Je partage | Je m'inscris

Bonjour, c’est Sarah pour votre newsletter sciences. Ce jeudi 18 février, l’atterrissage du rover Perseverance sur Mars sera au cœur de toutes les attentions, tant de la part des scientifiques que du grand public.

Mais les astronomes amateurs peuvent aussi prendre part à l’exploration spatiale au travers de projets participatifs, par exemple sur l’observation des comètes. On vous en parle.

photo journaliste

Sarah Sermondadaz, Genève

15.02.2021

L'astronomie, une science citoyenne?

Photo article

La comète Tchouri immortalisée par la mission Rosetta | ESA/Rosetta

Tchouri examinée par des astronomes amateurs. Quel autre sujet que l’espace fait autant rêver le grand public? Les astronomes professionnels peuvent justement bénéficier de l’aide du grand public, à travers des projets collaboratifs. Ces derniers sont souvent prometteurs… mais pas toujours au point selon une étude parue dans The Planetary Science Journal, consacrée à l’observation par des amateurs de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, aussi appelée Tchouri. L’étude entrevoit des pistes d’amélioration.

Les sciences participatives (ou citizen science), qui impliquent des bénévoles non-professionnels afin d’en tirer des connaissances scientifiques, existent depuis longtemps en sciences naturelles, par exemple en mettant à profit le travail des ornithologues amateurs. Avec le développement des technologies numériques, cette tendance a investi d’autres domaines, dont l’astronomie. Les conditions de succès sont simples: même si les amateurs ont l’avantage d’être nombreux et passionnés, la clé est de leur faire respecter une méthodologie uniforme…

Le début de l’histoire. Le 12 novembre 2014, la sonde Rosetta dépose son atterrisseur Philae à la surface d’une comète. Une première. 67P/Tchourioumov-Guérassimenko devient alors célèbre dans le monde entier sous le petit nom de Tchouri. Pour les astronomes, c’est un rendez-vous visible depuis la Terre à ne pas manquer.

Une campagne d’observation amateure a alors été mise en place pour compléter le travail des astronomes, qui a duré deux ans.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le journalisme de précision qui répond à vos questions. Abonnez-vous!

Une raison de relativiser

Photo article

MBRSC/UAE SPACE AGENCY HANDOUT

Pourquoi rêve-t-on de Mars? Cela n’aura échappé à personne: parmi la déferlante d’articles de presse consacrés aux missions martienne de février, beaucoup – Heidi.news n’échappe pas à la règle – mettent en avant la quête de possibles traces de vie ou encore la porte ouverte à une future colonisation de la planète rouge. Un rêve notamment partagé par Elon Musk, fondateur de SpaceX. Pourtant, Mars n’est qu’un gros caillou rouge inhospitalier, tandis que notre planète, la Terre est taillée sur mesure… Des horizons dont nous devrions nous méfier, selon cette chronique du Monde. Le journaliste Stéphane Foucart cite l’essai de Sylvia Ekström de l’Université de Genève et Javier Nombela, intitulé Nous ne vivrons pas sur Mars, ni ailleurs, publié aux éditions Favre et justement consacré à cette question. «La prochaine fois que vous retournerez sur le petit banc vert, là-bas au bord du champ, pour contempler les Alpes, le Mont-Encore-Blanc et le lac Léman, écrivent-ils à la fin du livre, vous réaliserez que nous ne pouvons pas vivre sans la beauté multicolore de la nature terrestre.»

Le Monde (FR)

Le média qui explique & explore le 21e siècle

Photo article

Abo Jeune - prix libre. Heidi.news s’engage pour permettre l’accès des jeunes à une information de qualité. Les moins de 26 ans peuvent s’abonner gratuitement, ou au prix désiré.

Je m’abonne

Séance de rattrapage

Vous aviez peut-être raté leur publication? Pas de panique: voici quelques-uns des articles en sciences et en climat publiés ces derniers jours:

Photo article

Baleine à bosse | Pixabay

Les baleines, sismologues malgré elles? Les cétacés pourraient devenir de précieux auxiliaires scientifiques, expliquent deux chercheurs américains. Ils ont étudié la structure des fonds sous-marins en détournant… le chant des baleines. D’ordinaire, on s’appuie sur des bruits artificiels produits par des navires scientifiques pour cartographier les fonds marins. Le recours aux cétacés permettrait de le faire à moindre coût et sans créer de bruits qui dérangent, entre autres, les baleines…

Heidi.news (FR)

Les mutations des virus expliquées par X-Men. Un mutant (ou variant), ça ne veut pas dire «créature effrayante aux super pouvoirs et à la rage incontrôlable comme Wolverine». Cela signifie simplement «génétiquement différent de la génération précédente». Et «virus mutant», c’est presque un pléonasme en fait. Car un virus, comme celui du Covid, ça mute constamment. Explication en vidéo dans cet épisode de PopScience.

Heidi.news (FR)

La Suisse va-t-elle dépasser son budget carbone? Un lecteur nous fait remarquer que la stratégie climatique de la Suisse, qui prévoit une diminution des émissions de carbone jusqu’au zéro net en 2050, ne prend pas en compte le budget carbone restant au pays. Selon lui, la Confédération ne pourra pas tenir son objectif de limiter le réchauffement climatique à +1,5°C par rapport à l’époque préindustrielle. Qu’en est-il?

Heidi.news (FR)

Poétiques cheveux de glace. En se promenant en forêt en hiver, il est possible de découvrir au détour d’un chemin de délicats fils de glace hérissés sur des branches mortes: des cheveux de glace. Comment et pourquoi se forment-ils? Retour sur une belle histoire scientifique.

Heidi.news (FR)

Climat et biodiversité, une convergence des luttes? Le changement climatique et la crise de la biodiversité pourraient-ils bénéficier de solutions communes? Aujourd’hui, ces deux enjeux sont trop souvent envisagés séparément. L’idée de réponses communes fait peu à peu son chemin, aussi bien dans les sphères politiques que militantes.

Heidi.news (FR)

La peur et la douleur, contagieuses chez la souris. Si l’on voit quelqu’un trembler de peur, des frissons nous parcourent aussitôt l’échine. Et nous ne sommes pas les seuls: nous partageons cette réaction avec d’autres animaux. Cela a été démontré récemment par des expérimentations avec des souris. Explications.

Heidi.news (FR)

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

Un dessin montre le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet sur le banc des accusés dans la salle d’audience lors du premier jour de son procès ce lundi 15 février 2021 devant le Tribunal de police de Genève. (KEYSTONE/Frederic Bott)

Au procès de Pierre Maudet, l’Escobar ouvre les débats. Les débats ont porté sur l’autorisation délivrée à l’Escobar, situé dans le quartier des Grottes, où Pierre Maudet a célébré son 40e anniversaire en mars 2018. Neuf jours après avoir adressé un dossier incomplet au Service de police du commerce, l’établissement a pu ouvrir ses portes, en octobre 2017. Le gérant du bar se nomme Antoine Daher, prévenu d’octroi d’un avantage pour avoir contribué à l’organisation du voyage à Abu Dhabi de Pierre Maudet, sa famille et son chef de cabinet.

Heidi.news (FR)

Une politique au service de la communication. Alors que s’ouvre le procès du Conseiller d’Etat accusé d’avoir accepté les avantages d’un voyage tous frais payés à Abu Dhabi en 2015, nous avons choisi de nous pencher aussi sur ce qui ne sera pas abordé devant la juge Sabina Mascotto: son bilan politique. Ses partisans ne cessent de le répéter: ce voyage et les mensonges qui ont suivi ne sont qu’une broutille dans une carrière politique sans faute. Vraiment? Maître dans l’art de la communication, ayant sans cesse visé l’échelon supérieur, Pierre Maudet a façonné un personnage. Mais a-t-il transformé la République autant qu’il le dit?

Heidi.news (FR)

La machine à broyer les espoirs. «Voici une semaine exactement que nous quittions Augusta en Sicile, après avoir débarqué 372 personnes secourues lors de la première rotation de l’Ocean Viking en Méditerranée centrale, après cinq mois d’arrêt forcé. Le 2 février, nous retournions donc dans la zone de recherche et de sauvetage libyenne, entre Malte et la Libye, pour la dixième mission de sauvetage du navire de SOS Méditerranée. En deux jours, nous avons porté assistance à quatre embarcations…» 47e épisode du journal de bord de notre BD reporter.

Heidi.news (FR)

Chute des nouvelles infections à Covid-19 en Suisse. Avec 204,8 cas pour 100’000 habitants, l’épidémie poursuit toujours son recul en Suisse. La situation de ce lundi par rapport à celle du 8 février indique une baisse de plus de plus de 24% des nouvelles infections. Au niveau des hospitalisations et des décès, la baisse continue aussi. Suivez les grandes étapes de la pandémie près de chez vous et dans le reste du monde dans notre article mis à jour quotidiennement.

Heidi.news (FR)

Sarah Sermondadaz est journaliste scientifique et responsable du Flux Sciences. Pour lui écrire, c’est par ici.

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec l'édition du 08.02.2021

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Avenue du Bouchet 2
1209 Genève
Suisse