réforme du primaire à Genève (qui n’a pas fini de faire grincer des dents) et les cours en ligne qui accentuent aussi les inégalités à l’université.

photo journaliste

Sophie Gaitzsch, Genève

21.01.2021

«Nous en sommes à notre 19e plan de protection à l’école obligatoire»

Photo article

Au Centre professionnel du Littoral neuchatelois. | Keystone

Jérôme Amez-Droz est secrétaire général du Département de l’éducation et de la famille à Neuchâtel. Depuis bientôt un an, il est en première ligne pour gérer les répercussions de la crise sanitaire dans les écoles du canton, avec des journées de travail qui s’étendent souvent de 7h à 22h. Pour Heidi.news, il raconte dans quel état d’esprit il avance, alors que le brûlant débat autour de la fermeture des écoles agite l’opinion et que les quarantaines de grande ampleur se multiplient dans les établissements alémaniques et tessinois en raison des variants britannique et sud-africain.

«Je ressens un doux mélange de lassitude et d’espoir. Lassitude car le dossier Covid nous occupe depuis environ un an, que nous en sommes à notre 19e plan de protection à l’école obligatoire, au 12e pour le post-obligatoire. Et il y a toujours de nouvelles choses. Avec ce virus, quand on s’attend au pire, on n’est jamais déçu! Pour moi, ce n’est pas un marathon, comme l’avait dit Alain Berset, mais une succession de sprints. D’un autre côté, il y a désormais l’espoir, avec le déploiement du vaccin, d’aller vers une période plus favorable.

Nous enregistrons actuellement un peu plus d’absences parmi les élèves et les enseignants qu’à la veille des vacances de Noël, mais cela n’a rien à voir avec la situation que nous avons vécue cet automne. A Neuchâtel, nous n’avons à ce jour pas eu de cas du variant britannique dans les écoles. Mais nous savons qu’il est là. Cela peut arriver tout moment.

Les décisions de mise en quarantaine dépendent du médecin cantonal. Il semble clair qu’un cas du nouveau variant dans une classe pourrait tout à coup générer des quarantaines plus importantes. Jusqu’ici, par exemple, un élève qui avait côtoyé un camarade positif ne devait pas s’isoler si tout le monde portait le masque. Cela risque d’être remis en question. L’avantage, désormais, c’est que nous avons développé des automatismes. Nous sommes mieux préparés et en mesure de nous adapter plus rapidement.

Une fermeture généralisée des écoles ne doit être considérée qu’ultima ration. Nous connaissons les dégâts d’une telle décision sur l’avenir des jeunes et leur équilibre. Nous ne devons pas tomber dans les effets de manche et la surenchère sous la pression du public et des médias. Déjà que la coordination au niveau institutionnel et entre cantons n’est pas facile! Ce que l’on décide doit faire sens. Les directeurs d’école doivent pouvoir expliquer et accompagner. Si l’on ordonne le port du masque à partir de la 6e Harmos (élèves de 9-10 ans, ndlr.), il faut que cela soit car on a constaté des transmissions dans cette tranche d’âge. C’est primordial quand on voit à quel point une partie de la population peine à accepter les mesures anti-Covid.

Nous sommes dans une gradation des mesures depuis septembre. Nous n’avons cessé de serrer la vis, sur les masques, les distances, l’aération ou encore l’organisation dans les cafétérias. Depuis vendredi dernier, tous les enseignants vulnérables ont été renvoyés à la maison. Il a fallu trouver des remplaçants. C’est un défi. Il y a désormais cette discussion autour des masques FFP2. La question pourrait bientôt se poser. Il faut voir comment vit l’école! C’est difficile, mais toujours mieux qu’à distance.»

Explorer les enjeux d’un monde qui change. S’abonner

L'éducation sur Heidi.news

Photo article

La conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta. | Keystone

Comment Genève veut réformer son école primaire et en quoi c’est explosif. Genève veut réformer son école primaire. Ou, tout du moins, définir un modèle - baptisé «EP21» - qui apporte enfin une solution au casse-tête organisationnel provoqué par la réintroduction du mercredi matin. Le projet prévoit notamment une augmentation du temps de présence face aux élèves pour les enseignants sans compensation salariale et une division de l’année en semestres et non plus en trimestres. Des modifications qui n’ont rien de cosmétique et qui promettent quelques oppositions, voire de fortes dissensions, dans les rangs-mêmes des enseignants.

Heidi.news (FR)

Les cours en ligne creusent les inégalités entre étudiants. De plus en plus de recherches, en Suisse et à l’étranger, montrent que la fermeture des établissements scolaires et le basculement vers l’école en ligne ce printemps ont renforcé les inégalités entre élèves. Mais est-ce le cas aussi dans les universités? La question reste peu étudiée. Une recherche de l’Université de Genève apporte toutefois un nouvel éclairage. Basée sur des données récoltées en 2017, soit bien avant la crise, elle montre que l’enseignement en ligne dans les hautes écoles accroît aussi les inégalités entre étudiants.

Heidi.news (FR)

Pourquoi les syndicats d’enseignants veulent créer une faîtière nationale. Les syndicats d’enseignants, nombreux dans le paysage suisse, veulent s’unir en une faîtière nationale pour mieux défendre leurs intérêts. L’instruction publique étant de la compétence des cantons et ceux-ci ayant des réalités et des préoccupations différentes les uns des autres, jamais encore une faîtière de l’enseignement à l’échelon national n’avait été mise sur pied. Ce processus, encore long, ne pourra pas aboutir avant 2023.

Heidi.news (FR)

Les fermetures de classes se multiplient en raison des nouveaux variants. A St-Moritz, dans les Grisons, les autorités ont ordonné la fermeture des crèches et des écoles jusqu’à nouvel ordre après la découverte d’une douzaine de cas du variant sud-africain de Sars-Cov-2 dans la station. A Bremgarten, près de Berne, deux élèves d’une école primaire ont été testés positifs au variant britannique, envoyant 120 de leurs camarades en quarantaine. Des écoles à Bâle-Campagne, en Thurgovie, à Zoug et au Tessin sont aussi touchées.

Heidi.news (FR)

Une raison d'espérer

Des masques recyclés en équerres pour écoliers. Les masques jetables, composés d’un assemblage de plastiques, mettent des dizaines d’années à se décomposer. Rien qu’en France, l’usage quotidien de deux masques par personne engendrerait 400 tonnes de déchets plastiques supplémentaires par jour. Plusieurs entreprises et collectivités publiques se mobilisent pour le recyclage de ces protections. La PME Plaxtil, dans la Vienne, les transforme en kits de géométrie pour les écoles.

Le Monde (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Essayez Heidi.news gratuitement. Dès aujourd’hui, bénéficiez de 30 jours d’essai sur les abonnements Heidi.news. Accédez en illimité et sans publicité à des contenus quotidiens, concis et utiles, des enquêtes et des grands reportages hors des sentiers battus. C’est gratuit et sans engagement.

Démarrer l'essai gratuit

Et pendant ce temps, sur Heidi.news

Photo article

EPA/Keystone

Les données des patients, botte secrète d’Israël face à Covid-19. La gestion de la campagne de vaccination en Israël diverge profondément de ce que l’on observe en Suisse, tant par la manière dont elle est menée que par l’acceptation du passeport de vaccination. Des divergences dues à une approche fondamentalement différente de la confidentialité et de la digitalisation des données.

Heidi.news (FR)

Accès limité aux stations de ski vaudoises. Dès le samedi 23 janvier, les stations de ski vaudoises se réservent le droit de ne plus vendre de billets en cas d’affluence massive. Retrouvez notre article sur les grandes étapes de la pandémie.

Heidi.news (FR)

D’où vient le goût des chats pour certaines plantes stupéfiantes? Après avoir mangé où s’être frottés à certaines plantes, les chats semblent excités, joueurs et plus affectueux que d’ordinaire. D’un point de vue évolutif, cet étonnant appétit répondrait en réalité à un besoin de se protéger contre… les insectes. C’est ce que montre une équipe japonaise et britannique dans des travaux publiés par Science Advances.

Heidi.news (FR)

Nefta, ou la Tunisie apaisée. Dans le septième épisode de notre exploration «Tunisie, 10 ans après», le journaliste Sami Zaïbi arrive au terme de son périple tunisien. Alors que les émeutes font rage ailleurs dans le pays, il retrouve la trace de mon grand-père à Neftas, l’oasis-ville du Sud-Est. Un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler une Tunisie apaisée.

Heidi.news (FR)

A l’inauguration de Biden, le souffle de l’histoire est venu d’une poétesse de 22 ans. Nous avons traduit le poème d’Amanda Gorman, qui a trouvé les premiers mots de réconciliation, quelques heures après le départ de Donald Trump de la Maison Blanche.

Heidi.news (FR)

Heidi-sorry! Nous avons évoqué par erreur dans notre Point fort santé d’hier l’investiture du 59e président des Etats-Unis… avec treize présidents d’avance, donc. Le mandat précédent nous aurait-il paru un tantinet long? Toujours est-il que Joe Biden n’est bien sûr «que» le 46e président américain. Mais alors à quoi correspond ce chiffre de 59? Tout simplement au nombre d’élections s’étant tenues dans ce qui reste la plus vieille démocratie ininterrompue au monde, juste devant… la Suisse. Toutes nos excuses et merci aux nombreux lecteurs vigilants!

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec l'édition du 14.01.2021

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse