Bonjour, c’est Annick à Lausanne, où une trentaine d'installations de jardins rendent la ville poétique. Mon coup de cœur, c'est le kokedama de la Cour Galfetti à Chauderon.

Aujourd'hui, je vous emmène marcher en compagnie d'un pèlerin, d'un anthropologue, d'une aventurière, d'un mystique, d'un chercheur de l'EPFL et avec Hermann Hesse. Courir aussi un peu, avec notre Exploration sur le trail. Prêts? Enfilez vos chaussures...

Annick Chevillot, Lausanne,
le 20.07.2019


La marcheur fréquent, cet urbain qui prend le temps

Admirer la voie lactée depuis le sommet de la Grande Dent de Morcles (2'969 m) | Keystone / Anthony Anex

Le 20 juillet 1969, l'Homme marchait sur la Lune. Je n'ai jamais rêvé de fouler le sol de notre satellite. Le contempler d'ici me suffit. Et à cette imposante voisine, j’ai toujours préféré les autres planètes, les étoiles et la Voie lactée.

En fait, ce sont les étoiles qui m’ont fait marcher pour rejoindre ces lieux éloignés des villes et de leurs lumières nocturnes pour contempler le ciel. Je me souviens de ma première étoile filante. C’était dans les montagnes neuchâteloises, où j’ai grandi. Là-haut, mon enfance à été rythmée par ces belles randonnées qui s’achevaient par une torrée.

En grandissant, le plaisir simple de la marche s’est fait plus intellectuel. J’ai lu «Eloge de la marche», de l’anthropologue et sociologue français David Le Breton. Et j’ai commencé à donner un sens à ma marche. «Siddhartha», de Hermann Hesse, a été le déclencheur d’une forme de quête hétéroclite et parfois contradictoire, où spiritualité et méditation m’ont transporté du Japon au Bhoutan, de Nouvelle-Zélande au Canada, du Creux du Van au Vallon de Réchy.

Tout abandonner et partir… Loin, sans but, juste celui de mettre un pied devant l’autre, fait partie des fantasmes de beaucoup, mais peu sautent le pas. Sarah Marquis, dont j’ai suivi l’expédition australienne de près, est allée jusqu'à transformer sa marche en exercices répétés de survie. De son côté, Scaughdt (se prononce scot) a quitté Stuttgart sans un sou en poche et compte rejoindre l’Amérique en donativo. Suivre son cheminement ressemble à une expérience mystique.

La marche a tout de même perdu de sa saveur lorsque les 10’000 pas quotidiens sont rentrés dans ma vie. Monitorée, j’ai observé chaque jour mes performances. Quelle tristesse! Cette balade quotidienne consistant à partir de la maison à 5h30 pour rejoindre mon lieu de travail à pied devenait une obligation, une fin en soi. Un 10’000 pas (plus d’une heure de marche par jour tout de même!) à atteindre, comme un sommet à gravir.

Et je suis tombée sur l’étude de Derek Pierre Christie, collaborateur scientifique, au laboratoire de sociologie urbaine de l’EPFL. Son Frequent walkers: from healthy individual behaviours to sustainable mobility futures a remis ma marche à sa place! Je suis donc une marcheuse fréquente, selon la définition qu’il donne dans sa publication. La petite montagnarde est devenue une piétonne urbaine avide de ces instants matinaux, calmes et solitaires.

En suivant les grands aventuriers, les mystiques, les sociologues ou les simples piétons, j'ai simplement découvert que la marche me permettait d'avoir la tête dans les étoiles, où que je sois.

Et vous, quelle marcheuse, quel marcheur êtes-vous? Vos témoignages nos intéressent, à l'adresse redaction@heidi.news.


Le nouveau média sur la santé, les sciences et l'innovation

Heidi.news, pour comprendre l’innovation

Heidi.news, c'est plus que la newsletter que vous lisez en ce moment.

Retrouvez ici notre grande série sur l’addiction digitale. Pourquoi vos enfants sont-ils prisonniers de leur téléphone? Parce que des gars soi-disant cool de la Silicon Valley l’ont voulu. Nous sommes allés leur demander des explications.

Pour garantir son indépendance journalistique, Heidi.news a choisi de se financer par ses lecteurs plutôt que par la publicité. Dès CHF 16 par mois et un mois d'essai gratuit.


Les nouveaux épisodes de nos Explorations

Jacques Henchoz, alias «Monsieur Etivaz», Nicole Promezny et Jacqueline Chelliah, de Neidi.news, ont mis un point final à cette série mercredi 17 juillet.

L’Etivaz, c'est fini. C'est avec le douzième et dernier épisode, intitulé «Ils ont vingt ans, et L’Etivaz pour unique montagne», que l'Exploration sur l'Etivaz se termine. Une fin sur vos écrans qui va bientôt (1er août) prendre place dans vos bibliothèques grâce à la revue en cours d'impression. Et il n'y avait pas meilleur endroit que L'Etivaz pour envoyer le magazine à l'imprimerie. Nicole et Jacqueline, en compagnie de Jacques Henchoz, se sont chargées d'immortaliser ce moment important pour nous: c'est notre première revue. Réservez-lui bon accueil.

Heidi.news (L'Etivaz, le génie fromager) (FR, Paywall)

A Rorschach, le ciel se déchaîne, mais vient au secours du pèlerin. Fuir une réalité difficile? Fortifier son corps et son mental? Trouver Dieu? Que cherche le marcheur qui, de longues journées durant, arpente les chemins du célèbre pèlerinage de Saint-Jacques? Emmanuel Tagnard, grand marcheur et journaliste de la RTS spécialisé dans les questions religieuses, nous emmène sur la «Via Jacobi», la portion suisse du chemin de Compostelle. C'est notre nouvelle Exploration, que nous allons publier en sept épisodes et à un rythme quotidien.

Heidi.news (Via Jacobi, sur le chemin suisse de Compostelle) (FR)

Courir ne coûte rien, mais le trail rapporte des millions... La pratique du trail explose depuis une dizaine d’années, constate notre auteur Charlie Buffet qui s'est lui-même mis à courir. Et les effets indésirables ne se sont pas fait attendre: embouteillages sur les sentiers, saturation de la vallée, transformation de la station. Autant les montagnards d'antan étaient frugaux, autant les trailers d'aujourd'hui sont de gros consommateurs, prisés par les marques. Exemple à Chamonix, épicentre du séisme.

Heidi.news (La montagne en courant) (FR, Paywall)

Une pierre dans le coeur et Piaf dans le juke box. Dans l'épisode précédent de notre fiction coproduite avec les Editions Zoé, nous suivions Vasko, Nora et Virgile, qui avançaient en direction de Naples. Les trois adolescents suisses s’interrogeaient sur les intentions d'Alix, la journaliste qui les guide. Pour ce quatrième épisode, nous revenons à New-York, au début du printemps, soit cinq mois après l'éruption. Florence fête son anniversaire avec d'autres réfugiées climatiques, dans ce pays qui a proclamé "Make America White Again".

Heidi.news (Stand-by, un thriller climatique) (FR, Paywall)

Quatre bonnes lectures pour le week-end

Parler de sexe. Au début était le paradis, où tous les hommes étaient semblables aux anges. Mais a-t-on déjà vu deux anges copuler? Claudia Mäder, dans la dernière édition de NZZ Geschichte (juillet 2019), fait l’historique de la parole sur la sexualité en remontant aux controverses et disputes épiques des premiers Chrétiens.

NZZ (DE)

«Metropolis», le dernier Philipp Kerr. Le dernier roman (posthume) de Philipp Kerr, décédé en 2018, vient de paraître (EN). Dans une «prequel» précédant la «Trilogie berlinoise» qui a fait connaître l’auteur, le désillusionné policier Bernie Gunther mène l’enquête à Berlin en 1928. Une véritable plongée dans l’époque sulfureuse de la République de Weimar, cette démocratie impotente et pourrissante n'ayant pas réussi à endiguer la montée du nazisme au pouvoir. Le suicide politique de cette brève république est accompagné d’une explosion de créativité culturelle sombre et débridée (Kerr nous fait rencontrer Kurt Weill, Thea von Harbou, George Grosz), comme s’il n’y avait déjà plus de lendemain.

The Guardian (EN)

La victoire de l'Algérie (1 à 0 contre le Sénégal) est aussi une affaire politique. L'Algérie a donc remporté la Coupe d'Afrique des Nations face au Sénégal (1 à 0). Mais cette finale du 19 juillet au Caire entre les Lions de la Teranga et les Fennecs coïncidait avec le 22e vendredi de contestation du pouvoir en Algérie. Des millions d’Algériens ont promis, ce jour-là, deux fêtes: celle de la révolution et celle de l’équipe nationale. Car en Algérie, le football n’en finit pas d’être aussi une question politique.

Le Monde Afrique (FR)

Sauver la mémoire d'Alep. Au sein d'un groupe Facebook animé par une ancienne professeure de français, 52'000 habitants ou anciens habitants d'Alep - toutes religions confondues - collectent et documentent avec minutie la mémoire de la vie locale.

The Guardian (EN)

Annick Chevillot est la responsable du prochain "Flux" de Heidi.news, qui sera consacré à la santé. Elle construit son équipe cet été et vous proposera ses premiers contenus fin septembre.


Vous avez aimé? Partagez:

Séance de rattrapage avec:

le Point du jour de vendredi

Bon week-end!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse