Bonjour, c’est Miguel à Neuchâtel, où le premier pic d'infections est passé. Avec le déconfinement progressif annoncé par le Conseil fédéral, on se prépare à une nouvelle vague de patients atteints du Covid-19.

Aujourd'hui, également un peu de douceur, avec un jeune chef pâtissier au coeur généreux.

Miguel Da Silva Rodrigues, Neuchâtel
Le 23.04.2020


À Neuchâtel, le premier pic est passé

Pour augmenter son nombre de lits, le service des soins intensifs de l'Hôpital Pourtalès a mis en place deux unités supplémentaires, sobrement appelées «Unité 2 et Unité 3». Le nombre de patients nécessitant des soins intensifs a chuté ces deux dernières semaines. Comme à Genève ou Lausanne, le personnel soignant est en surnombre, et le calme a gagné l’hôpital. L’Unité 3 a pu fermer ses portes la semaine dernière et hier, c’est la 2 qui s’est close. Layla Haller, médecin assistante, s’en réjouit. Je lui donnais la parole au début du mois, juste après son long confinement, elle qui avait contracté le Covid-19.

Elle est revenue aux soins intensifs en renfort. À la fin du mois d’avril, elle était sensée changer de service dans le cadre du tournus de médecine interne. Elle se réjouissait de travailler en cardio-mobile. Mais tout porte à croire qu’elle restera dans son service actuel: «Avec les mesures de déconfinement annoncées, il faut s’attendre à une nouvelle vague de patients. On aura donc besoin de moi à ce moment-là aux soins intensifs.»

La mobilisation du personnel médical suit donc le mouvement de la courbe de la propagation du virus. Nous nous trouvons à présent dans le creux de la vague, et tant de personnel médical n’est pas forcément nécessaire. «Oui, il y a des contradictions, des choix politiques. Mais les autorités veulent assurer leurs arrières, ce que je trouve tout à fait compréhensible.»

Au début du mois, ses supérieurs lui avaient annulé ses deux semaines de vacances. Maintenant que le plus fort de la crise est passé, on lui a rétabli ses deux semaines de repos. Un relâchement bienvenu, mais pas forcément souhaité. Au téléphone, elle rigole: «Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire? J’aurais préféré garder mes vacances pour l’été.»


Le journalisme de précision qui répond à vos questions. Abonnez-vous!


Une raison d'espérer

Photo article

Un chef pâtissier régale le personnel soignant. Il s'appelle Samuel Müller, il a 24 ans, et fait preuve d'une générosité sans bornes. Lui qui travaille ordinairement à la Maison Wenger, où il est chef pâtissier, a profité du confinement pour préparer près de 3000 petites bouteilles de chocolat à offrir au personnel soignant neuchâtelois. Des semaines de boulot. «Ma mère a longtemps travaillé à l'hôpital, en pédiatrie notamment, j'ai côtoyé ce milieu toute mon enfance. C'était tout naturel pour moi d'apporter un peu de douceur à ces gens qui travaillent dur dans ce contexte si particulier», explique-t-il à nos collègues d'ArcInfo. Pourquoi des bouteilles? Ne vous y trompez pas, il ne s'agit pas d'un pied de nez aux flacons hydroalcooliques, mais simplement de la forme des moules qui étaient à sa disposition. Depuis lundi, il a commencé à livrer lui-même les chocolats. Bravo!

ArcInfo (FR)

Bien vu

Photo article

Les 3'000 bouteilles en chocolat confectionnées par Samuel Müller.


Le monde change, la presse aussi

Photo article

Des infos, des analyses, des enquêtes. Heidi.news, c'est bien davantage que la newsletter que vous lisez en ce moment. Retrouvez nos Flux sur les Sciences et la Santé, nos Explorations comme les biotech en Valais, et nos tribunes, chroniques et opinions. Heidi.news a choisi de se financer par ses lecteurs plutôt que par la publicité.

Essayez-nous!

Covid-19 sur Heidi.news

Photo article

L'adaptation médicale des masques de plongée Decathlon a aussi un volet suisse. C’est une histoire née en Bretagne, qui aurait pu rester, entre l’implication de la chaîne Decathlon et celle de l’industriel Bic, une belle aventure franco-française. Mais des acteurs suisses y sont aussi impliqués, notamment le Genevois Colomban de Vargas, désormais chercheur au CNRS à la Station biologique de Roscoff en France, et l’EPFL. Le projet a même été communiqué au professeur Didier Pittet des HUG, afin qu’il puisse être évalué par l’OMS.

Heidi.news (FR, Paywall)

Ce que les appels à la Main Tendue disent des difficultés du confinement. Via le numéro 143, l’association La Main Tendue répond aux appels de toute personne ayant besoin de se confier, à tout moment. En période de confinement, l’association fait état d’une hausse modérée des appels, en réalité peu sensible au niveau des cantons. Mais le coronavirus domine les esprits et pose des questions inédites. Focus sur ce qu’en disent les associations genevoise et vaudoise.

Heidi.news (FR, Paywall)

Covid-19 sera–t-il l’épreuve de vérité pour l’UE? Les désaccords profonds constatés entre chefs d’Etats et de gouvernements de l’Union européenne ne cessent de susciter la controverse, estime Cédric Dupont, professeur de sciences politiques et de relations internationales à l’Institut de Hautes Etudes internationales et du Développement (IHEID), à Genève.

Heidi.news (FR)

Comment j'ai réussi plus ou moins clandestinement à me faire tester. A Milan, une clinique spécialisée dans la perte de poids s'est reconvertie en centre de tests sérologiques pour le Covid-19. Moyennant 70 euros, les clients peuvent savoir s'ils sont atteints, l'ont été ou s'ils ont, au contraire, échappé à la contagion. Gea, notre correspondante dans la capitale lombarde, s'y est rendue mardi.

Heidi.news (FR, Paywall)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de mercredi

Bonne soirée!

b696e884-f624-429e-91a6-1af20f5cf9e3.png

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse