Je partage | Je m'inscris

Bonjour, c’est Sarah pour votre Point fort sciences. Ce soir, je vous livre l’éclairage d’un l’anthropologue des religions sur le rapport qu’entretient la collapsologie avec les spiritualités alternatives.

Au programme aussi, les risques de troisième vague liés à la souche «britannique» du coronavirus et les atermoiements suisses sur la date de fin des combustibles fossiles: dans dix ans, ou dans trente ans?

photo journaliste

Sarah Sermondadaz, Genève

11.01.2021

«Quand le récit du progrès est mis à l'épreuve, la collapsologie vient redonner du sens»

Photo article

Jean Chamel est anthropologue des religions, post-doctorant au University College de Londres, également affilié à l’Université de Lausanne. Ce dernier a enquêté sur la naissance de la collapsologie, à travers notamment ses travaux de thèse. Si la collapsologie n’est pas vraiment une science, de quoi est-elle le nom? Pourquoi connaît-elle un tel succès aujourd’hui?

Pour commencer, qu’est-ce que la collapsologie? Dans un précédent article de Heidi.news, nous revenions sur le bien-fondé des théories de l’effondrement mises en avant par les collapsologues. Pas strictement scientifique, ce courant de pensée abrite aussi une facette plus ésotérique, à la croisée de l’écologie et des spiritualités alternatives.

Heidi.news — Quelles sont les raisons qui vous ont fait vous intéresser à collapsologie, avant même que ce courant de pensée ne soit baptisé ainsi?
Jean Chamel — Le terme de «collapsologie» remonte à 2015, quand il a été introduit par Pablo Servigne et Raphaël Stevens. Il n’existait donc pas encore lorsque j’ai débuté ma thèse en 2012. J’avais d’ailleurs parfois du mal à expliquer mon sujet à mes collègues! A l’époque, il s’agissait encore d’un phénomène marginal, qui est presque devenu mainstream aujourd’hui, avec une déferlante d’ouvrages grand public publiés depuis 2018.

Ce que je pressentais, c’est que la pensée écologique avait quelque chose à voir avec les mouvements religieux. Mon point de départ, en tant qu’anthropologue des religions, a donc été de suivre deux pistes que je pensais distinctes, et qui finalement se sont avérées converger au sein d’un unique réseau informel de personnalités et d’intellectuels.

Quelles étaient ces deux pistes?
D’un côté, il y avait le groupe des «catastrophistes». L’Institut Momentum, think tank basé à Paris, fondé en 2011 par la journaliste Agnès Sinaï et présidé par l’ex-ministre de l’Environnement français Yves Cochet, en est un nœud important, en rassemblant diverses personnalités dans une réflexion autour de l’Anthropocène et de l’après-croissance. De l’autre côté, j’observais une effervescence autour d’approches spirituelles de l’écologie, impulsées notamment en Suisse romande par Dominique Bourg et Philippe Roch. S’était formé un groupe de «transition intérieure» qui s’est finalement structuré à travers le Réseau romand d’écopsychologie, créé à Lausanne en 2016. Mais plus j’avançais, plus je me rendais compte que la frontière était poreuse entre ces groupes, avec de nombreux liens d’interconnaissance. Par-delà une forme de spécialisation des discours publics, effondristes d’un côté, spirituels de l’autre, ils partageaient en fait un même rapport au monde, holiste notamment, et une parenté évidente avec des spiritualités alternatives, par exemple l’anthroposophie.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le journalisme de précision qui répond à vos questions. Abonnez-vous!

Variant britannique et troisième vague

Photo article

Pixabay

«Hors de contrôle». Ce sont les mots du maire de Londres Sadiq Khan pour décrire les chiffres de la pandémie de Covid-19 au Royaume-Uni. Cette reprise épidémique, exponentielle malgré un reconfinement léger instauré depuis le 20 décembre dans le pays, s’explique par la contagiosité accrue d’un nouveau variant du virus, B117 — désormais si bien installé que les spécialistes commencent à le qualifier de souche virale à part entière — devenu prédominant en Angleterre. Depuis le 5 janvier, le pays a remis en place un confinement strict, avec une fermeture des écoles. Cette situation annonce-t-elle une troisième vague pour l’Europe continentale?

Et pour cause, la contagiosité du variant en question, B117, serait de 40% à 70% plus élevée, selon les autorités britanniques. Détectée dans d’autres pays comme le Danemark, la France et la Suisse, les enquêtes épidémiologiques n’ont pas pu systématiquement rattacher tous les cas détectés à un voyage récent au Royaume-Uni, ce qui suggère que cette souche circule aussi sous les radars. Le point sur la situation au Royaume-Uni, et ce qu’elle pourrait préfigurer pour l’Europe continentale et la Suisse.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Une raison de sourire

Photo article

Parier sur le mauvais Signal. Les investisseurs ont-ils la vue courte? Il semblerait en tout cas que certains aient besoin de meilleures lunettes. Après qu’Elon Musk a défendu sur Twitter l’application de messagerie chiffrée Signal, faisant suite à la polémique sur les nouvelles conditions d’utilisation de WhatsApp, plus invasives de la vie privée, le cours d’une société sans aucun rapport mais de nom proche, baptisée Signal Advance, a été multiplié par douze en moins de deux jours, explique CNBC.

Heidi.news (FR)

Le climat sur Heidi.news

Photo article

Image d’illustration | Pixabay

La fin du pétrole, oui mais quand? 2030, 2040 ou 2050: quand la Suisse devrait-elle atteindre la neutralité carbone et la fin des carburants fossiles pour contrer efficacement le changement climatique? Est-ce seulement possible? Point de situation alors que les plans d’actions climatiques et les initiatives des différents mouvements et partis écologistes se bousculent pour proposer leur propre solution, passant généralement par la fin des carburants fossiles.

Heidi.news (FR)

10 milliards de dollars pour la biodiversité. A l’occasion du quatrième sommet sur la biodiversité One Planet qui s’est tenu à Paris lundi 11 janvier, la banque genevoise Lombard Odier s’est associée à la britannique HSBC et à Natixis, filiale des groupes Caisse d’épargne et Banque populaire en France, pour lancer la Natural Capital Investment Alliance. Il s’agit du premier véhicule d’investissement à cette échelle (10 milliards de dollars) dans le capital naturel

Heidi.news (FR)

Semaine charnière pour la politique climatique suisse. Alors que 2020 aura été l’année la plus chaude jamais enregistrée en Europe, alors que 2021 sera cruciale pour accélérer le combat contre le dérèglement climatique, des milieux économiques se lancent à l’assaut de la loi sur le CO2. C’est mardi qu’un comité représentant des branches des transports, de l’aéronautique, du bâtiment et de l’industrie pétrolière, soutenu par l’UDC, va déposer les signatures du référendum à la Chancellerie fédérale à Berne. On se souviendra à cette occasion que la lutte contre la pollution est un choix de société et qu’elle a un prix. Les Suisses sont-ils prêts à le payer?

Heidi.news (FR)

Mobilité électrique et neutralité carbone. D’ici 2050, l’objectif est clair: la Suisse et toute l’Europe devront avoir atteint la neutralité carbone. Les gaz à effet de serre libérés dans l’atmosphère ne devront plus excéder ce que la planète ne peut absorber. Et en Suisse, le transport joue un rôle clé, car il est responsable de plus de 30% des émissions, plus que tout autre secteur. La mobilité électrique serait-elle la voie royale pour atteindre l’objectif?

Heidi.news (FR)

2020, année la plus chaude à égalité avec 2016. En décembre, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) annonçait déjà que 2020 serait l’une des trois années les plus chaudes jamais observées. Le programme Copernicus, qui gère les satellites européens d’observation de la Terre, vient préciser le diagnostic. Son bilan: 2020 se range ex æquo avec 2016 pour ce qui est des températures globales. En Europe, c’est même l’année la plus chaude jamais enregistrée.

Heidi.news (FR)

Panneaux solaires flottants. L’office fédéral de l’énergie (Ofen) a annoncé les lauréats des Watt d’or 2021, prix annuel décerné à des projets innovants favorisant la transition énergétique. Parmi les vainqueurs figure un parc solaire flottant installé sur le lac des Toules, en Valais. Heidi.news vous présentait déjà le projet lors de sa mise en place.

Heidi.news (FR)

Pas assez de signatures pour la Grève du climat. Les quelque 7000 signatures récoltées ne suffiront pas. Le comité du référendum «Pour une protection climatique et sociale cohérente», essentiellement constitué de sections romandes de la Grève du Climat a présenté sa récolte de signatures pour s’opposer à la loi sur le CO2. Un résultat tout juste symbolique, bien loin des 50’000 nécessaires

Heidi.news (FR)

Le média qui explique & explore le 21e siècle

Photo article

Abo Jeune - prix libre. Heidi.news s’engage pour permettre l’accès des jeunes à une information de qualité. Les moins de 26 ans peuvent s’abonner gratuitement, ou au prix désiré.

Je m’abonne

Les sciences sur Heidi.news

Vraies différences des faux jumeaux. On s’en doutait, c’est désormais démontré, très peu de vrais jumeaux sont strictement identiques sur le plan génétique. Ce n’est pas le jeu des sept différences, mais presque: en moyenne, ce sont 5,2 mutations qui distinguent deux vrais jumeaux à la naissance, d’après une étude génétique inédite.

Heidi.news (FR)

Les Alpes suisses en croissance. Chaque année, plusieurs centaines d’alpinistes se mesurent aux pentes du Cervin. Pour atteindre le sommet, ils devront grimper toujours un peu plus haut, de l’ordre de 80 centimètres de plus par millier d’années, conclut une étude de l’Université de Berne, publiée dans la revue Earth Science Reviews. Jusqu’à présent, on supposait que l’évolution des Alpes, sous l’effet de la tectonique des plaques, était à l’équilibre.

Heidi.news (FR)

Variants du coronavirus et vaccination. Les nouveaux variants britannique et sud-africain du coronavirus sont en train de se diffuser dans le monde, en raison de leur contagiosité supérieure. Mais ont-ils un effet sur les vaccins contre Covid-19? Cette perspective, jugée peu plausible a priori mais impossible à exclure, s’éloigne un peu après une nouvelle étude, réalisée par des chercheurs américains et disponible en pré-publication (non encore revue par les pairs). Elle montre que la principale mutation commune à ces deux variants ne modifie pas, in vitro, le pouvoir de neutralisation des anticorps générés après avoir reçu le vaccin de Pfizer-BioNTech.

Heidi.news (FR)

L’immunité vaccinale et l’immunité naturelle en questions. Faut-il se faire vacciner si on a déjà été malade du Covid-19? Notre réponse à la question posée par notre lectrice. A ce stade, plusieurs incertitudes demeurent faute de disposer d’un recul important dans le temps, mais les données suggèrent que la vaccination est au moins aussi efficace que l’infection d’un point de vue immunitaire — tout en évitant le risque de développer une forme grave et potentiellement handicapante de la maladie à plus long terme.

Heidi.news (FR)

Covid-19, grossesse, et transfert d’immunité. On sait que les fœtus sont très rarement infectés lorsque leur mère contracte Covid-19, mais on ignore encore si l’immunité de la mère est transférée à l’enfant. Or d’après des recherches menées aux Etats-Unis, les anticorps anti-coronavirus produits par les femmes enceintes après une infection ne sont pas bien transmis à leur bébé. C’est particulièrement net lors du troisième trimestre de grossesse.

Heidi.news (FR)

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

Le président français Emmanuel Macron en visite dans une usine Sanofi près de Lyon en 2020 | Keystone / AP / Laurent Cipriani

Sanofi songe à produire d’autres vaccins Covid-19. C’est un étonnant volte-face auquel vient de se livrer le laboratoire pharmaceutique français Sanofi. Après avoir régulièrement affirmé sa volonté, jusqu’à début janvier encore, de réserver ses équipements de production à son propre candidat-vaccin, la firme a déclaré ce lundi 11 janvier étudier la «faisabilité technique» d’une reconfiguration de sa plateforme industrielle de sorte à adapter ses lignes de production à d’autres vaccins contre Covid-19. Ce revirement fait suite à une demande du gouvernement français, explicitée à la radio par la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher, le 8 janvier.

Heidi.news (FR)

«A Tunis je vis en apnée» Le journaliste Sami Zaïbi a arpenté le pays de son père, sac au dos, pendant un mois, dix ans après la révolution contre le dictateur Ben Ali et les «printemps arabes». De sa famille de Tunis aux tribus berbères du désert, en passant par Hammamet ou Sidi Bouzid, il est parti en quête du pays réel et du dragon qui a enflammé la Tunisie et menace d’à nouveau se réveiller.

Heidi.news (FR)

Et maintenant, le variant japonais. Un nouveau variant de Sars-CoV-2 a été identifié au Japon chez quatre voyageurs en provenance de l’État brésilien d’Amazonas, arrivés sur le territoire japonais le 2 janvier. Ce variant comporte 12 mutations au niveau de la protéine S, dont une mutation commune aux variants britannique et sud-africain, a annoncé l’Institut national des maladies infectieuses du Japon (NIID).

Heidi.news (FR)

Breath (Respirer). La date de départ de l’Ocean Viking fixée au 10 janvier se rapproche inexorablement. C’est l’épisode 28 de notre exploration Journal de bord d’un BD reporter.

Heidi.news (FR)

Les grandes étapes de la pandémie. Jacques Dubochet et sa femme Christine ont été parmi les premiers à recevoir l’injection au centre de vaccination de l’Ensemble hospitalier de la Côte, à Morges ce lundi. Retrouvez les grandes dates de la pandémie ainsi que les derniers chiffres sur notre article.

Heidi.news (FR)

Sarah Sermondadaz est journaliste scientifique et responsable du Flux Sciences. Pour lui écrire, c’est par ici.

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec l'édition du 04.01.2021

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Avenue du Bouchet 2
1209 Genève
Suisse