Je partage | Je m'inscris

Bonjour, c’est Julien à Genève, à 1853,95 kilomètres à vol d’oiseau de Kiev, vers qui tous les regards se tournent. Aujourd’hui, je vous propose trois textes d’experts pour tenter de mieux comprendre ce qui se joue aux portes de notre démocratie, dans le cadre de l’opération spéciale lancée par Heidi.news lundi dernier.

Nous parlerons notamment de la virilité brandie par Vladimir Poutine, de la méconnaissance qu’a l’Occident de l’histoire de l’Ukraine mais aussi de la problématique du traitement des restes humains durant la guerre.

photo journaliste

Julien Pralong, Genève

13.03.2022

L’info du week-end

Photo article

Keystone/AP/Service de presse du gouvernement russe / Dmitry Astakhov

La Russie en guerre, entre virilisme et résistances féminines. Le Kremlin mobilise depuis des années un discours patriarcal pour construire sa Russie comme une forteresse assiégée qui doit défendre ses valeurs, mais aussi pour montrer puissance et force. Cette guerre en Ukraine représente l’achèvement de ce processus en même temps que la mise à l’épreuve du discours viriliste poutinien, affirme pour Heidi.news l’historienne Magali Delaloye, collaboratrice scientifique à l’Université de Bâle et dont les recherches portent sur l’expérience de guerre dans une perspective de genre.

A lire sur Heidi.news (FR)

Lorsque l’on est en guerre, que fait-on des restes des victimes? La question est loin d’être rhétorique. Elle renvoie à la diversité des usages publics, et potentielles instrumentalisations, dont font l’objet les restes des victimes civiles et militaires, nous rappelle Sévane Garibian, professeure de droit aux Universités de Genève et de Neuchâtel et directrice du programme de recherche «Right to Truth, Truth(s) through Rights : Mass Crimes Impunity and Transitional Justice».

A lire sur Heidi.news (FR)

Il est temps d’écouter la voix des Ukrainiens. Depuis huit ans, l’Ukraine est en guerre contre son voisin, la Russie. Mais beaucoup d’entre nous n’y ont vu qu’un conflit , sans en saisir l’enjeu. Or l’Ukraine défend notre frontière orientale, la frontière à l’est de l’Europe démocratique, ses élections libres, ses journalistes critiques et ses manifestations bigarrées. Au-delà de cette frontière commence un autre monde, celui de présidents à vie et de la justice aux ordres, de la pensée unique et des élections factices, écrit pour Heidi.news Anne Bauty, diplomate du DFAE jusqu’à sa retraite en 2012 et ayant été en poste plusieurs années en Ukraine, Russie, Lettonie et Ouzbékistan.

A lire sur Heidi.news (FR)

Accédez à tous les articles en illimité. Voir nos abonnements.

La revue de presse dominicale

Le suivi live de la guerre en Ukraine. Kiev encerclée, Marioupol coupée du monde, accueil des migrants en Suisse, référendum fantoche à Kherson, morts de civils et de militaires, bombardements, condamnations, manifestations de soutien: suivez en direct les derniers développements de la guerre en Ukraine en textes, infographies et cartes.

Le Temps (FR)

Les temps sont durs pour les espions russes. Vladimir Poutine serait mécontent de la vitesse de progression de l’armée russe en Ukraine et attribue ce relatif enlisement en partie à ses propres services de renseignement. Pour illustrer le propos, le Sunday Times revient sur la mise aux arrêts de Sergey Beseda, patron de la division étrangère du FSB.

Sunday Times (EN)

La situation pandémique de la Suisse redevient inquiétante. La très forte hausse du nombre de cas Covid-19 en Suisse requiert une grande prudence, plaide l’épidémiologiste Marcel Salathé dans la SonntagsZeitung. Lequel conseille au Conseil fédéral de ne pas encore lever les dernières restrictions sanitaires et prévoit une nouvelle vague pour l’automne prochain, qui nécessiterait selon lui l’administration d’une quatrième dose de vaccin.

SonntagsZeitung (DE)

Bien vu

Photo article

Keystone/AP/Falklands Maritime Heritage Trust/National Georgraphic

L’Endurance enfin retrouvée. C’est à 3000 mètres de profondeur dans la mer de Weddell qu’a pu être photographiée la mythique épave de l’Endurance, le bateau de l’explorateur britannique Ernest Shackleton pris dans les glaces de l’Antarctique en 1915.

