Je partage | Je m'inscris

Bonjour, c’est Sarah pour votre newsletter sciences. Ce soir, je vous parle de numérique au service de l’humanitaire avec une application développée par des étudiants pendant le premier confinement. L’enjeu: redonner un nom et une histoire aux disparus anonymes du Covid ou de la migration.

Il sera aussi question des effets secondaires des vaccins et de la recherche sur le langage. D’ailleurs, n’hésitez pas à nous poser une question en sciences, santé, économie ou éducation, nous nous nous efforcerons de vous répondre la semaine prochaine!

photo journaliste

Sarah Sermondadaz, Genève

25.01.2021

Redonner leur histoire aux morts anonymes

Photo article

MUHAMMED MUHEISEN/AP/KEYSTONE

Numérique et humanitaire. C’est un triangle des Bermudes où sombrent à jamais certains drames de la migration. Comment redonner un nom et une histoire aux corps anonymes retrouvés en Méditerranée – et prévenir leurs proches? Sur l’impulsion du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), des étudiants des écoles d’ingénieurs INSA (Institut national des sciences appliquées) en France ont développé au printemps 2020 — en plein confinement — des outils numériques pour faciliter la traçabilité des corps du lieu de leur découverte à celui de leur inhumation. Leur application a aussi été utilisée face à une première vague de Covid-19 particulièrement meurtrière, notamment en Amérique du Sud, où les systèmes de santé de certains pays se sont effondrés.

Lorsqu’une dépouille est retrouvée en mer, elle ne porte pas toujours de papiers. Même lorsque c’est le cas, il peut s’agir de faux ou d’emprunt, tant les chemins de la migration sont dangereux et croisent ceux de la criminalité et de l’esclavagisme. C’est une situation difficile, car souvent les familles ne savent pas si leur proche est mort ou vivant. Qu’il s’agisse de Covid-19 ou de migration, des outils numériques peuvent aider les autorités et les acteurs humanitaires à prendre contact avec les familles… qui pourront enfin faire leur deuil, dignement.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le journalisme de précision qui répond à vos questions. Abonnez-vous!

Vaccins et effets secondaires

Photo article

LAURENT GILLIERON/KEYSTONE

L’état des lieux. Plusieurs millions de personnes dans le monde entier ont déjà reçu le vaccin contre le coronavirus. Jusqu’à présent, ce sont surtout les vaccins à ARN messager des laboratoires BioNtech/Pfizer et Moderna qui ont été utilisés, ainsi que le vaccin à vecteur viral d’AstraZeneca. Même si ces vaccins ont été évalués par des essais cliniques et jugés sûrs par les autorités, ils ne sont pas dénués de risques d’effets secondaires. Ils sont pour la plupart bénins — douleur sur le site d’injection, fatigue, maux de tête et douleurs musculaires. Parmi les effets secondaires rares, on note quelques réactions allergiques. On ne peut exclure d’éventuels effets indésirables à long terme, mais les expert les estiment peu probables. Le point sur la situation.

Heidi.news (FR)

Une raison de sourire

Photo article

Daniel Maszkowicz

La musique de l’épidémie. Marre de regarder au quotidien les graphes qui décrivent l’évolution de l’épidémie? Et si vous essayiez de les écouter? Ce n’est pas une blague, mais une nouvelle façon de représenter les données scientifiques, notamment étudiée pour la représentation de certaines protéines.

A écouter sur le site de SZKMD PRODUCTION. (FR)

Un pôle de recherche à 34 millions de francs

Evolving Language. C’est le nom du pôle de recherche national (PRN) qui a été inauguré vendredi 22 janvier à l’occasion d’une conférence en ligne. Co-financé par le Fond national suisse (FNS) et les Universités de Genève et de Zurich à hauteur de 34 millions de francs jusqu’en 2023, il rassemble 38 groupes de recherche à travers toute la Suisse pour étudier le langage sous toutes ses coutures. Au centre de toute interaction sociale, le langage est à la fois banal et complexe. Alors qu’il est en perpétuelle évolution, notamment via les nouvelles pratiques numériques, les connaissances sur les mécanismes exacts en jeu restent incomplètes. Dans le même temps, les nouvelles technologies et les nouvelles approches neurologiques offrent de nouvelles opportunités pour combler certaines de ces lacunes.

Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Abo Jeune - prix libre. Heidi.news s’engage pour permettre l’accès des jeunes à une information de qualité. Les moins de 26 ans peuvent s’abonner gratuitement, ou au prix désiré.

Je m’abonne

Séance de rattrapage

Vous aviez peut-être raté leur publication? Pas de panique: voici quelques-uns des articles ayant trait aux sciences ou aux technologies de ces derniers jours:

Photo article

LisaSympson/Creative Commons

La drogue des chats. D’où vient le goût des chats pour certaines plantes stupéfiantes? Après avoir mangé où s’être frottés à celles-ci, les chats semblent excités, joueurs et plus affectueux que d’ordinaire. D’un point de vue évolutif, cet étonnant appétit répondrait en réalité à un besoin de se protéger contre… les insectes. C’est ce que montre une équipe japonaise et britannique.

Heidi.news (FR)

Le cloud suisse en question. Le cloud suisse est-il vraiment souverain? Un appel d’offre à 10 millions de francs, annoncé début décembre, semblait augurer le meilleur pour le développement d’un «Swiss Cloud» souverain plusieurs fois mentionné par Berne. Mais la liste des exigences a douché les espoirs des acteurs helvétiques du secteur, selon Infomaniak, qui a alerté la presse.

Heidi.news (FR)

Mais où sont les extra-terrestres? Où sont tous ces extraterrestres aux technologies avancées qui devraient en théorie peupler la galaxie? C’est la question qu’a formulé le physicien italien Enrico Fermi dans les années 50, et qu’on appelle depuis le paradoxe de Fermi. Explications en vidéo dans cet épisode de PopScience avec Rick et Morty.

Heidi.news (FR)

Joe Biden ou le retour de la science à la Maison-Blanche. Contrairement à son prédécesseur, le 46e président des Etats-Unis tient la science en haute estime et a commencé à le prouver avant même le début de son mandat. Le 16 janvier, Joe Biden a nommé son futur conseiller scientifique, lui offrant un poste à un niveau jamais égalé pour cette fonction: membre du Cabinet. Eric Lander, qui doit être confirmé par le Sénat, est un mathématicien et généticien qui a aidé à décrypter le génome humain. Il est aussi professeur de biologie au fameux MIT et à l’école de médecine de Harvard. Son prédécesseur était un météorologiste qui n’avait été nommé que deux ans après le début de la présidence Trump.

Heidi.news (FR)

Quels masques face aux variants? En France, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a appelé le ministère de la Santé à ne plus utiliser certains masques en tissu, selon des informations qui ont fuité dans la presse. En cause, l’efficacité en filtration de ces masques-barrières, qui serait insuffisante pour freiner la propagation des variants plus contagieux de Covid-19. Dans ces conditions, faut-il jeter rapidement ses masques lavables en tissu et acheter une grande boîte de masques chirurgicaux — voire FFP2 — à la place? Pas si vite: comme souvent, les choses sont plus subtiles.

Heidi.news (FR)

La science du recrutement. Comment les recruteurs sélectionnent-ils les potentiels candidats sur les plateformes en ligne? Une nouvelle étude confirme l’impact négatif, déjà bien documenté dans de précédentes recherches, de l’origine étrangère. Ils dévoilent aussi un phénomène surprenant: les discriminations sont plus marquées avant l’heure du déjeuner et en fin de journée. Quant au genre, les auteurs de l’étude constatent que femmes comme hommes sont désavantagés, en fonction du secteur d’activité.

Heidi.news (FR)

Le bonheur est culturel. Chaque année, les études se multiplient pour savoir quel est le pays où la population est la plus heureuse. Mais ces enquêtes sont à prendre avec des pincettes. Parce que la définition du bonheur est culturelle– du moins, en partie.

Heidi.news (FR)

Pendant ce temps sur Heidi.news

Télétravail, limite de cinq personnes et enfants en bas âge: un cocktail explosif. La sentence est tombée à Berne, le 13 janvier. «Rassemblements limités à 5 personnes, enfants inclus.» Ces deux derniers mots d’apparence anodine modifient pourtant le quotidien de nombreuses familles, désormais privées du peu de lien social qui avait pu être maintenu ces derniers mois. Plusieurs familles témoignent.

Heidi.news (FR)

Les grandes étapes de la pandémie. Les femmes enceintes présentant des facteurs de vulnérabilité à Covid-19 autre que la grossesse (tels que hypertension, obésité ou diabète) devraient pouvoir recevoir le vaccin contre Covid-19, annoncent aujourd’hui la Société suisse d’obstétrique et de gynécologie et l’OFSP.

Heidi.news (FR)

Dans le tourbillon émotionnel de l’Ocean Viking. Entre le 21 janvier à 8h30 et le 22 janvier à 22h, l’Ocean Viking a effectué trois opérations de secours. Sur quatre embarcations en détresse. De jour. Au lever de soleil. Et au couchant. Pour finir dans la nuit. Recueillant 374 rescapés. Des hommes. Des femmes. Des enfants. Des bébés. Et deux femmes enceintes. Une folie. Hippolyte, notre BD reporter, livre ses émotions.

Heidi.news (FR)

La culture est essentielle! Vraiment? Lorsque nous traversons une crise, il n’existe, à mon sens, qu’une seule façon d’entamer sa résolution. La vérité. Pas celle que nous irons colporter ici et là, pour défendre des intérêts particuliers, pas celle que nous irons crier sur des plateaux télé ou à travers des messages enflammés sur les réseaux sociaux. Je parle de la vérité qui doit s’afficher, là, maintenant, lorsque nous acceptons de répondre avec sincérité à ces deux questions: la culture est-elle essentielle et est-elle un moteur important de l’économie? Pour notre chroniqueur Marc Perrenoud, la réponse est non!

Heidi.news (FR)

Sarah Sermondadaz est journaliste scientifique et responsable du Flux Sciences. Pour lui écrire, c’est par ici.

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec l'édition du 18.01.2021

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse