Bonjour, c’est Lionel à Boston, où l’on continue à défiler contre les violences policières. Comme ailleurs dans le pays, les manifestants sont toujours plus nombreux à exiger une réallocation des fonds destinés aux forces de l’ordre.

Au menu ce matin : mariage pour tous au Conseil national, chute boursière suite à l’annonce de la FED, le microbiote humain dans un bunker de l’armée suisse. Et en guise de post-scriptum, quelques notes que je vous envoie du pays de la peur.

photo journaliste

Lionel Pousaz à New York
12.06.2020

Play Podle

Rappel des infos qui comptent

Photo article

Keystone / AP Manuel Balce Ceneta

Plongée globale des bourses après une annonce de la FED. Selon le directeur de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell, il pourrait se passer plusieurs années avant que l’économie ne réintègre les millions d’emplois perdus aux Etats-Unis. Dans la foulée de cette déclaration, les bourses US ont chuté de 1,9 %, suivies par les principaux indices européens.

Business Insider (EN)

Les Etats-Unis sanctionnent des enquêteurs du Tribunal pénal international. Il y a deux mois, la Cour basée à La Haye autorisait une enquête sur de potentiels crimes de guerre américains en Afghanistan. En représailles, le président Trump a émis un décret visant directement certains membres du Tribunal et leur famille, incluant sanctions économiques et restrictions de visas. Les Etats-Unis se sont retirés du traité du TPI en 2002.

NPR (EN)

Le Conseil national approuve le mariage et la PMA pour tous. Les députés ont accepté par 132 voix contre 52 un projet qui ouvre à tous le mariage, la procréation médicalement assistée, l’adoption conjointe et la naturalisation facilitée du partenaire. Seul le groupe UDC l’a refusé. Le texte doit maintenant passer aux Etats, mais les opposants ont déjà annoncé le lancement d’un référendum.

RTS (FR)

Les scientifiques de l'info

Photo article

🎄 Heidi.news au pied du sapin. La fin d’année approche. C’est l’occasion de prendre le temps de lire, tant pour rester informé·e que pour découvrir des thématiques hors des sentiers battus.

Pour vos cadeaux de fin d’année, nous vous proposons dès maintenant des packs de revues ainsi que des bons cadeaux à prix réduit.

Voir toutes les offres

Dans le radar aujourd’hui

Le problématique discours de Trump à West Point. Le président américain prononcera une allocution face aux cadets de la célèbre académie militaire de West Point. Les étudiants ont dû s’isoler deux semaines en vue de la cérémonie, et une quinzaine d’entre eux ont été testés positifs au Covid-19. La direction de l’institution s’est opposée en vain à l’initiative présidentielle pour des raisons sanitaires. Le discours est attendu, alors que les rapports entre Donald Trump et les forces armées suscitent des interrogations croissantes.

Slate (EN)
Une raison d’espérer

Le vélo, grand gagnant de la crise. Dans le sillage du covid, une épidémie de cyclisme s’est emparée du Royaume-Uni. Les trajets en petite reine ont doublé, des détaillants londoniens ont multiplié leurs ventes par sept et les vélos pliables s’arrachent sur internet. Cette nouvelle popularité, « occasion unique pour changer la manière dont nous nous déplaçons », s’inscrira-t-elle dans la durée?

The Guardian (EN)

Le labo américain

Twitter veut que vous lisiez vraiment ce que vous retwittez. Que celui qui n’a jamais partagé un article sans l’avoir lu jette la première pierre… Pour lutter contre cette tendance, qui favorise la titraille racoleuse au détriment de l’information, Twitter veut inciter ses utilisateurs à prendre réellement connaissance de ce qu’ils relaient. Intégrée dans l’application Androïd aux Etats-Unis, une nouvelle fonctionnalité suggère à l’utilisateur de lire la source de l’information, s’il retweete sans avoir consulté le lien. L’initiative a pour objectif de « promouvoir des discussions bien informées ».

Tech Crunch (EN)

Amazon suspend l’utilisation par la police de sa reconnaissance faciale. La firme de Jeff Bezos a instauré un moratoire d’un an. La décision s’inscrit à la suite des manifestations et de la mort de George Floyd : par le passé, la technologie d’Amazon avait été critiquée pour ses erreurs d’identification avec les personnes noires. La mesure suit de peu celle d’IBM, qui a renoncé lundi à ses développements dans le secteur. Des villes comme San Francisco ou Cambridge, dans l’aire métropolitaine de Boston, ont déjà banni la reconnaissance faciale sur leur territoire.

New York Times (EN)

Le cerveau invente les couleurs perçues dans la vision périphérique. Regardez bien en face de vous. Sans détourner les yeux, faites attention aux couleurs à gauche ou à droite de votre champ de vision : elles relèvent de l’illusion. Dans PNAS, des chercheurs montrent que nous sommes généralement incapables de distinguer la moindre teinte hors du centre de notre aire visuelle, et que le cerveau compense ces informations manquantes.

Fast Company (EN)

Sur Heidi.news aujourd’hui

Un bunker pour héberger nos bactéries intestinales. Inspiré par la réserve mondiale de semences du Spitzberg, un projet veut conserver dans un bunker de l’armée suisse une réserve du microbiote — les micro-organismes qui vivent dans nos intestins, sur notre peau et dans nos muqueuses.

Heidi.news (FR)

Bilan à l’université, un an après la grève des femmes. Portant sur les nominations, les salaires ou encore la conciliation entre famille et travail, le manifeste académique de la grève n’a pas été suivi des changements espérés.

Heidi.news (FR)

Les examens en ligne, galère des étudiants. Trois sessions le même jour, à une demi-heure d’intervalle, sous la férule angoissante d’un logiciel de surveillance : en mode distanciation sociale, les examens à domicile ne sont pas une partie de plaisir.

Heidi.news (FR)

Deux fois moins d’antibiotiques pour le même effet. Les patients victimes d’infection du sang peuvent être traités par une semaine d’antibiothérapie au lieu de deux. Interview avec Angela Huttner, infectiologue aux HUG, qui a dirigé cette étude.

Heidi.news (FR)

Ça pourrait vous étonner

Photo article

La flying Pinto, cauchemar d’ingénieur. En 1973, deux Américains ont combiné une Ford Pinto et un petit avion Cessna dans le but de concrétiser un vieux rêve de la science-fiction : la voiture volante. Une mauvaise idée d’anthologie, qui a précipité les deux inventeurs dans la mort.

Gizmodo (EN)

Une maison à un euro, dans un village italien garanti sans covid. Déserté par nombre de ses habitants, Cinquefrondi, au sud de la Calabre, met en vente des résidences pour une bouchée de pain. Les acheteurs s’engagent à les rénover en moins de trois ans, sous peine d’une amende de 20 000 euros.

CNN (EN)

Post Scriptum des Etats-Unis, pays de la peur. Il ne se passe pas une semaine sans que je reçoive le message inquiet d’un ami perdu de vue ou d’un cousin éloigné, soucieux de savoir comment je me porte en Amérique. Il faut dire que les nouvelles ne sont pas bonnes. Dans les Etats les plus laxistes, Covid-19 reprend du poil de la bête. Le chômage ravage villes et campagnes. Hier, les bourses du monde entier ont plongé face au futur incertain de l’économie nationale. La vague de manifestations qui secoue le pays, suite à la mort de George Floyd, achève un tableau d’Apocalypse sociale. Mais ces affaires gravissimes sont aussi des narratifs — pardonnez l’anglicisme — déformés et amplifiés jusqu’à saturation par des forces politiques fracturées et une machine médiatique qui, plus qu’ailleurs peut-être, affectionne le spectaculaire.

A suivre l’actualité de la pandémie des deux côtés de l’Atlantique, comme je le fais pour Heidi.news, on est frappé par la différence de ton. Si en Europe le covid est angoissant, aux Etats-Unis il est absolument terrifiant. Il y a quelque chose de typiquement américain dans ce rapport à la peur, qu’en son temps Michael Moore avait bien esquissée dans Bowling for Columbine. Ici plus que sur le Vieux-Continent, on prête à la frayeur des vertus pédagogiques.

Pourtant, les informations sur le virus sont les mêmes ici qu’en Suisse ou en Angleterre. C’est le traitement de la pandémie qui diverge. Soucieux d’éduquer le citoyen, le journalisme américain fait toujours le choix de l’anxiogène. Par exemple, cela se traduit avec la fréquence de certains sujets (les cas de victimes jeunes et en bonne santé sont particulièrement prisés), un goût certain pour le pathos et, souvent, une forme de défiance automatique face à tous les sujets vaguement positifs, dangereux parce que susceptibles de démobiliser les masses, comme la possible saisonnalité de l’épidémie ou les futurs vaccins.

L’actualité politique cristallise cette culture de l’effroi. Ce que vous pensez de la pandémie, du port du masque, du confinement ou des réouvertures est censé suivre la fracture entre républicains et démocrates. Mais ces lignes, tracées de manière assez nette dans les médias selon leur allégeance, sont plus floues avec les vraies gens. Heureusement, suis-je tenté de dire.

Une fois n’est pas coutume, la peur est plus présente du côté démocrate. Je soupçonne une forme de calcul politique plus ou moins conscient dans cette attitude. Avec la pandémie, il s’agit de brosser à gros traits le désastre de l’administration Trump, de porter atteinte à son bilan, de montrer à quel point ses trois ans de présidence ont mené le pays au bord du gouffre. Je ne prétendrai pas l’inverse, d’ailleurs.

Mais ces motifs partisans participent de la noirceur de l’image que l’Amérique se renvoie à elle-même, et qu’elle envoie vers le reste du monde. Comme s’il fallait un désespoir absolu pour assurer la non-réélection du locataire de la Maison Blanche. Comme s’il fallait redouter qu’un moindre rayon de Soleil ne profite, au final, à un Trump toujours soucieux de redorer son blason. La peur de la pandémie n’est pas seulement celle du virus, mais aussi celle de quatre années supplémentaires d’une présidence catastrophique. Ces craintes sont inextricablement liées.

Construite dans les médias de référence américains, cette image à la fois fidèle et biaisée du pays est celle qui, reprise dans la presse européenne, inquiète et interpelle mes amis perdus de vue et mes cousins éloignés. J’aimerais leur faire parvenir cette note rassurante. La situation est terrible, certes, pour les millions de personnes précipitées dans le gouffre du chômage de cette société sans filet. Mais les gesticulations martiales du président n’ont pas encore transformé l’Amérique en république bananière. Et puis, surtout, il y a les manifestations contre le racisme et les violences policières. Pour cette ancienne colonie esclavagiste, de pareilles occasions sont rares de se confronter à ses vieux démons. Le pays montre qu’il peut construire quelque chose même pendant les moments les plus moroses de son Histoire. C’est notable, bien plus que les scènes de chaos urbain et les devantures de boutiques éclatées. Quant à moi, je ne vais pas trop mal, merci.

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram
b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Avenue du Bouchet 2
1209 Genève
Suisse