Heidi.news (FR)

Le fait sportif du week-end

Photo article

Keystone/AP / Gabriele Facciotti

Marco Odermatt, le petit globe en attendant le gros. L’année 2022 est celle de la consécration pour Marco Odermatt. Champion olympique de géant en février, le Nidwaldien de 24 ans a remporté ce week-end la Coupe du monde de la spécialité en terminant 2e samedi et 3e dimanche à Kranjska Gora. Le skieur récolte ainsi son premier globe mais pas le dernier, puisqu’il occupe très confortablement la tête d’un classement général de la Coupe du monde qui ne peut pas lui échapper. Un «gros globe» que la Suisse n’a jusqu’ici décroché que sept fois dans l’histoire, et plus depuis 2010.

Contenu partenaire

Photo logo
Photo article

T le magazine du «Temps» se réinvente. Laissez-vous emporter par des récits, des idées et des rencontres dans votre nouveau magazine T. Abonnement découverte Digital & Week-end dès CHF 30.-/mois. Offre à durée limitée.

Une raison d’espérer

Le dessin de presse africain a du souffle. Compagnons quotidiens des consommateurs de l’information, les dessinateurs de presse évoluent sur une corde raide. Ce qui est d’autant plus vrai dans certains contextes, en particulier lorsque l’autoritarisme de l’Etat est important. Le Temps a enquêté sur l’univers du dessin de presse en Afrique et dresse un constat réjouissant: il est conquérant et prend de l’importance.

Le Temps (FR)

L’actu clé de la semaine qui vient

Transports publics gratuits, ou le hiatus constitutionnel suisse. Jeudi 17 mars, une initiative pour des transports publics gratuits va venir gonfler la cohorte des projets similaires déjà lancés en Suisse. Cette fois-ci, c’est à Genève que le coup sera (encore) tenté, avec des chances de succès très relatives. La faute à la constitution fédérale?

Pourquoi on en parle. Difficile actuellement pour les sujets d’exister dans l’ombre de la guerre en Ukraine. La crise climatique n’en demeure pourtant pas moins elle aussi une urgence. Or il est impossible de réduire les émissions de gaz à effet de serre sans décarboner massivement les habitudes de transport. Pour rappel, Heidi.news révélait en octobre dernier un document de travail rédigé par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) qui établissait notamment que: «Les voitures particulières sont responsables d’environ trois quarts des émissions de gaz à effet de serre dues aux transports en Suisse.»

Ce qui est en jeu. L’initiative constitutionnelle cantonale qui sera lancée jeudi à Genève cherche à favoriser le basculement d’une mobilité privée vers les transports publics, en instaurant la gratuité de ceux-ci. Encourager les usagers en soulageant le porte-monnaie: la manœuvre en elle-même, bien que représentant un réel défi pour les finances publiques, a des chances de succès — d’autant plus dans un centre économique et urbain comme Genève, quotidiennement engourdi par les bouchons sur la route. Ceci dit, les Genevois ont déjà largement refusé — à 67,24% — une initiative semblable baptisée «TPG gratuits» le 24 février 2008; le match ne serait de loin pas gagné d’avance, même si la conscience écologique a fortement progressé depuis.

Toutefois, l’arbitre de ce débat politique ne sera finalement peut-être pas tant l’aspect économique, mais plutôt l’aspect constitutionnel de la chose. Car aucune constitution cantonale ne peut surseoir à la constitution fédérale. Et là, l’affaire se corse.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

A noter cette semaine

Lundi. Trois membres du Conseil d’Etat vaudois donneront une conférence de presse au sujet du futur Campus Santé de la Haute école de santé Vaud (Hesav), un projet architectural proche de l’UNIL et de l’EPFL qui regroupera les étudiants de cinq filières de formation en un seul lieu.

Mardi. Les responsables du Magic Pass dresseront le bilan de la saison 2021/22 et présenteront les nouveautés prévues pour cet abonnement très prisé par les amateurs de ski en Suisse romande.

Vendredi. En pleine guerre en Ukraine, et alors que la Russie a affirmé que les sanctions dont elle est l’objet pourrait aller jusqu’à provoquer, à terme, un crash de l’ISS sur Terre, trois astronautes… russes vont décoller de Baïkonour pour rejoindre ladite station internationale.

Dimanche. On parle beaucoup de la guerre en Ukraine et de ses probables répercussions sur la sécurité alimentaire européenne. Mais une autre crise couve, en Espagne, ce pays qui joue également un rôle majeur dans les circuits agricoles du continent. Une manifestation nationale «en défense du monde rural» y a été convoquée par plusieurs syndicats.

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram
b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Avenue du Bouchet 2
1209 Genève
Suisse