Je partage | Je m'inscris

Bonjour, c’est Sarah pour votre newsletter sciences, dans laquelle nous reviendrons sur la semaine anniversaire de l’accord de Paris sur le climat. Nous évoquerons aussi la façon dont l’ingénierie peut servir les défis humanitaires.

Ce soir, je vous propose également de vous changer les idées, et de découvrir la petite histoire scientifique des flocons de neige.

photo journaliste

Sarah Sermondadaz, Genève

14.12.2020

Les flocons de neige, entre science et poésie

Photo article

Image d’illustration | Alexey Kljatov/WikiCommons/Creative Commons

Quelle est la nature des flocons de neige? Or blanc économique pour les uns, vicissitude météorologique synonyme de pneus neige pour les autres, les délicats flocons ont longtemps intrigué les savants: ils possèdent toujours six branches, mais leur apparence est très diverse. Pourquoi? Cette question fait aussi intervenir les mathématiques: les flocons présentent en effet une symétrie hexagonale!

Pourrait-on imaginer un théorème mathématique qui expliquerait leur variété? C’est la quête que s’est donné le mathématicien Etienne Ghys, avec lequel Heidi.news avait échangé il y a quelques semaines. A cette occasion, il s’était exprimé sur la théorie du chaos, à laquelle il consacrait une conférence, mais nous avait confié avoir hésité à parler plutôt des mathématiques des flocons de neige, sujet dont il se passionne depuis qu’il en a parlé en classe avec un jeune public. C’est précisément le thème qu’il explore dans un ouvrage à paraître en février 2021 aux éditions Odile Jacob, «La petite histoire des flocons de neige».

Les premières représentations des flocons de neige, explique Etienne Ghys, remontent au XVIe siècle: «Olof Månsson était un religieux suédois. En visite à Rome, il découvre que les gens du Nord y sont considérés comme des barbares! Vexé, il entreprend alors de montrer toute l’étendue de la culture nordique à travers un livre richement illustré, Historia de gentibus septentrionalibus. On y retrouve les premières illustrations à six branches des flocons de neige.»

La prochaine étape sera franchie avec Kepler au début du XVIIe siècle, lequel allait même jusqu’à se demander si les flocons de neige ont une âme! Etienne Ghys poursuit: «Le 31 décembre 1610, Johannes Kepler cherche une idée de cadeau pour un ami à Prague, avec lequel il fête la Saint Sylvestre. Soudain, il se met à neiger, et un flocon de neige se pose sur ses vêtements. Fasciné par l’observation de sa structure cristalline, il décide d’en faire son cadeau! Mais comme la neige à la mauvaise idée de fondre, il en tirera surtout un livre, intitulé La neige sexangulaire. Ce dernier pose des questions incroyable sur les flocons de neige.»

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le journalisme de précision qui répond à vos questions. Abonnez-vous!

Le climat sur Heidi.news

Photo article

Manifestation pro-climat à Berne, 28 septembre 2019 | Anthony Anex/ Keystone

Sur le climat, la Suisse peut mieux faire. C’est en toute discrétion, le 9 décembre, à trois jours du cinquième anniversaire de l’Accord de Paris, que la Suisse a soumis la mise à jour de ses objectifs nationaux en vue de maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C voire, si possible, de 1,5°C. La Suisse aura attendu le dernier moment que permet l’Accord de Paris à ses signataires pour proposer des objectifs plus ambitieux que ceux annoncés avant 2015. Pourtant, la politique climatique de la Confédération a de quoi laisser sur sa faim.

Heidi.news (FR)

François Gemenne est spécialiste de la géopolitique environnementale et des dynamiques migratoires, chercheur associé à l’Université de Liège, et co-directeur de l’Observatoire de la Défense et du Climat du Ministère français de la Défense. Auteur principal pour le GIEC impliqué dans un grand nombre de projets de recherche internationaux, il enseigne à Sciences Po à Paris et à l’Université libre de Bruxelles. Alors que s’est tenu le 12 décembre 2020 un «sommet de l’ambition climatique», François Gemenne pointe la transformation radicale nécessaire pour nos sociétés et pourquoi la notion de frontières sera ébranlée par l’urgence climatique.

Heidi.news (FR)

Il est toujours temps de réduire nos émissions de CO2. Ce pourrait être une des bonnes nouvelles climatiques de la semaine. Une importante réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour maintenir la hausse des températures sous la barre de 1,5°C, comme prévu dans l’Accord de Paris, pourrait avoir des effets bénéfiques sur le climat même à court terme, d’après une équipe internationale de climatologues. Trop souvent, l’on se dit qu’au vu de l’inertie du système climatique, les jeux sont déjà faits. Il n’en est rien, selon cette nouvelle analyse, qui montre qu’agir dès aujourd’hui permettrait d’amoindrir les effets du changement climatique pour les 20 prochaines années

Heidi.news (FR)

Julia Steinberger est professeure à l’Institut de géographie et durabilité de l’Université de Lausanne (Unil). Spécialiste des enjeux sociétaux liés aux effets du dérèglement climatique, elle est co-auteure principale du 6e rapport d’évaluation du GIEC. Elle a aussi à plusieurs reprises affirmé son soutien aux mouvements de la jeunesse pro-climat. Pour faire le bilan de l’accord de Paris, nous avons échangé avec elle. Début décembre 2015, lors des négociations, l’heure était à l’optimisme. Aujourd’hui, on réalise qu’il n’a pas tout pu. Faut-il voir le verre à moitié vide, ou à moitié plein?

Heidi.news (FR)

Emissions CO2 en baisse en 2020: une fausse victoire. En 2020, les émissions de CO2 fossile ont diminué de 2,4 milliards de tonnes par rapport à 2019, selon le rapport annuel du Global Carbon Project. Une baisse principalement due aux restrictions et confinements qu’a connus le monde pour tenter d’endiguer la pandémie de Covid-19, mais qui n’a rien de pérenne. Cette baisse, ponctuelle, est loin de refléter la tendance générale de ces 10 dernières années, qui traduit une augmentation moyenne de l’ordre du demi-milliard de tonnes par an entre 2010 et 2019.

Heidi.news (FR)

L’empreinte carbone du télétravail. Par courriel, un lecteur nous demande quel est l’impact du télétravail sur notre empreinte carbone. En effet, le confinement lié à la première vague de Covid-19, au printemps 2020, en réduisant fortement les activités de transport et en instaurant un télétravail quasi-généralisé dans de nombreuses régions du monde, a provoqué une baisse inédite des émissions de CO2. Suffirait-il ainsi de généraliser le télétravail pour sauver la planète?

Heidi.news (FR)

Ca peut vous étonner

Photo article

Toile tissée par une araignée à bord de l’ISS après 23 jours de microgravité |The Science of Nature

Dans l’espace, personne ne vous entendra crier. Depuis 2008, des araignées de l’espèce Trichonephila clavipes accompagnent les astronautes à bord de la Station spatiale internationale (ISS). L’occasion d’étudier l’influence de la microgravité sur leurs toiles, qui semblaient bien plus symétriques dans l’espace que sur Terre. Mais la gravité n’est pas la seule en cause, expliquent des chercheurs, qui ont analysé des données expérimentales de 2011. Si l’on veut que les toiles d’araignées tissées dans l’espace ressemblent à celles du plancher des vaches, il suffit… d’allumer une source lumineuse!

Gizmodo (EN)

L’ingénierie au service de l’humanitaire

Photo article

CICR

Engineering Humanitarian Aid. C’est le nom de l’initiative lancée le 10 décembre par l’EPFL, l’ETH Zurich et le Comité International de la Croix Rouge (CICR). Appuyé par un fonds de cinq millions de francs sur deux ans du Conseil des EPF, cette collaboration vise à mettre des solutions technologiques développées dans les labos des deux écoles au service de l’aide humanitaire. Six premiers projets ont déjà été sélectionnés dans les domaines de l’énergie et de l’environnement, des sciences des données, de la cybersécurité et de la médecine personnalisée. Comme l’a expliqué le président du CICR, Peter Maurer, les guerres sont largement influencées par le développement de nouvelles technologies. Mais l’aide humanitaire aussi peut bénéficier de solutions technologiques, à condition que ses enjeux très spécifiques soient connus des ingénieurs. Explications.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Abo Jeune - prix libre. Heidi.news s’engage pour permettre l’accès des jeunes à une information de qualité. Les moins de 26 ans peuvent s’abonner gratuitement, ou au prix désiré.

Je m’abonne

Les sciences sur Heidi.news

Si vous les aviez ratés, voici quelques articles publiés ces derniers jours sur le Flux Sciences de Heidi.news.

Photo article

Reconstitution de Néandertal à Londres | Paul Hudson/Creative Commons

Il y a 41’000 ans, Neandertal enterrait bien des corps. Depuis des décennies, les archéologues s’écharpent sur l’idée que l’homme de Neandertal a pu, comme notre ancêtre Homo sapiens, enterrer ses morts. Une équipe internationale a montré que le corps d’un enfant Neandertal remontant à 41’000 ans a bien été enfoui par ses congénères. Reste à savoir dans quel but!

Heidi.news (FR)

Les vaccins à ARN risquent-il de modifier le génome? L’arrivée imminente de deux vaccins à ARN messager contre Covid-19, fabriqués par Pfizer-BioNTech et Moderna, n’est pas sans susciter des questions de nos lecteurs. Des inquiétudes existent quant au fait que l’inoculation de matériel génétique ne modifient le génome et transmettent ces mutations à la descendance. La réponse de notre journaliste scientifique, qui explique que cette peur ne repose sur rien de concret, et relève même de la science-fiction. Voici pourquoi.

Heidi.news (FR)

31 espèces disparues supplémentaires. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a dévoilé la mise à jour annuelle de sa liste rouge des espèces menacées. Si la situation s’est améliorée pour 26 espèces, dont le bison d’Europe, 31 sont maintenant considérées comme disparues.

Heidi.news (FR)

L’IMC expliqué par le mouvement body positive. L’indice de masse corporelle, ou IMC, permet d’estimer la corpulence d’une personne. On le calcule en divisant sa masse, ou disons plus simplement son poids, par sa taille au carré. On obtient ainsi un indice, exprimé en kg par m2. Il en découle des conséquences médicosociales positives mais aussi négatives. Explications en vidéo dans cet épisode de PopScience.

Heidi.news (FR)

Une étude dit-elle vraiment que le port du masque est inefficace? Depuis quelques semaines, plusieurs lecteurs nous interpellent sur le port obligatoire du masque, invoquant une étude danoise selon laquelle, selon eux, «le port du masque serait inefficace et augmenterait même le risque de contracter le coronavirus». Qu’en est-il?

Heidi.news (FR)

Pendant ce temps, sur Heidi.news

Covid-19: qui sont les pro-vaccination? Alors que la campagne vaccinale contre Covid-19 doit débuter en janvier en Suisse, toute l’attention est focalisée sur les antivax et les vaccino-sceptiques. Or, dans le «camp» d’en face se déploient également des enjeux de santé publique importants, interrogeant les notions de transparence, de militantisme et de promotion de la science.

Heidi.news (FR)

Quoiqu’il arrive, la Suisse a déjà assuré ses relations avec le Royaume-Uni. La Suisse suit sans angoisse particulière l’avancée – ou l’enlisement – des négociations de l’accord de sortie entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Car, soucieuse de sauvegarder les relations avec un de ses principaux partenaires, la Confédération a pris les devants en se préparant à l’éventualité d’un «No Deal».

Heidi.news (FR)

L’avenir radieux de la presse. Durant de longues années, Tamedia s’est nourri de la presse pour financer sa diversification, rémunérer ses dirigeants et la famille actionnaire, en limitant au minimum ses investissements dans les rédactions, confrontées à une crise structurelle. Si bien que leur affaiblissement était inéluctable.

Heidi.news (FR)

Quand commencera la vaccination sur le terrain? La Confédération a annoncé un début des campagnes sur le terrain en janvier 2021. Mais l’homologation par Swissmedic, qui examine les données de trois candidats vaccins (Pfizer, Moderna, AstraZeneca), est toujours en cours. Le point sur les vaccins, dans un article mis à jour quotidiennement.

Heidi.news (FR)

Les hôpitaux universitaires inquiets de la troisième vague. La SonntagsZeitung fait état d’une lettre adressée à Alain Berset par les cinq hôpitaux universitaires du pays (Bâle, Berne, Genève, Lausanne, et Zürich), qui font part de «leur grande inquiétude quant à la situation actuelle». Ils invitent le Conseil fédéral à durcir les mesures à l’approche des fêtes. Retrouvez notre article qui retrace les grandes étapes de la pandémie!

Heidi.news (FR)

Sarah Sermondadaz est journaliste scientifique et responsable du Flux Sciences. Pour lui écrire, c’est par ici.

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec l'édition du 07.12.2020

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse