Bonjour, c’est Serge à Genève, où certains élèves reprennent les cours lundi. Les collégiens (gymnasiens), eux, devront subir l’école à distance jusqu’au 8 juin. Laquelle a révélé de vrais fiascos – et quelques héros.

Ce matin, donc, je pose la question, au delà de la prudente satisfaction des autorités: qu’est-ce que les élèves ont réellement appris, en matière scolaire, durant ce confinement?

Serge Michel, Genève
Le 09.05.2020


Ecole à distance: les profs ont-ils vraiment assuré?

Photo article

Image tirée du film Les Profs 2 (les pires enseignants sont de retour)

Journée catastrophe ou routine d’école à distance? Voici trois événements qui se sont produits lundi 4 mai pour une classe de première d’un collège genevois de la rive gauche:

  • A 10h, cours d’anglais par visioconférence sur la plateforme Meet. Les élèves sont tous là, mais pas l’enseignante. Vers 10h15, «saoulés», les jeunes raccrochent. L’enseignante leur enverra un email dans l’après midi: «désolée, j’ai zappé le Meet. On se rattrapera».
  • A 11 heures, le cours d’allemand a bien eu lieu. Sauf que… c’est le premier en deux mois de confinement. L’enseignante, par ailleurs appréciée, explique qu’elle n’a qu’un seul ordinateur à la maison, pour elle, pour son mari qui est aussi enseignant et pour ses deux adolescents. Elle a donné des devoirs, depuis le 16 mars, mais a attendu 7 semaines pour délivrer son premier cours en ligne.
  • A 14 heures, le prof de maths était aussi absent de son cours sur Meet. Les élèves attendent, ils savent que ce prof-là, en général, se donne de la peine (et en a, comme disent les bulletins scolaires). Au bout de vingt minutes, c’est sa femme qui décroche et crie dans l’appartement: «Gérard! Gérard! Viens! Tes élèves t’attendent!»

De prime abord, ces fiascos et d’autres, recueillis par les journalistes de Heidi.news pour notre nouvelle newsletter «Sortir de la crise», dont chaque édition du jeudi est désormais consacrée à l’éducation, sont scandaleux.

Monde médical flexible, monde de l’éducation rigide?
Pour affronter la crise, les soignants et les médecins ont fait preuve d’un engagement hors du commun, parfois au péril de leur vie. Beaucoup ont quitté leur domicile pour ne pas contaminer leurs proches et réduire les trajets vers les hôpitaux où ils ont travaillé comme jamais. Cette flexibilité remarquable du monde médical est-elle absente du monde de l’éducation?

Pourquoi une enseignante du secondaire II, dont le salaire annuel se situe entre 106’000 et 143’000 francs (les profs genevois sont les mieux payés de Suisse), avec un mari au même niveau de rémunération, n’a-t-elle pas jugé utile d’acheter en ligne un deuxième ordinateur? A-t-elle seulement demandé à sa direction si des machines étaient disponibles? «Meet, ça marche aussi sur les téléphones, souffle Julien, un élève, mais on n’allait quand même pas le lui dire. Et si ça se trouve, elle n’a qu’un vieux Nokia».

Ces ratages sont-ils représentatifs de ce qui s’est passé pour les classes genevoises et romandes ces deux derniers mois? Pas forcément. Le 4 mai fut peut-être la faute à pas de chance. Quant à la prof d’anglais qui a «zappé» le cours du lundi, elle s’est montrée très engagée durant le reste du confinement.

Incroyable disparité
A défaut d’une enquête à grande échelle auprès des élèves, des enseignants, des parents et des directeurs d’établissements, nous avons ont recueilli des témoignages qui font état d’une incroyable disparité des expériences.

Il y a toujours eu des bons et des mauvais profs. L’école à distance semble avoir considérablement creusé le fossé entre ces deux catégories.

Car il y a aussi les héros de la «classroom», du nom de la plateforme de Google utilisée par l’école genevoise. Comme Fabrice, prof de français d’un collège de la rive droite qui n’a jamais autant travaillé. Il passe d’un Meet à un autre tous les lundis et vendredis, donne et corrige des devoirs les autres jours et se forme, la nuit, avec les tutoriels du SEM (service école-médias) pour bien maîtriser les différents outils (Classroom, Meet, Moddle, Cortex, etc).

Fabrice peste seulement contre le «manque absolu de leadership» de la cheffe du département de l’instruction publique, Anne Emery-Torracinta, durant la crise. «Elle nous a envoyé des messages lénifiants (courage, restez bien chez vous) mais a réservé ses déclarations importantes à la presse, si bien que mes élèves ont appris certaines décisions du DIP avant moi.»

Héros du tutoriel
Héroïque aussi, le prof de philo et d’anglais qui a créé ces tutoriels, tout seul, le week-end du 13 mars, à l’annonce de la fermeture des écoles. Il s’appelle Eric Vanoncini. Entre le vendredi soir et le lundi à l’aube, il a enregistré 20 vidéos et écrit une trentaine de pages web pour que ses collègues puissent assurer tout de suite. «Personne ne m’a dit ‘tu fais!’ Il fallait juste que ce soit fait», dit-il. Durant les trois semaines «cauchemardesques» jusqu’aux vacances de Pacques, lui qui est aussi formateur au SEM a reçu chaque jour une centaine de demandes d’aide, par email, par téléphone, par SMS et sur les plateformes des tutoriels. «J’ai répondu à tout le monde. Ça me prenait facile 6 heures par jour.»

Le directeur du SEM, Manuel Grandjean, a de quoi se réjouir. Ses outils d’enseignement numérique, à disposition depuis des années, ont enfin eu du succès. Normal, il n’y avait plus rien d’autre. Mais d’après lui, l’adoption a été massive, retournant même les habituels réfractaires au numérique, ceux qui l’ont toujours accueilli par des haussements d’épaules. «En deux mois, on a fait plus de progrès qu’en dix ans!, dit-il. C’est le mouvement qui compte. Le cap franchi sera conservé».

Meet même pas obligatoire
Il manque encore des outils, comme pour la coordination des profs. Beaucoup d’élèves ont été convoqués à plusieurs cours à la même heure. Mais au delà des outils, voyons les usages et règlements. Les visioconférences n’ont pas été imposées, même pas un Meet par semaine et par prof. Un outil que ses utilisateurs jugent pourtant indispensable. Et pas non plus pour les élèves: «La prof de math leur a dit récemment que se connecter à Meet n’était pas obligatoire. Et que les élèves n’avaient rien à craindre s’ils ne rendaient pas leurs devoirs… Après ça, j’ai passé une heure à convaincre mon fils qu’il n’avait pas fait “la plus grosse erreur de sa vie” (sic) en passant son temps à faire ses devoirs», raconte la mère d’un élève de cycle à Meyrin.

Et pour les profs qui zappent un Meet programmé, des sanctions? Le DIP refuse de prononcer ce mot. Un seul directeur d’établissement évoque une retenue sur salaire. «Qu’il essaie seulement», gronde un syndicaliste.

Jenny, élève au collège Rousseau, estime qu’elle a eu en moyenne… un cours par jour. «C’est super démotivant, dit-elle. J’avoue, là, je ne fais plus beaucoup d’efforts.» Et cela alors que plusieurs écoles privées (Moser, Töpffer, Florimont, etc) sont fières d’avoir assuré à distance le même nombre de cours, exactement, qu’avant la crise.

Le grand mystère
Paola Marchesini, secrétaire générale du DIP, reconnaît des «éléments de fragilité». «Nous nous sommes mis à l’école en ligne en catastrophe, compte tenu du rythme de fermeture des écoles. C’était un défi énorme. Des enseignants ont bien réussi, d’autres pas. En très grande majorité, ils ont fait tout ce qu’ils pouvaient».

Pour elle, la priorité, c’est la rentrée du 24 août. «On peut imaginer que tout ne se fera pas en présentiel, au secondaire II en particulier, dit Paola Marchesini. Il faut tirer les leçons de ce qu’on vient de vivre, pour corriger les écarts entre enseignants et entre établissements dans leur maturité face au numérique. On est dans un vrai moment de bascule.»

Bascule ou pas, ne nous voilons pas la face. Une question turlupine les parents (qui sont d’ailleurs les oubliés de l’école à distance, les directeurs ayant rarement songé à leur écrire): qu’est-ce que les élèves ont réellement appris, en matière scolaire, durant ce confinement? Ce sera le grand mystère d’une année sans examen.

PS 1: Les prénoms de ce texte ont tous été modifiés.
PS 2: Vos témoignages de parent, élève ou enseignant sont bienvenus, par retour de mail.


Accédez en illimité et sans publicité à tous nos articles et enquêtes. Abonnez-vous!


Un média indépendant, du journalisme constructif

Abo Jeune - prix libre

Photo article

Heidi.news s’engage pour permettre l’accès des jeunes à une information de qualité. Les moins de 26 ans peuvent s’abonner gratuitement ou dès 1 CHF.


Sur Heidi.news

Photo article

Zalfa et ses deux filles, dans leur appartement du Petit-Lancy. Photo: Juliette pour Heidi.news

La passion d’entreprendre pour produire des masques à Genève. Zalfa El-Harake a travaillé 15 ans pour Procter & Gamble, en particulier dans les achats stratégiques et les négociations de contrats globaux. Une expérience utile, parmi d’autres, pour fabriquer des masques à Genève. Mère de deux adolescentes, elle nous reçoit chez elle, non loin de la Praille où elle espère installer sa manufacture. Elle parle de son enfance au Liban, de ses filles et de sa passion pour l’entrepreneuriat.

Heidi.news (FR, Paywall)

Pascal Strupler: «nous devons tout mettre en place pour éviter un deuxième confinement». Pascal Strupler a accepté de rencontrer Heidi.news à Berne. Le directeur discret de l’OFSP parle des masques, des tests de dépistage, du déconfinement, d’une éventuelle deuxième vague et reconnaît que certains outils informatiques de l’OFSP n’était pas prêts au début de l’épidémie. Il répond aussi à quelques critiques.

Heidi.news (FR, Paywall)

Le coronavirus pourra-t-il être invoqué comme cas de force majeure en cas de litige? L’ancienne juge genevoise Xenia Minder s’inquiète: le flou juridique généré par la pandémie du coronavirus et par les décisions du Conseil fédéral risque de submerger les tribunaux de litiges.

Heidi.news (tribune) (FR)

Ce que le pangolin a fait avec le coronavirus, peut-il le défaire? Le pangolin présente un système immunitaire qui détecte mal les virus à ARN, dont les coronavirus. Cette anomalie pourrait être un avantage pour le petit mammifère, intermédiaire plausible du Covid-19 entre la chauve-souris et l’homme. Cela pourrait constituer une piste de recherche pour combattre les formes graves de l’infection.

Heidi.news (FR, Paywall)

Comment enseigner l’art à distance? Quand la créativité surpasse le confinement Comment ne pas s’essouffler, garder la force vive en confinement? Nous avons posé la question à quelques hautes écoles en Suisse romande. La bonne surprise: un peu partout, la créativité emboîte le pas sur les humeurs noires.

Heidi.news (FR, Paywall)

L’application de contact tracing de l’EPFL et de l’ETHZ sera testée dès le 13 mai. L’application DP3T devait être lancée le 11 mai, mais le Parlement, lors de sa session extraordinaire qui s’est terminée le 6 mai, a décidé qu’une base légale devait être créée avant sa mise à disposition.

Heidi.news (FR)

Dépister Covid-19 grâce aux chiens? Le responsable du programme nous explique. En France, un programme mené par des vétérinaires et des pompiers a démarré il y a quelques jours pour entraîner des chiens à détecter l’éventuelle odeur émise par les personnes atteintes par la maladie. Il s’agirait d’une solution, complémentaire aux tests PCR et sérologique, qui permettrait des dépistages à grande échelle.

Heidi.news (FR, Paywall)

Soutenez le journalisme indépendant. Faites un don.


A lire sans faute ce week-end

Faire la guerre – au nom de la nature… Une ONG a pris les armes. En Centrafrique, l’immense réserve naturelle de Chinko est menacée par les bergers nomades, les braconniers et les milices locales. Qu’importe: l’ONG sud-africaine African Parks recourt aux grands moyens: hélicoptères, surveillance satellite et commandos de rangers formés par d’anciens membres de forces spéciales européennes. Les activistes de la nature sont ainsi la force armée la mieux structurée de la région. Les parcs qu’ils protègent deviennent des juridictions à part, où règne leur loi. Au cœur du dispositif: le biologiste fribourgeois Thierry Aebischer, 34 ans, responsable de la recherche pour African Parks. Une enquête exceptionnelle de Joan Tilouine, reporter au Monde Afrique.

Le Monde (FR, Paywall)

Our Dark Past Is Our Bright Future: How the Kremlin Uses and Abuses History. Un essai court et courageux d’Andrei Kolesnikov qui montre comment la Russie «réécrit l’histoire de l’Union soviétique» pour soutenir une «réhabilitation rampante de Staline» qui soutient également Vladimir Poutine. Le pacte Molotov-Ribbentrop de 1939 est en train de disparaître des archives publiques. La plupart des Russes pensent désormais que l’Armée rouge «a occupé une partie de la Pologne orientale en septembre 1939 afin d’aider la population locale». Seuls 16% savent que le pacte a permis à Staline et à Hitler de découper la Pologne et les pays baltes.

Carnegie Moscow Centre (EN)

Faut-il avoir honte des bébés Tinder? Tinder, c’est un million de rencontres par semaine, dans 190 pays. Mais c’est aussi une poignée de bébés conçus à la suite de ce qui n’était qu’un anodin «swipe» vers la droite. D’heureux événements que l’application ne semble plus assumer du tout.

Usbek & Rica (FR)

Historical city travel guide: Nineveh, 7th century BC. Un texte intelligent et délicieux, sous forme de guide pour une visite imaginaire de Ninive en 650 avant J.-C. Cette ville irakienne était alors la plus grande du monde, et la capitale de l’empire assyrien. «Acheter une propriété est facile. Tout ce dont vous avez besoin est votre sceau personnel (tampons et sceaux cylindriques acceptés) et au moins deux témoins. Le paiement se fait généralement en argent. Mais veillez à ne pas empiéter sur la route royale, sinon c’est la peine de mort».

British Museum (EN)

Et si on vendait la Joconde pour aider le secteur de la culture? En 2020, il faut aller chercher l’argent où il est. Vendre les bijoux de famille. Sinon, seuls les Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, Disney, Netflix et Alibaba de ce monde seront en mesure de contribuer au financement de la culture. Vendre la Joconde (combien?) est l’idée saugrenue de Stéphane Distinguin, CEO de l’agence Fabernovel.

Usbek & Rica (FR)

Séance de rattrapage avec:

le Point du jour de vendredi

Bon week-end!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse
Facebook Twitter Linkedin Instagram