Bonjour, c’est Adrien pour vous parler de santé, un domaine marqué cette semaine par les craintes liées au déconfinement.

Aujourd'hui, nous vous livrons un scoop sur l'état financier des cabinets médicaux et nous rencontrons le président de la Société vaudoise de pharmacie.

Adrien Miqueu, Lausanne
06.05.2020


Livraisons à domicile et tensions sur la chloroquine dans les pharmacies

Photo article

La vitrine d'une pharmacie à Lausanne avec diverses affichettes dont celles de prévention de l'OFSP et une indiquant la rupture de stock de désinfectant lors de la pandémie de coronavirus. (KEYSTONE/Leandre Duggan)

«Au début, on se faisait enguirlander parce qu’on n’avait pas de masques!» Christophe Berger est pharmacien et président de la Société vaudoise de pharmacie. Il nous explique comment les officines du canton font face aux pénuries et bien d'autres problématiques.

«Nous avons dû nous adapter sur le tas. Dans le canton de Vaud, nous nous sommes sentis un peu abandonnés des autorités. Avec la Société de pharmacie, nous avons rapidement donné des infos à nos membres: nous avons pris des photos d’une pharmacie témoin, avec marquage au sol pour respecter les distanciations et plexiglas au comptoir.»

Une plus grande demande en masques depuis le déconfinement

«On le voit sur les courbes, la demande suit les annonces officielles. Il reste le problème de la qualité. On reçoit des certificats, mais il semble que ce soit facile d’en faire des faux. On ne peut pas contrôler leur validité, tout est en chinois. On a ainsi vu des lots de masques de mauvaise qualité, avec les attaches qui tenaient mal, ou alors le nombre de masques indiqué ne correspondait pas à celui dans la boîte.»

Un maillon dans la chaîne du dépistage?

«Nous sommes une porte d’entrée à bas seuil, avec une répartition sur tout le territoire. Et nous avons la compétence pour faire des vaccins ou tester les patients. Ce n’est pas encore en place, car les tests sérologiques sont en cours de validation. Mais nous sommes à disposition. Nous avons annoncé aux autorités que nous étions prêts.»

Un système de livraison de médicaments

«Les médecins appelaient pour nous demander d’aller livrer un traitement chez untel, mais nous avons été débordés. Plein de gens se sont très gentiment proposés pour livrer, mais c’est délicat, il faut des gens fiables. On est dans une intimité plus grande que pour livrer des produits de première nécessité. On ne peut pas mettre les médicaments dans les mains de n’importe qui.»

Tension sur la chloroquine

«On a eu une très forte demande, avec des ordonnances dangereuses, comme des combinaisons chloroquine et antibiotiques, qui décuplent les effets cardiaques! Nous avons vite alerté le canton, et travaillé avec la pharmacienne cantonale pour bloquer la distribution de chloroquine dans les pharmacies. En-dehors bien sûr des patients qui en prennent de façon chronique, pour un lupus par exemple.»

Lire l'article en entier sur Heidi.news (FR)

EXCLUSIF – Les cabinets médicaux romands en difficulté

La Société médicale de la Suisse romande a effectué un sondage auprès de ses membres pour évaluer la situation dans les cabinets médicaux depuis le début de l’épidémie. Ils enregistrent une baisse moyenne d’activité de 62,5%. Et l’activité d’un tiers d’entre eux (32,6%) ne dépassait pas les 20% à fin avril par rapport à la normale. Heidi.news a pu se procurer le sondage en primeur.

Cette baisse engendre des difficultés économiques importantes. 49.9% des cabinets ont recours au chômage partiel pour leurs employés. Mais les médecins exploitant un cabinet en raison individuelle ne peuvent pas bénéficier des mesures de chômage partiel. Le risque à court terme est la fermeture de cabinets médicaux et, de facto, un rationnement des soins.

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Une raison d'espérer

Photo article

Une épicerie gratuite à l'église. En voyant qu’un imam à Istanbul avait transformé sa mosquée en épicerie solidaire, deux pasteurs de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud ont décidé de l’imiter. Daniel Fatzer et Jean Chollet vont donc installer à l’église Saint-Laurent de Lausanne une épicerie gratuite, alimentée par les dons. Tout en veillant à la distanciation sociale, avec sens de circulation et désinfection des mains, ils espèrent pouvoir proposer rapidement une aide aux précarisés. Pour proposer vos bras ou vos dons, vous pouvez leur écrire ici et .


Coronavirus sur Heidi.news

Antipsychotique contre Covid-19. «Une piste très sérieuse, qu’on a toutes les raisons de tester.» Heidi.news a pu consulter les travaux d'une équipe de chercheurs parisiens qui montrent un effet in vitro de la chlorpromazine contre des cellules infectées par Covid-19. Entretien avec un des professeurs qui va mener les essais cliniques de repositionnement du plus vieil antipsychotique de l'histoire.

Heidi.news (FR)

Le Conseil fédéral perd sa première bataille au National. Le vote a été serré, mais le fait est là: une majorité des conseillers nationaux refuse que les entreprises recourant au chômage partiel puissent verser des dividendes. Par 93 voix contre 88, la chambre basse a adopté mardi soir une motion provenant de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique, infligeant un camouflet au Conseil fédéral qui s’y était fermement opposé. La Chambre des cantons se prononce ce mercredi 6 mai.

Heidi.news (FR)

Les décisions du Parlement en bref. Le Parlement se réunit pour la troisième journée de session extraordinaire. Le Conseil national s'est notamment prononcé pour une réouverture des frontières et pour un retour de la libre-circulation.

Heidi.news (FR)

«Pour Berne, éditer des livres ou vendre des röstis, c'est la même chose.» Caroline Coutau, directrice des éditions Zoé, préside aussi Livre Suisse, l'association romande des libraires, éditeurs et diffuseurs. Dans Le Point du jour que lui a confié Heidi.news le 27 mars, elle avait décrit le gouffre qui attend le monde du livre en raison de la fermeture des librairies. Elle revient sur l'évolution de la situation depuis.

Heidi.news (FR)

Le Parlement veut des stratégies pour éviter un nouveau confinement. La session parlementaire extraordinaire ne sert pas qu’à valider les crédits octroyés par le Conseil fédéral. Elle permet également de faire la lumière sur de nombreuses zones d’ombres en matière de santé publique et d’anticiper une deuxième vague de l’épidémie. Le Parlement s’est penché sur une des motions les plus longues de la session: la stratégie de crise et de lutte contre les maladies transmissibles.

Heidi.news (FR)

Les entreprises face au déconfinement. Mon entreprise respecte-elle les normes sanitaires édictées par les autorités? Comment installer un climat de travail serein à la sortie de la crise? À l’heure du déconfinement, des milliers d’entrepreneurs se posent les mêmes questions. Afin de les accompagner dans la reprise de leur activité, différents services ont été mis en place en Suisse romande par les Chambres de commerce et d’industrie.

Heidi.news (FR)

Comment l’employeur peut-il modifier les horaires afin de respecter les mesures sanitaires? La crise du coronavirus met de nombreuses entreprises et salariés en grande difficulté. Des mesures de soutien ont été décidées et connaître ses droits est plus important que jamais. Heidi.news crée un nouvel espace de questions-réponses juridiques. Posez-vos questions à l’adresse redaction@heidi.news

Heidi.news (FR)

Adrien Miqueu est doctorant en histoire des sciences à l’UNIL. Malgré son master de physique à l’EPFL, il a préféré être aussi journaliste scientifique et dessinateur de BD. Vous pouvez lui écrire ici.


Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de mardi

À bientôt

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse