Je partage | Je m'inscris

Bonjour, c’est Yvan pour votre newsletter sciences & climat. Aujourd’hui, on se penche sur la crise énergétique qui secoue l’Europe – et nous et nous et nous?

Nous évoquerons aussi la la confiance dans les scientifiques, et son rôle dans l’adhésion aux mesures Covid.

Sans oublier une interview de Chelsea Manning et une pétition contre la précarité dans la recherche.

photo journaliste

Yvan Pandelé, Genève

28.09.2021

La crise énergétique en Europe

Photo article

spécialiste de l’électricité, Hans «Teddy» Püttgen a dirigé l’Energy Center de l’EPFL de 2006 à 2013 et siégé à la Commission fédérale pour la recherche énergétique (Core) de 2006 à 2015. | Droits réservés

… vue de Suisse. L’Europe connaît ces derniers jours une crise énergétique, les prix du gaz ayant atteint un niveau inédit, en entraînant les autres sources d’énergie. Plusieurs pays, comme la France ou l’Espagne, ont mis en place des mesures d’aide, et les pays européens — Royaume-Uni compris — sont préoccupés. Nous avons demandé à Teddy Püttgen, professeur honoraire à l’EPFL et ex-membre de la Commission fédérale pour la recherche énergétique, de nous éclairer sur la situation, du point de vue de la Suisse.

Heidi.news – Le cœur de cette crise est la hausse du prix du gaz naturel. Que se passe-t-il au juste en Europe, et depuis quand?

Teddy Püttgen – La genèse est à chercher au début de cette année 2021 déjà. Un phénomène de fond joue un rôle certain: c’est la reprise économique, surtout en Asie. Cela induit une forte pression surtout sur la demande en gaz naturel liquéfié, avec un pic énorme de prix à la clé. Derrière il y a plusieurs paramètres: l’approvisionnement en gaz, mais aussi la capacité de compression-décompression dans les installations de stockage portuaires, et la disponibilité des navires de transport.

Un deuxième phénomène plus récent c’est que les stocks européens de gaz naturel, que ce soit dans des réservoirs ou des cavités, sont actuellement assez bas, à 60-70%. Or on préfère aborder la saison hivernale avec des capacités autour de 80-90%. Du fait de l’augmentation des prix du gaz, on a eu tendance à déstocker plus tôt en début d’année, et maintenant la demande se tend à l’approche de l’hiver. Ce phénomène est surtout sensible en Europe du Nord, depuis fin août début septembre.

Le troisième phénomène qui entre en ligne de compte c’est le fait que durant ces dernières semaines, il y a eu…

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le journalisme de précision qui répond à vos questions. Abonnez-vous!

Des scientifiques écoutés

Photo article

La clé de l’adhésion aux mesures? Le public accorde une grande confiance dans la parole des scientifiques. D’après une étude franco-américaine, c’est même un prédicteur bien plus efficace de l’adhésion aux mesures Covid que la confiance dans les gouvernements ou le niveau de confiance général dans la société.

Des économistes français, en poste à HEC Paris, l’ENS ou Harvard, ont interrogé 54’000 personnes en ligne entre mars et décembre 2020 afin de comprendre les ressorts de leur adhésion aux «interventions non pharmaceutiques» (ou NPI) contre la pandémie. C’est-à-dire, le port du masque, la distanciation physique, les confinements, la fermeture des lieux accueillant du public ou les restrictions de circulation.

Dans la plupart des 12 pays inclus dans cette étude (Australie, Autriche, Brésil, Canada, France, Allemagne, Italie, Nouvelle Zélande, Pologne, Suède, Royaume Uni et Etats-Unis), la confiance dans les scientifiques s’avère très haute, 84% en moyenne – bien supérieure à la confiance affichée envers le gouvernement, de 49% en moyenne.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Mal prévu

Photo article

Keystone / EPA / Facundo Arrizabalaga

Pompes funèbres. Une station-essence en rupture de stock à Londres, parmi beaucoup d’autres. Non content d’être confronté à une hausse sans précédent des prix du gaz, le Royaume-Uni fait désormais face à une grave pénurie d’essence. A l’origine du phénomène: la fuite, jeudi 23 septembre, d’un rapport de BP au gouvernement indiquant la fermeture d’une poignée de stations par manque de carburant. Le pays ne parvient pas à acheminer le carburant des terminaux de stockage à la pompe, beaucoup de chauffeurs étrangers étant rentrés dans leur pays ces derniers mois, face aux mesures anti-Covid-19 et aux contrôles impulsés du fait du Brexit. La panique a fait le reste. Quant au gouvernement de Boris Johnson, il se voit une fois de plus reprocher son manque d’anticipation.

Ca vous intéressera aussi

Ô jour béni. Bonne nouvelle! Les primes d’assurance-maladie 2022 vont baisser de 0,2% au niveau national. Une évolution que l’on peut même qualifier d’historique, mais qui ne rend pas tout à fait justice au montant des réserves…

Heidi.news (FR)

Entretien avec Chelsea Manning. La célèbre ancienne analyste de l’armée américaine Chelsea Manning, mandaté par une start-up neuchâteloise, donne son point de vue sur la société de surveillance qui se prépare.

Heidi.news (FR)

Infomaniak fait de la résistance. L’entreprise suisse a annoncé ce jour le lancement de son service de cloud à la demande pour concurrencer les géants du secteur que sont Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure.

Heidi.news (FR)

Ecoutez l’odeur répugnante des larves. Des entomologistes belges ont retranscrit en sons les propriétés de molécules chimiques émises par des insectes pour éloigner leurs prédateurs…

Heidi.news (FR)

Le média qui explique & explore le 21e siècle

Photo article

Abo Jeune - prix libre. Heidi.news s’engage pour permettre l’accès des jeunes à une information de qualité. Les moins de 26 ans peuvent s’abonner gratuitement, ou au prix désiré.

Je m’abonne

Science précaire

Photo article

Pixabay / Please Don’t sell My Artwork AS IS

Pétition. Assistants ou collaborateurs scientifiques, post-doctorants… Le «corps intémédiaire» représente la grande majorité du personnel scientifique à l’université, mais se trouve confiné dans des postes à durée limitée. Dans une tribune au Temps, une trentaine de professeurs s’insurgent contre la précarité dans les hautes écoles en Suisse. Une pétition nationale, lancée à cet effet, a recueilli plus de 8000 signatures et sera déposée le 8 octobre à la Chancellerie fédérale. Elle demande notamment la création d’un nouveau statut stable avant d’arriver au graal: la chaire professorale.

Le Temps (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec l'édition du 21.09.2021

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Avenue du Bouchet 2
1209 Genève
Suisse